Coma enfonce le clou

  • A
  • A
Coma enfonce le clou
Partagez sur :

La 10e étape du Dakar 2011 a peut-être sonné le glas des ambitions de Cyril Despres. Mercredi entre Copiapo et Chilecito, lors du grand retour de la caravane en Argentine, le Français a perdu près de dix minutes sur le leader Marc Coma du fait d'une erreur de navigation. Vainqueur de la spéciale, l'Espagnol relègue ainsi son principal rival à 18'10. Mauvaise journée également pour Carlos Sainz qui se retrouve à 12'37 de Nasser Al-Attiyah.

La 10e étape du Dakar 2011 a peut-être sonné le glas des ambitions de Cyril Despres. Mercredi entre Copiapo et Chilecito, lors du grand retour de la caravane en Argentine, le Français a perdu près de dix minutes sur le leader Marc Coma du fait d'une erreur de navigation. Vainqueur de la spéciale, l'Espagnol relègue ainsi son principal rival à 18'10. Mauvaise journée également pour Carlos Sainz qui se retrouve à 12'37 de Nasser Al-Attiyah. Cette fois, ça sent le roussi pour Cyril Despres. Le tenant et triple vainqueur du Dakar a perdu gros dans le cagnard de Fiambala, ce mercredi, après avoir repassé la Cordillère des Andes et ses hauteurs frisquettes. Annoncées piégeuses et redoutables malgré les modestes 176 kilomètres de portion sélective, les dunes de Fiambala, qui avaient tant fait souffrir les concurrents l'an passé, n'ont pas déçu. A tel point que même le plus expérimenté des motards y a perdu son latin. "J'ai fait une première grosse erreur au km 120, alors que je roulais bien. J'ai lu cap 17, au lieu de 117, et je me suis retrouvé dans des cailloux, avec Verhoeven. Nous avons déjà perdu beaucoup de temps", confessait à l'arrivée du jour le pilote KTM, avant d'avouer une seconde faute, sur le site officiel de la course: "Dans les derniers kilomètres, j'ai commis une autre erreur. J'ai fait un demi-tour, je suis tombé dans un trou de boue. C'était impossible de remonter, j'ai galéré pendant dix minutes." Résultat, une deuxième place miraculeuse à Chilecito, mais encore 9'56 perdues face à un Marc Coma alors vainqueur de sa quatrième étape depuis le départ de Buenos Aires. "Je pensais qu'il allait me prendre encore plus de temps, soufflait Cyril Despres à la descente de sa monture. C'est une mauvaise journée, c'est le rallye raid..." Bien que crédité désormais d'une avance de 18'10 sur son rival au classement général, le Catalan, lui, ne fanfaronnait pas: "On sait que Fiambala fait partie des journées difficiles du rallye. Il y avait beaucoup de navigation aujourd'hui, au début j'étais derrière puis j'ai su être le plus rapide. C'est toujours bon de gagner mais il reste deux jours très durs et la dernière spéciale aussi est à prendre en compte." Sainz s'ensable Deux jours et une ultime spéciale qui ne devrait pas bien peser lourd dans la balance - n'en déplaise à Marc Coma - c'est tout ce qui reste également à Carlos Sainz pour renverser la vapeur. Alors qu'il comptait poursuivre sur la lancée de sa victoire à Copiapo ce mercredi, le "Matador" a eu tôt fait de s'ensabler non loin de Fiambala, perdant ainsi de longues minutes sur un Nasser Al-Attiyah qui s'est même permis une erreur de navigation en toute fin de spéciale. Quatrième du jour derrière le Sud-Africain Giniel De Villiers, le Polonais Krzysztof Holowczyc et Stéphane Peterhansel - le "Cannibale" ayant su hisser sa BMW sur le podium malgré un souci de boîte de vitesses en liaison - le Qatari s'offre au final 9'19 de marge supplémentaire à Chilecito, portant son avance en tête du classement général à 12'37. "Pour notre objectif, c'est une grosse journée. Nous sommes très contents", réagissait l'intéressé sur le bivouac à la sortie de son Touareg. On le serait à moins...