Cobo contrôle, Bennati se console

  • A
  • A
Cobo contrôle, Bennati se console
Partagez sur :

Juan José Cobo se rapproche inexorablement de son premier sacre dans le Tour d'Espagne. L'Espagnol a résisté à l'unique attaque de Christopher Froome dans la 20e et avant-dernière étape de la Vuelta, et conserve 13 secondes d'avance sur le Britannique. A Vitoria, la victoire est revenue à Daniele Bennati, qui efface sa déception de l'arrivée à Haro.

Juan José Cobo se rapproche inexorablement de son premier sacre dans le Tour d'Espagne. L'Espagnol a résisté à l'unique attaque de Christopher Froome dans la 20e et avant-dernière étape de la Vuelta, et conserve 13 secondes d'avance sur le Britannique. A Vitoria, la victoire est revenue à Daniele Bennati, qui efface sa déception de l'arrivée à Haro. "Ce n'est pas fini. Je vais me battre.13 secondes, c'est tellement ridicule que je serai fou de ne pas essayer". Alors, Christopher Froome a essayé d'attaquer Juan José Cobo. Une attaque, une seule. Et forcément, cela n'a pas suffi. Le Britannique a tenté d'aller grappiller quelques secondes sur le maillot rouge dans le dernier sprint intermédiaire de la journée, un sprint déplacé d'une quarantaine de kilomètres par les organisateurs, plus à une bizarrerie près. Visiblement, cela a causé quelques soucis à Froome, qui a porté son attaque sous la banderole... annonçant le sprint quelques kilomètres plus loin. Cobo s'était montré vigilant, comme il le sera pour le ''vrai'' sprint, où c'est Wiggins qui s'est montré le plus rapide. Un coup pour rien pour le Team Sky, qui n'aura désormais plus qu'une chance, dimanche vers Madrid, de ravir la tunique de leader à un Cobo qui n'a pas quitté Froome des yeux durant toute la journée. Pour le Kényan de naissance, la tâche sera compliquée, encore plus que ce samedi. Le Pays Basque lui avait bien offert deux cols de 1ere catégorie, l'Alto de Elosua et le Puerto de Urkiola, mais le sommet de ce dernier étant placé à 45 kilomètres de l'arrivée, il aurait fallu une grosse défaillance de Cobo pour voir la hiérarchie bouleversée au classement général. Sauf accident, l'Espagnol va remporter sa 4e Vuelta, et on peut dire la même chose pour David Moncoutié. Matteo Montaguti (AG2R) n'ayant pu prendre part à l'échappée, le coureur de la Cofidis est mathématiquement assuré de remporter un 4e maillot de meilleur grimpeur consécutif. Il lui suffit juste de terminer l'étape dimanche. Il y avait pourtant de la place pour les baroudeurs. 26 d'entre eux se sont glissés dans l'échappée du jour. Mais Roche, Mondory, Van Avermaet, Karpets, Txurruka, Le Mével, Barredo and Co n'ont jamais eu l'aval du peloton, en l'occurrence des RadioShack (sans qu'on sache bien pourquoi), pour filer la victoire. Barredo a bien tenté sa chance en solitaire, mais le coureur de la Rabobank n'avait aucune chance contre le train de la Leopard-Trek. La formation luxembourgeoise souhaitait emmener Daniel Bennati au sprint à Vitoria. Présent dans l'échappée des 26, l'Italien était le plus rapide des rescapés, il l'a prouvé en réglant Enrico Gasparotto sur la ligne. Bennati, premier maillot rouge de cette Vuelta, ajoute ainsi une victoire d'étape à son palmarès 2011. Une petite revanche pour l'ancien de la Liquigas, qui était l'une des "victimes" du fameux rond-point de Haro en début de semaine.