Clermont préparé au combat

  • A
  • A
Clermont préparé au combat
Partagez sur :

Une semaine après s'être imposé à Marcel-Michelin (20-13), Clermont remet ça face au Leinster, pour le compte de la quatrième journée de H-Cup, mais cette fois-ci à Dublin. Un déplacement périlleux qui tient à coeur des champions de France en titre, désireux d'afficher leurs ambitions sur la scène européenne en contrant ces redoutables Irlandais aussi sur leurs points forts.

Une semaine après s'être imposé à Marcel-Michelin (20-13), Clermont remet ça face au Leinster, pour le compte de la quatrième journée de H-Cup, mais cette fois-ci à Dublin. Un déplacement périlleux qui tient à coeur des champions de France en titre, désireux d'afficher leurs ambitions sur la scène européenne en contrant ces redoutables Irlandais aussi sur leurs points forts. D'autres s'en seraient contentés. Pas les Clermontois dont les ambitions ne s'arrêtent pas à cette victoire de prestige, la première de leur histoire, obtenue le week-end dernier à Marcel-Michelin face au Leinster (20-13). Enfin sacré champion de France la saison dernière, après tant de désillusions enregistrées en finale, le club auvergnat veut étendre son règne à l'Europe. Une marche au pas de charge qui passe par une nouvelle performance face aux Irlandais dans un contexte autrement plus hostile samedi à Dublin où les Clermontois seront accueillis par 50 000 spectateurs ramassés dans l'Aviva Stadium, enceinte flambant neuve qui a remplacé le mythique Lansdowne Road. Vern Cotter ne s'y trompe pas. "On va devoir monter le curseur de l'agressivité", prévient ainsi le coach auvergnat dans les colonnes de La Montagne. Dans tous les domaines. Mais surtout dans ces rucks où les Irlandais ont tant fait mal aux Clermontois le week-end dernier. "Ils se sont aperçus rapidement, qu'ils pouvaient nous mettre en difficulté sur certaines actions. Je pense qu'ils vont insister sur les points qui ont bien marché la semaine dernière", avance Julien Bonnaire sur le site officiel de l'ASM. "Je crois que tout va se décider sur les zones de ruck où ils nous ont posé de grosses difficultés, la semaine dernière. Nous les avons un peu trop laissé faire dans ce domaine et nous devrons être plus agressifs dans ce secteur pour avoir de meilleurs ballons à exploiter", ajoute le troisième ligne international. Pas de seconde chance... "C'est une équipe de pénibles qui ralentit énormément les ballons. Et derrière, ils peuvent te filer un coup d'accélérateur", résume Elvis Vermeulen, toujours dans le quotidien régional. Les champions de France en titre sont prévenus. Et remontés comme des pendules à la veille de ce match ô combien important, remake du quart de finale perdu la saison dernière sur le fil (28-29), par un Vern Cotter qui garde en travers de la gorge certains comportements de l'équipe de son ancien adjoint, Joe Schmidt. "Ils nous ont parfois manqué un peu de respect sur certaines attitudes", déclare-t-il avant de rappeler le message adressé à ses joueurs: "Les joueurs du Leinster ont beaucoup de vices et il faudra rivaliser avec eux samedi dans ce domaine. Être agressifs et intelligents !" Performante en mêlée, un point fort sur lequel le pack clermontois ne manquera pas d'insister, l'ASM, qui enregistre le retour à l'arrière de Benoît Baby remplaçant au pied levé d'Anthony Floch, retenu en Auvergne par la naissance de son enfant, gardera également un oeil sur Brian O'Driscoll, le joueur emblématique du Leinster, dont la mâchoire ne le fait plus souffrir. "O'Driscoll va amener une confiance supplémentaire au Leinster", estime Cotter. "Les Irlandais nous ont déstabilisés en début de match en enchaînant beaucoup et on peut être sûr qu'ils vont insister dans ce jeu de mouvement." A l'aller, les Clermontois avaient été surpris d'entrée par un essai d'Horgan. Samedi, le droit à l'erreur n'existera pas. A aucun titre. "On a l'habitude des matches couperets en Coupe d'Europe, plus que jamais nous serons dans cette situation, souligne Bonnaire. Il faudra absolument gagner là-bas. Je ne pense pas que notre poule offrira une seconde chance aux deuxièmes. Il faut terminer en tête et cela passe par une victoire à Dublin. Nous savons ce qu'il nous reste à faire..." Reste à l'appliquer.