Clermont, la force de l'habitude

  • A
  • A
Clermont, la force de l'habitude
Partagez sur :

Aussi irrésistibles à domicile qu'inefficaces à l'extérieur, les Clermontois, battus le week-end dernier à Agen, ont réagi en prenant le meilleur, lors de la 23e journée, sur Biarritz (41-13). Face à une formation basque déjà tournée vers son quart de finale européen au programme du week-end prochain, les Auvergnats ont poussé l'orgueil jusqu'à prendre le bonus offensif.

Aussi irrésistibles à domicile qu'inefficaces à l'extérieur, les Clermontois, battus le week-end dernier à Agen, ont réagi en prenant le meilleur, lors de la 23e journée, sur Biarritz (41-13). Face à une formation basque déjà tournée vers son quart de finale européen au programme du week-end prochain, les Auvergnats ont poussé l'orgueil jusqu'à prendre le bonus offensif. Six essais, une 25e victoire consécutive à Marcel-Michelin, la reconquête de la cinquième place provisoire au classement à trois journées de la fin de la saison régulière. Le tableau peut paraître immaculé pour l'ASM à l'issue de cette 23e journée et cette belle victoire bonifiée contre Biarritz (41-13). L'impression est trompeuse. La grave blessure au genou droit du pilier gauche international Thomas Domingo, lequel peut craindre une rupture des ligaments croisés qui mettrait fin à sa saison et ruinerait ses chances de disputer la Coupe du monde, n'est pas la seule en cause. La nature de l'opposition biarrote suffit à elle seule pour relativiser. Au terme de cette humiliation, une semaine après leur démonstration contre Bayonne dans le derby basque (40-10), les Biarrots ne diront pas le contraire... "On voulait faire un match plein mais on passe complètement à côté du sujet", pestait avant même le coup de sifflet final Jack Isaac, l'entraîneur des lignes arrières du BO, devant la caméra de Canal+. "On n'a pas gardé le même état d'esprit que la semaine dernière contre Bayonne. On est tombé sur une équipe qui voulait gagner ce match plus que nous." Un sentiment partagé par Julien Peyrelongue : "On était venu pour ramener un point mais on est passés pour des ridicules. Comme Toulouse cette semaine, on va passer une semaine prochaine difficile. On verra si ça marche ou non pour notre quatre de finale..." Tout est dit. Les hommes de Jean-Michel Gonzalez avaient déjà la tête à la réception du Stade Toulousain le week-end prochain à Anoeta en quart de finale de la H-Cup. Une rencontre en vue de laquelle Traille, Yachvili, Harinordoquy ou encore Lakafia, tous victimes de petits bobos, étaient ménagés ce week-end. En face, les Clermontois étaient eux revanchards après leur défaite concédée à Agen le week-end dernier (26-17), un nouveau revers à l'extérieur qui les a éjectés du Top 6 du classement et placé au coeur de la critique. "On a été touché", reconnaît aujourd'hui Morgan Parra. Et ça se voit d'entrée, le champion de France en titre n'ayant besoin que de 20 petites minutes pour inscrire trois essais, par Vermeulen (3e), Joubert (16e) et Fofana (19e), et mettre déjà la main sur le bonus offensif. Une maîtrise contestée au retour des vestiaires sur un essai heureux de Magnus Lund (41e). Qu'importe, les Auvergnats ne se désunissent pas. Et enfoncent le clou en moins de dix minutes, entre les 56e et 64e minutes, en passant trois nouveaux essais, les deux premiers tout en opportunisme de la part de Parra et Debaty, le dernier en bout de la ligne par Jacquet après une pénalité jouée rapidement par James. Le match est plié et l'essai en fin de match de Ngwenya (74e) reste anecdotique. Le champion n'est pas mort. "Si on joue comme ça, oui, on est candidat à notre propre succession", souffle Julien Bonnaire. Reste à valider cette réaction d'orgueil à l'extérieur pour décrocher son ticket. A Paris lors de la prochaine journée ou à Toulouse lors de la dernière...