Clijsters, la pause forcée

  • A
  • A
Clijsters, la pause forcée
Partagez sur :

Handicapée depuis quelques semaines par une douleur à l'épaule et au poignet droit, Kim Clijsters va devoir observer une pause d'un mois environ. Une indisponibilité qui privera la Belge des demi-finales de la Fed Cup ainsi que du relevé tournoi de Madrid. Si tout va bien, la n°2 mondiale retrouvera le chemin des courts quinze jours avant Roland-Garros qu'elle ne veut absolument pas rater une nouvelle fois.

Handicapée depuis quelques semaines par une douleur à l'épaule et au poignet droit, Kim Clijsters va devoir observer une pause d'un mois environ. Une indisponibilité qui privera la Belge des demi-finales de la Fed Cup ainsi que du relevé tournoi de Madrid. Si tout va bien, la n°2 mondiale retrouvera le chemin des courts quinze jours avant Roland-Garros qu'elle ne veut absolument pas rater une nouvelle fois. C'est un nouveau coup d'arrêt pour Kim Clijsters qui peine, depuis l'entame de sa deuxième carrière entrepris en 2008, à enchaîner les tournois sans se blesser. Cette fois-ci, la Belge, handicapée depuis plusieurs semaines par des douleurs à l'épaule et au poignet droit, va devoir observer un bon mois de repos afin de réparer une surcharge des deux articulations. On ne verra donc pas la n°2 mondiale sur les courts de tout le mois d'avril et sans doute un peu plus. Conséquences, Clijsters ne prendra pas part avec la Belgique aux demi-finales de la Fed Cup face aux Tchèques les 16 et 17 avril à Charleroi. Sa participation au tournoi de Madrid, immense répétition avant Roland-Garros du 30 avril au 8 mai, n'est également déjà plus d'actualité. "C'est vraiment dommage, déplore la n°2 mondiale sur son site internet. J'étais véritablement impatiente de disputer cette Fed Cup. Mais je sentais bien que cela ne tournait pas rond. Trop de petits soucis qui s'accumulaient tardaient à se résorber. Cela m'affectait aussi mentalement..." Si tout va bien, la Belge devrait pouvoir reprendre sa raquette deux semaines avant les Internationaux de France qu'elle n'a plus disputés depuis la saison 2006. "Je ne veux rien forcer, poursuit-elle, car je veux à tout prix éviter que cela devienne chronique. Je souhaite vraiment être de la partie à Roland-Garros." Absente Porte d'Auteuil l'an dernier en raison d'une blessure au pied gauche, sa première occasion de refouler la terre battue parisienne depuis son come-back, Clijsters ne veut pas revivre le même déchirement. Roland-Garros, lieu de la première finale du Grand Chelem de la Flamande. C'était en 2001, elle avait alors 17 ans.