Coentrao, l'Europe à ses pieds

  • A
  • A
Coentrao, l'Europe à ses pieds
Partagez sur :

Révélé la saison dernière sous les couleurs de Benfica et de la sélection portugaise, Fabio Coentrao a confirmé tout son potentiel cette saison dans le couloir gauche du club lisboète. Courtisé par les plus grandes écuries européennes, le joueur de 23 ans refuse pour l'instant d'évoquer son avenir et préfère se concentrer sur la fin de saison de sa formation, qui affronte Braga jeudi en demi-finale de la Ligue Europa.

Révélé la saison dernière sous les couleurs de Benfica et de la sélection portugaise, Fabio Coentrao a confirmé tout son potentiel cette saison dans le couloir gauche du club lisboète. Courtisé par les plus grandes écuries européennes, le joueur de 23 ans refuse pour l'instant d'évoquer son avenir et préfère se concentrer sur la fin de saison de sa formation, qui affronte Braga jeudi en demi-finale de la Ligue Europa. A l'image d'un Laurent Blanc, qui a vu sa carrière véritablement décoller lorsqu'il a été replacé au poste de libéro par l'entraîneur de Montpellier Michel Mézy au tout début des années 90 après avoir commencé sa carrière au poste de milieu de terrain offensif, Fabio Coentrao a sans doute lui aussi décroché le statut de joueur international grâce à un repositionnement tactique. Considéré comme le grand espoir du football portugais sur l'aile gauche et déjà comparé à Cristiano Ronaldo à ses débuts professionnels sous les couleurs de Rio Ave, le club de sa ville natale (Vila do Conde près de Porto), Coentrao rejoint Benfica dès 2007 à seulement dix-neuf ans. Mais le joueur peine à s'y imposer et est prêté à Nacional, au Real Saragosse puis pour un retour à Rio Ave sans réussir à véritablement faire son trou. De retour à Benfica en 2009, Coentrao, désormais âgé de 21 ans, n'a plus vraiment le choix et doit désormais confirmer pour ne pas décevoir les espoirs placés en lui. Conscient du potentiel du joueur, Jorge Jesus, fraîchement nommé sur le banc du club, décide de le faire reculer d'un cran et de l'aligner en latéral gauche. Un poste où son endurance, sa justesse technique et sa vitesse vont faire merveille. En 26 matches joués en championnat, Coentrao réussit huit passes décisives et contribue largement au succès du club, sacré champion du Portugal et vainqueur de la Coupe de la ligue portugaise. Il veut rester à Benfica malgré de nombreuses sollicitations Mieux, le joueur à la crinière blonde se distingue en Ligue Europa, où il disputera 13 matches (Benfica chutera en quarts face à Liverpool après avoir notamment éliminé l'OM) et lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud avec la sélection portugaise, où il aura notamment marqué les esprits lors du match de poules face au Brésil (la Selecção a été éliminée en huitièmes de finale par le futur vainqueur, l'Espagne 0-1). Après cette saison pleine, Coentrao se devait de confirmer et il en a pris le chemin. Si Benfica a dû se résoudre à laisser échapper son titre de champion au rival le FC Porto, le club lisboète, qui a conservé son titre en Coupe de la Ligue, réalise un très bon parcours en Ligue Europa auquel son latéral gauche n'est pas étranger. Eliminé de la phase de poules de la Ligue des champions par Schalke 04 et Lyon, malgré un doublé de Coentrao face aux Gones lors du match retour remporté 4-3 à l'Estadio da Luz, Benfica a sorti le VFB Stuttgart, le PSG et le PSV Eindhoven pour s'ouvrir les portes du dernier carré de la Ligue Europa. Opposés à un autre club portugais, Braga, alors que le FC Porto affronte Villarreal dans l'autre demi-finale, les Aigles, qui disputeront le match aller jeudi à domicile, rêvent désormais d'atteindre la finale, ce qui ne leur est plus arrivé depuis 1983 en C3, date de leur seule et unique finale dans la compétition, et depuis 1990 en C1 (défaite face à l'AC Milan 0-1), et bien sûr de la remporter. L'occasion peut-être pour Coentrao de conclure en beauté son aventure avec Benfica et de rejoindre le Real Madrid, Chelsea ou encore le Bayern Munich, même si ce dernier clame haut et fort qu'il souhaite poursuivre l'aventure le plus longtemps possible sous les couleurs de la formation portugaise.