Clippers qui rient, Lakers qui pleurent

  • A
  • A
Clippers qui rient, Lakers qui pleurent
Partagez sur :

Et si Los Angeles basculait dans le camp des Clippers ? Emmenés par leur nouvelle star Chris Paul, ces derniers ont attaqué la saison en fanfare, s'imposant dimanche 105-86 sur le parquet de Golden State. Dans le même temps, le Staples Center assistait à la défaite de Kobe Bryant (28 points) et des Lakers face à une équipe de Chicago sauvée par Derrick Rose, auteur du panier décisif (88-87).

Et si Los Angeles basculait dans le camp des Clippers ? Emmenés par leur nouvelle star Chris Paul, ces derniers ont attaqué la saison en fanfare, s'imposant dimanche 105-86 sur le parquet de Golden State. Dans le même temps, le Staples Center assistait à la défaite de Kobe Bryant (28 points) et des Lakers face à une équipe de Chicago sauvée par Derrick Rose, auteur du panier décisif (88-87). Les stars ont fait le job ! Que ce soit à Oakland ou au Staples Center, les deux matches disputés dimanche par les équipes de Los Angeles ont permis de constater que, après la longue période d'inactivité due au lock-out, les cadors de la NBA avaient des fourmis dans les jambes. A Los Angeles, c'est un panier de Derrick Rose, par ailleurs auteur de 22 points, qui a donné la victoire aux Bulls face aux Lakers à 4.8 secondes du buzzer (88-87), tandis qu'un peu plus de 500 kilomètres plus au sud, Chris Paul, arrivé tout droit de La Nouvelle-Orléans, s'est déjà fondu dans le moule de sa nouvelle franchise, contribuant avec ses 20 points et 9 rebonds au succès inaugural des Clippers face à Golden State (105-86). Bien secondé par Blake Griffin (22 points-7 rebonds) et Chauncey Billups (21 points), le joueur quatre fois All Star a montré qu'il faudrait sans doute compter cette saison sur «l'autre» équipe de Los Angeles, jusqu'ici éclipsée par les flamboyants Lakers. S'il a mis un certain temps à se mettre en route, Chris Paul a, à l'image de ses partenaires, su accélérer aux bons moments, à chaque fois que les Warriors commençaient à recoller au score. Menés 41-43 à la pause, les Clippers ont fait la différence au retour des vestiaires, infligeant un 34-25 à leurs rivaux dans le troisième quart-temps avant de finir sur un 30-18. Une prestation à confirmer dès mercredi face au San Antonio de Tony Parker, avant une série de quatre matches au Staples Center qui débutera par la réception de Chicago le 30 décembre. Bryant trop seul Chicago y a déjà pris ses repères, puisque les Bulls se sont donc imposés en Californie dimanche, une victoire arrachée dans les dernières secondes de la partie grâce à Derrick Rose. Auteur de 22 points, le plus jeune MVP d'une saison régulière de l'histoire (22 ans 6 mois et 30 jours) s'est montré particulièrement adroit au tir (9 sur 13), il a en outre été bien secondé par le Britannique Luol Deng, 21 points et 7 rebonds, mais surtout auteur d'un gros travail défensif face à Kobe Bryant, à qui il vola un ballon à 16.9 secondes de la fin avant de contrer l'ultime tentative avant le buzzer de la star des Lakers, auteur de 28 points, à 11 sur 23 au tir. D'où l'hommage rendu à la fin de la rencontre par Rose à ses partenaires: "Si mes coéquipiers n'avaient pas récupéré la balle et ne me l'avaient pas donnée à la fin, je n'aurais pas pu marquer ce panier qui nous a fait gagner le match." Et l'intéressé d'ajouter, à propos de la prestation de son équipe, capable de remonter un handicap de 11 points dans le dernier quart-temps: "Nous avons bataillé dur pour revenir. Nous avons mis davantage d'intensité défensive à la fin. Pendant la rencontre, notre défense n'a pas été présente, ou elle l'a été que par intermittences, nous ne sommes pas parvenus à rester réguliers. Mais à la fin, nous avons bien défendu." Ce qui a permis aux Bulls, au sein desquels Joakim Noah a été présent au rebond (9), mais moins au tir (6 points, 3 sur 12), de terminer la rencontre sur un 17-5, inscrivant même les sept derniers points de cette rencontre. Pas de quoi cependant inquiéter un Kobe Bryant qui a joué toute la rencontre avec des protections au bras et au poignet droits: "J'ai vu beaucoup de choses positives. Nous avons été très bons défensivement, nous avons fait du bon boulot et nous allons faire mieux. Nous allons être très bons défensivement." Un Bryant cependant un peu trop seul dimanche pour empêcher les Bulls d'arracher la victoire, Pau Gasol se contentant de 14 points, mais aucun dans le dernier quart...