Clijsters en mode majeur

  • A
  • A
Clijsters en mode majeur
Partagez sur :

Sept ans après sa dernière finale à Melbourne, perdue contre Justine Henin, Kim Clijsters a remporté ce samedi matin l'Open d'Australie. La Belge, tête de série n°3, a eu besoin de trois manches pour venir à bout de Li Na (3-6, 6-3, 6-3), qui a craqué après un bon début de rencontre. La Flamande glane son deuxième Majeur consécutif, après l'US Open en 2010.

Sept ans après sa dernière finale à Melbourne, perdue contre Justine Henin, Kim Clijsters a remporté ce samedi matin l'Open d'Australie. La Belge, tête de série n°3, a eu besoin de trois manches pour venir à bout de Li Na (3-6, 6-3, 6-3), qui a craqué après un bon début de rencontre. La Flamande glane son deuxième Majeur consécutif, après l'US Open en 2010. Il n'y a pas que les Etats-Unis qui comptent pour Kim Clijsters. La Belge, qui n'avait remporté depuis le début de sa carrière "que" l'US Open, certes à trois reprises (2005, 2009, 2010), s'est enfin imposée à Melbourne. Sept ans après sa dernière finale là-bas, perdue contre sa meilleure rivale et compatriote Justine Henin, elle a dominé ce samedi matin la Chinoise Li Na en trois sets et un peu plus de deux heures de jeu (3-6, 6-3, 6-3). C'est à l'usure que Kim Clijsters s'est imposée dans ce match, qu'elle a joué en deux temps. Le premier en subissant la loi de Li Na, le second en prenant le dessus physiquement et, sans doute aussi, psychologiquement. Car la Chinoise disputait là sa première finale en Grand Chelem, un paramètre qui a dû compter. De l'expérience, la Belge n'en manque pas et ça s'est vu puisqu'une fois devant au score, elle a verrouillé le court. Dès lundi matin, lors de la publication du nouveau classement WTA, Kim Clijsters sera donc la nouvelle numéro deux mondiale. Et toute proche de Caroline Wozniacki. La détrônera-t-elle cette année, qui pourrait être la dernière de sa carrière ? C'est possible si elle se magnifie autant dans les quelques tournois qu'elle dispute. Ou si, pour ses adieux au circuit, elle décide de jouer davantage. "Désormais, vous pouvez m'appeler Aussie Kim", a-t-elle lancé au public après sa victoire, des fans australiens qui la portent dans leur coeur depuis son idylle avec l'enfant chéri du pays, Lleyton Hewitt. Li Na garde le sourire Sans doute impressionnée en début de match, Li Na a perdu les huit premiers points et s'est vite retrouvée à courir après le score (0-2). Mais la Chinoise ne s'est pas laissée intimider très longtemps. Solide en défense, elle a peu à peu repoussé Kim Clijsters, qui n'a réussi dans le premier set que trois coups gagnants. Les jeux ont alors défilé en faveur de la joueuse asiatique, parfois sur des détails, la Belge ayant eu à deux reprises l'occasion de breaker son adversaire. En vain. Si sur sa première balle de set la tête de série n°9 s'est manquée, elle n'a pas tremblé sur la deuxième en réussissant un passing en bout de course qui a scotché la Flamande au filet (6-3). Mais Kim Clijsters n'est pas du genre à lâcher prise. La Chinoise, en difficulté sur ses deux premières mise en jeu, s'est accrochée comme elle a pu en débreakant deux fois consécutives (2-2). Avant que son agacement finisse par ronger ses bonnes intentions. Les coups variés de la Belge ont fait le reste et c'est en poussant son opposante à la faute, un revers sous la bande du filet, que la tête de série n°3 a bouclé ce set (6-3). Moins incisive qu'en début de rencontre, et nettement moins patiente dans l'échange, Li Na a ensuite totalement perdu pied quand la Flamande lui a pris son service pour mener deux jeux à zéro dans le troisième acte. Le début de la fin. "Que j'ai gagné ou perdu importe peu puisque j'ai bien joué", a-t-elle réagi avec le sourire. Un sourire qui, à l'avenir, pourrait être encore plus large.