Clerc: "Ça monte en puissance"

  • A
  • A
Clerc: "Ça monte en puissance"
Partagez sur :

Voici les principales réactions recueillies dimanche, au McLean Park de Napier, à l'issue de la victoire de l'équipe de France face au Canada (46-19). Les Bleus ont décroché à cette occasion leur deuxième victoire de la Coupe du monde, lors de la 2e journée du groupe A. Les quarts de finale sont en ligne de mire pour les troupes de Marc Lièvremont.

Voici les principales réactions recueillies dimanche, au McLean Park de Napier, à l'issue de la victoire de l'équipe de France face au Canada (46-19). Les Bleus ont décroché à cette occasion leur deuxième victoire de la Coupe du monde, lors de la 2e journée du groupe A. Les quarts de finale sont en ligne de mire pour les troupes de Marc Lièvremont. Vincent CLERC (ailier du XV de France, auteur d'un triplé): "Ça monte en puissance. Les choses qui n'ont pas été contre le Japon ont été bien meilleures, beaucoup plus de maîtrise en tout cas, on s'est montré bien meilleurs dans les rucks, bien meilleurs dans la conservation du ballon quand on a voulu faire des conséquences, même si on s'est encore punis tout seuls en voulant parfois un peu trop jouer dans nos 22 mètres. Au moins, on a fait preuve d'une belle preuve de caractère en allant chercher le bonus offensif. Quant à mes records (ndlr, avec 29 essais en bleu, Clerc n'est plus qu'à deux essais du record de Sella) c'est plus anecdotique, mais j'ai été à la conclusion de beaux mouvements et les copains m'ont fait briller. C'est aussi sympa parce que ça veut dire qu'il y a de la régularité, mais franchement, c'est plus anecdotique. Il faut féliciter les avants qui, dans des conditions difficiles, nous ont constamment remis dans l'avancée." Aurélien ROUGERIE (ailier et capitaine du XV de France): "On a voulu faire quelques passes superflues en début de match, et on a quand même eu la lucidité de se recentrer assez rapidement, parce qu'on a vu que ces passes n'étaient pas vraiment nécessaires et même complètement inutiles, qu'elles nous mettaient en danger ; on s'est recentré sur la stratégie qu'on avait mis en place avant le match. Il n'y avait plus de fébrilité, c'est certain, en tout cas on n'a pas perdu le fil du match. J'aime bien positiver, vous le savez, et malgré quelques erreurs évidentes - que ce soit sur des ballons hauts ou autres conquêtes - je crois qu'on peut se satisfaire de ça. On réussit à marquer un bel essai sur une attaque construite, travaillée tout au long de la semaine. De la fébrilité, je n'en pas senti." Mermoz: "Enfin un rêve qui commence" Julien BONNAIRE (troisième ligne aile du XV de France): "On a pris ce match par le bon bout, mieux construit le match par rapport au Japon, même si le contexte était aussi différent. Les Canadiens avaient joué aussi il y a quatre jours, ça a été, je pense, dur pour eux en seconde période. En tout cas, c'était important de gagner pour nous, pour la confiance et pour travailler un peu plus dans la sérénité en vue des matches qui vont arriver." Maxime MERMOZ (trois-quarts centre du XV de France): "C'était un soir de premières. Ça fait surtout de bien de débuter la Coupe du monde. C'est enfin un rêve qui commence, calme et détendu. Je voulais essayer d'être le plus juste possible, ne pas être dans la fantaisie. J'ai essayé de respecter les schémas et de ne pas sur-jouer par rapport à ce que demandait le jeu. J'ai essayé de faire preuve de justesse (...) Je ne me suis pas bridé, c'était essayer de s'adapter au mieux. J'ai essayé de me concentrer sur la conservation du ballon." Morgan PARRA (demi de mêlée du XV de France): "Avec ces conditions, il faut y aller, sur le terrain... En tentant, vu les conditions justement, on est obligé d'avoir du déchet. Des choses ont été peut-être un peu brouillonnes, parce que les conditions ont fait qu'on a cafouillé (...) On n'a pas été spécialement inquiet sur le terrain, en tout cas pas autant qu'on avait pu l'être la semaine dernière. On va récupérer et savourer entre nous, après, les priorités, ce sera de retravailler la défense. Par moments, on est vite pris en panique, alors qu'on n'a pas spécialement le feu. (Sur la victoire irlandaise face à l'Australie) L'Irlande n'a pas pratiqué un grand jeu, mais elle y a mis l'application, l'envie et la détermination pour gagner ce match. Il faut prendre exemple là-dessus, et si on peut faire la même chose la semaine prochaine, ce serait pas mal." Cudmore: "Les Français sont très forts" Fulgence OUEDRAOGO (troisième ligne aile du XV de France): "Le Japon, c'était un premier match de Coupe du monde, c'était peut-être plus compliqué, avec un peu plus de pression. Là, on a eu une semaine de plus pour travailler, pour essayer de mettre les choses dans l'ordre. C'est un match où on s'est dit qu'il fallait d'abord mettre beaucoup de combat, et ensuite produire du jeu, c'est ce qu'on s'est employé à faire. Louis Picamoles a fait un gros match, difficile, sous la pluie, il nous a fait avancer, il nous a fait du bien. Plusieurs fois, il a été bon sous les ballons hauts, il nous fait de bonnes charges et nous fait gagner le centre du terrain et la ligne d'avantage. C'est un élément important que de pouvoir compter sur un joueur avec ces qualités-là." Jamie CUDMORE (deuxième ligne de l'équipe du Canada): "Ah, bien sûr, je suis très déçu, parce qu'on était vraiment dans le match jusque dans les 10 dernières minutes. Mais on n'a pas été trop précis dans nos derniers lancements et malheureusement, contre une très bonne équipe, ça fait la différence (...) Après notre très gros match contre les Tonga mercredi dernier, on a manqué de gaz en fin de match. Les Français sont très forts. Je pense que toutes les critiques reçues après le Japon n'étaient pas méritées, ils jouent les 10 dernières minutes de la seconde période et ils marquent les points. C'est la marque des grandes équipes." Kieran CROWLEY (sélectionneur de l'équipe du Canada): "On s'était bien préparé et on avait entière confiance dans notre staff médical ; on savait ce qui nous attendait, et on s'était préparé en conséquence. Malheureusement, on n'a pas su concrétiser, on peut en tirer les conclusions qu'on veut, mais nous, on ne se cherche pas d'excuses (...) Je suis très satisfait par certains aspects, mais nous sommes ici pour gagner, nous ne sommes pas ici pour le plaisir de jouer. Bien sûr, on peut aussi se donner une petite tape sur l"épaule et se dire: "Bien joué !" Mais si on dit ça, on ne gagnera jamais."