Cole-Jelen, ça change quoi ?

  • A
  • A
Cole-Jelen, ça change quoi ?
Partagez sur :

En ajoutant à son effectif deux internationaux comme Joe Cole et Ireneusz Jelen, Lille a donné une dimension supplémentaire à son effectif en toute fin de mercato. Rudi Garcia dispose désormais de nombreuses options dans le secteur offensif, qui devraient lui permettre de gérer de front les campagnes nationales et européenne. Joe Cole pourrait d'ailleurs faire ses débuts samedi soir à Saint-Etienne, pour la 5e journée de Ligue 1.

En ajoutant à son effectif deux internationaux comme Joe Cole et Ireneusz Jelen, Lille a donné une dimension supplémentaire à son effectif en toute fin de mercato. Rudi Garcia dispose désormais de nombreuses options dans le secteur offensif, qui devraient lui permettre de gérer de front les campagnes nationales et européenne. Joe Cole pourrait d'ailleurs faire ses débuts samedi soir à Saint-Etienne, pour la 5e journée de Ligue 1. On ne change pas une équipe qui gagne... mais on essaye de l'améliorer. Confronté au départ de Rami, Cabaye et Gervinho après le titre en mai dernier, le Losc s'est d'abord empressé de combler le vide en recrutant aux même postes Basa, Pedretti et Payet, avant d'enclencher la vitesse supérieure en fin de mercato. Pour assouvir ses ambitions en Ligue 1 mais aussi en Ligue des champions, le club nordiste se devait de grossir son effectif. C'est chose faite avec les arrivées notamment de Laurent Bonnart, le 19 août, et surtout de Ireneusz Jelen et Joe Cole les 30 et 31 (*). Pour Rudi Garcia, cela change beaucoup de choses, même s'il convient de séparer les cas des deux joueurs. La vraie attraction c'est évidemment Joe Cole. Un international anglais (56 sélections, 10 buts) dans le championnat de France, ce n'est pas courant. Le dernier en date était un certain Chris Waddle, qui a fait les beaux jours de l'OM entre 1989 et 1992. On lui souhaite la même réussite... Toujours est-il que la venue à Lille de l'ancien joueur de Chelsea, prêté par Liverpool, a le don d'interpeller, même au sein de l'effectif du Losc. "Je pense que c'est une très bonne recrue, on l'a vu à l'entraînement très appliqué. On constate tout de suite que c'est un manieur de ballon. Nous sommes contents de l'accueillir", a déclaré Franck Béria avant d'ajouter: "J'ai été un peu surpris, comme tout le monde. Cela démontre que le Losc est aujourd'hui attractif. On a eu Patrick Kluivert par le passé. Un personnage comme Joe Cole qui vient à Lille, c'est rare". Rudi Garcia, lui aussi, apprécie: "Je pense que c'est l'un des plus latins des footballeurs britanniques. Il devrait bien se fondre au sein de notre collectif." Depuis le début de saison, le technicien nordiste a toujours utilisé le trio Payet-Sow-Hazard en attaque, sauf à Montpellier où Obraniak avait démarré à la place de Payet. L'arrivée de Cole pourrait permettre à Garcia d'effectuer plus de rotation, voire d'envisager plus souvent le 4-2-3-1, et mettra certainement un peu plus de pression sur Payet. Pas un cadeau pour l'ancien Stéphanois, qui devait déjà assumer la succession de Gervinho. Cole, lui, semble avoir une préférence pour ses partenaires de jeu. "Il n'y a pas beaucoup d'images du football français en Angleterre mais je sais qu'Eden Hazard est un excellent joueur, par exemple. Je peux aussi citer Moussa Sow, le meilleur buteur du championnat l'an dernier ou Benoît Pedretti. Mais à mes yeux, c'est l'équipe dans son ensemble qui compte, pas une individualité en particulier. Le jeu lillois me rappelle celui pratiqué par Barcelone", avait déclaré l'ancien Red, avide de revanche après une saison ratée du côté d'Anfield. Présent dans le groupe, l'international anglais pourrait débuter face aux Verts. Jelen retrouve Pedretti Jelen, lui aussi, sort d'une saison contrastée avec Auxerre, et suscite pas mal d'interrogations. Pas sur son niveau de jeu, mais plutôt sur son état physique. Le Polonais a souffert de problèmes à la cheville, au genou, puis au dos. Et si ce joueur aux 48 buts en Ligue 1 en cinq saisons avec l'AJA a dû attendre l'avant-dernier jour du mercato pour trouver un club, ce n'est pas anodin. Jelen, d'ailleurs, arrive sur la pointe des pieds à Lille et devra encore se montrer patient puisqu'il ne figure pas dans le groupe de 18 convoqué par l'entraîneur des Dogues. "J'ai conscience que le Losc est un grand club composé de très bons joueurs, notamment Moussa Sow en attaque. Si je rejoins le Losc, c'est aussi pour progresser. Je ne serai pas en concurrence, mais en apprentissage aux côtés de tous ces excellents joueurs", avait-il déclaré lors de son arrivée. Quel rôle peut-il jouer au sein de l'attaque des Dogues ? Dans un premier temps, sans doute, celui de doublure de Moussa Sow. Les deux autres alternatives au Sénégalais, De Melo et Rodelin, évoluent dans un tout autre registre. Jelen, comme Sow, est un joueur d'espaces et de profondeur. Atout non négligeable, l'ancien Auxerrois retrouve son ancienne rampe de lancement à l'AJA, Benoît Pedretti. "Je connais ses qualités, il connaît les miennes en matière de passes, explique Pedretti dans la Voix des Sports. Et puis, comme Moussa (Sow), il aime prendre la profondeur. Les deux se ressemblent. Le simple fait de savoir que si l'un (Moussa) sort, l'autre peut entrer et offrir quasiment les mêmes garanties, est une donnée importante." Et c'est Garcia qui a les cartes en main. (*) Il faut ajouter les signatures du gardien nigérian Vincent Enyeama et du jeune attaquant nantais Ronny Rodelin.