Clerc: "Tirer vers le haut..."

  • A
  • A
Clerc: "Tirer vers le haut..."
Partagez sur :

Parmi les Tricolores les plus en vue samedi, à Twickenham, pour son retour en tant que titulaire à l'aile, Vincent Clerc, à l'image de la plupart de ses partenaires, reste à l'issue de ce "crunch" perdu (17-9) habité d'un "sentiment mitigé". Frustré d'avoir pu entrevoir un succès presque inespéré, mais conscient de la marge de progression qu'il reste à explorer pour "que ces gros matches basculent en notre faveur".

Parmi les Tricolores les plus en vue samedi, à Twickenham, pour son retour en tant que titulaire à l'aile, Vincent Clerc, à l'image de la plupart de ses partenaires, reste à l'issue de ce "crunch" perdu (17-9) habité d'un "sentiment mitigé". Frustré d'avoir pu entrevoir un succès presque inespéré, mais conscient de la marge de progression qu'il reste à explorer pour "que ces gros matches basculent en notre faveur". Vincent, y a-t-il une sorte de soulagement d'avoir échappé à la déroute que tout le monde, ou presque, vous prédisait ? Non, il y avait simplement une envie de se tester et de se mesurer à ces Anglais qui, c'est vrai, sont très performants depuis le mois de novembre. Il n'y avait pas de trouille, mais l'envie de montrer qu'on est là, à leur niveau, ou en tout cas pas loin, parce que là on est derrière, donc c'est qu'il nous manque des choses, des petits détails, mais il nous les manque à l'heure actuelle. Mais par contre, on a répondu à ce test, on était venus pour se tester, je crois qu'on a montré qu'on n'était pas loin, mais pas loin, ça ne suffit pas pour gagner des matches de haut niveau. Donc il faut encore progresser. Manque-t-il selon vous de la vitesse et/ou de la créativité, des automatismes dans le jeu de cette équipe de France pour revenir dans une rencontre comme celle-ci ? Je ne sais pas s'il manque de la vitesse. J'ai le sentiment quand même qu'on était parvenu à les déstabiliser, à créer des brèches, vraiment à avancer dans cette rencontre et avec de l'alternance. On a été plus présents en défense, donc peut-être un peu d'automatismes, oui, un peu de fraîcheur aussi. C'est vrai que lorsqu'on court après le score, on s'épuise et à la fin, ça compte. On manque du gaz nécessaire pour faire la "diff'". Il aurait fallu prendre le score ou rester au coude à coude plus longtemps pour ne pas avoir à courir après ces huit points de retard. "Vraiment vingt-trois Français contre une marée anglaise..." Parlez-nous de cette relance en travers que vous initiez et sur laquelle on se dit que vous allez rejoindre la touche avant de repiquer à l'intérieur... Tout simplement, je vois des avants, donc je savais que j'allais jouer le surnombre en contournant les avants avant de redresser pour Clément (Poitrenaud, ce dernier ne parviendra pas à conclure, victime d'une mésentente avec Huget, ndlr). C'est ce qui a été intéressant aussi, à un moment donné, on a su jouer intelligemment aussi face à leurs avants, su alterner. Après, on a perdu trop de ballons dans les rucks et pris trop de pénalités. C'est peut-être ce qui nous a manqués aujourd'hui pour gagner, d'être plus présents ou meilleurs dans ces phases de combat. On a vu la ligne, mais le match était à la fois ouvert et fermé, à chaque fois ça revenait de partout. Il y a eu une grosse intensité défensive, c'est pour ça qu'il y a eu peu d'occasions d'essai. Eux, la véritable occasion qu'ils ont eue, ils l'ont marquée et nous, ça s'est joué à quelques centimètres. Je crois que c'est ce qui fait basculer le match aujourd'hui (samedi). Il a été dit qu'on se sentait souvent seul sur cette pelouse de Twickenham. Ça a été votre cas sur ce match ? En tout cas, on s'est sentis très soudés, vraiment vingt-trois Français contre une marée anglaise, mais je crois vraiment qu'on a répondu présent, il y a eu beaucoup de solidarité, beaucoup d'intelligence aussi défensive comme offensive. Donc vraiment un groupe très soudé dans un contexte difficile. On sait qu'on a le potentiel, maintenant, on attend plus de nous et on se doit d'être meilleurs pour que ces gros matches basculent en notre faveur. Après, on revient aussi de loin, d'une grosse défaite contre l'Australie, on se reconstruit aussi et les prestations montent crescendo par rapport à l'Ecosse et l'Irlande, il faut qu'on continue à tirer vers le haut. Comment vous êtes-vous senti à l'occasion de ce retour dans la peau d'un titulaire ? J'étais content d'être dans le groupe des 23, de rester finalement, puis de jouer dix minutes, puis une demi-heure. Là, j'étais content de démarrer le match, on a toujours envie d'un peu plus. Je ne m'étais pas mis de pression particulière parce que c'était Twickenham ou les Anglais. J'avais envie de bien faire et de bien rentrer dans le groupe pour le collectif et je crois que le collectif a répondu présent. Individuellement, on a répondu dans nos duels aussi et c'est un match intéressant, mais qui ne nous suffit pas. J'avais la sensation de bien me sentir dans ce match, mais je reste sur ma faim parce que j'aurais aimé qu'on fasse basculer le match en notre faveur. Ça laisse un sentiment mitigé, maintenant, il faut qu'on soit plus précis, plus discipliné et plus réaliste. Tout ce qui fait que ça nous laisse des regrets, même si on est parvenu réellement à les déstabiliser et c'est dommage face à ce qui se fait de mieux en Europe depuis le mois de novembre.