Collet sur la touche !

  • A
  • A
Collet sur la touche !
Partagez sur :

Ça ne pouvait plus durer. Le mauvais début de saison de Villeurbanne a eu raison de la patience des dirigeants qui, ce mercredi, ont signifié à Vincent Collet qu'il n'était plus l'entraîneur du club. La nouvelle défaite contre Göttingen, lors de la première journée de l'Eurocoupe, a visiblement été celle de trop pour Gilles Moretton, le président de l'Asvel.

Ça ne pouvait plus durer. Le mauvais début de saison de Villeurbanne a eu raison de la patience des dirigeants qui, ce mercredi, ont signifié à Vincent Collet qu'il n'était plus l'entraîneur du club. La nouvelle défaite contre Göttingen, lors de la première journée de l'Eurocoupe, a visiblement été celle de trop pour Gilles Moretton, le président de l'Asvel. Vincent Collet et l'Asvel, c'est fini. L'entraîneur de Villeurbanne a été limogé ce mercredi soir par son président, Gilles Moretton, au lendemain d'une nouvelle défaite à l'Astroballe, cette fois en Eurocoupe contre Göttingen (80-88). Un revers qui s'ajoute aux quatre autres en championnat, après seulement six journées, ainsi qu'à l'élimination prématurée au tour préliminaire de l'Euroligue alors que l'Asvel espérait se qualifier pour la phase régulière de la compétition. "Gilles Moretton, président du Conseil d'administration de la SASP Asvel, après consultation des actionnaires et des administrateurs du club, a signifié ce jour à Vincent Collet qu'il était dispensé de tout travail à compter de ce jour et jusqu'à ce que se tienne un entretien s'inscrivant dans une procédure de rupture éventuelle du CDD liant les parties", indique le club dans un communiqué publié sur son site internet. Depuis plusieurs jours, le coach villeurbannais était sous pression. Avant la réception d'Orléans, le week-end dernier en Pro A, Gilles Moretton avait déjà haussé le ton et Vincent Collet avait été sauvé par la victoire de ses joueurs (70-65). Mais les mauvais débuts de l'Asvel en Eurocoupe ont finalement eu raison de la patience des dirigeants, qui jusque-là avaient pourtant toujours soutenu leur entraîneur. Du moins en public. "Je charge Pierre Grall, au titre de directeur des opérations du club, de nous faire des propositions. Tant sur le très court terme que sur les échéances de la fin de saison et au-delà, précise le président rhodanien. Au nom du Conseil d'administration et des actionnaires, j'en appelle par ailleurs à une mobilisation de toutes les forces vives du club pour nous sortir d'une situation indigne de ce qu'est l'Asvel et non conforme aux moyens mis à disposition." Une double casquette lourde à porter Champion de France en 2009, Villeurbanne n'avait pas réussi à enchaîner la saison suivante et, après un début d'exercice catastrophique à peine masqué par une victoire lors de la Semaine des As 2010, n'était pas parvenue à se qualifier pour les play-offs de Pro A. Une première pour un club tenant du titre, qui en plus possède le plus gros budget de l'Hexagone. Vincent Collet avait alors résisté à la tempête et ses dirigeants lui avaient tout de même permis de bâtir une équipe solide avec un recrutement de choix: Angel Daniel Vassallo, Mickaël Gelabale, Davon Jefferson, Andrija Zizic et, un peu plus tard, Matt Walsh. Mais rien n'y a fait. L'état-major du club, dont fait partie Tony Parker en tant que vice-président des opérations basket, a donc décidé de le couper, quelques semaines après avoir déjà mis à pied sa recrue vedette portoricaine. Cette décision a sans doute été compliquée à prendre pour Villeurbanne. Car il faut désormais lui trouver un remplaçant et les coaches de renom libres ne sont pas nombreux sur le marché. L'Asvel se tournera-t-elle vers un technicien étranger ou préfèrera-t-elle miser sur un entraîneur français ? Ce n'est plus vraiment le problème de Vincent Collet, qui va pouvoir se concentrer à 100% sur l'équipe de France, dont il est le sélectionneur. Sa double casquette lui a d'ailleurs valu quelques critiques depuis sa nomination à la tête des Bleus. Son prochain objectif est clair: qualifier les Tricolores pour les Jeux Olympiques de Londres, en 2012. Cela passera par un excellent Championnat d'Europe en Lituanie, au mois de septembre 2011. Sans doute avec tous les joueurs cadres de la NBA... dont Tony Parker fait bien évidemment partie.