Ciudad Real domine l'Europe

  • A
  • A
Ciudad Real domine l'Europe
Partagez sur :

Malgré sa défaite du match aller en Allemagne (34-39), Ciudad Real est parvenu à remporter la Ligue des Champions aux dépens de Kiel grâce à son succès de dimanche à domicile (33-27). Didier Dinart, Jérôme Fernandez, Luc Abalo et leurs coéquipiers conservent ainsi leur titre acquis l'an dernier face au THW.

Malgré sa défaite du match aller en Allemagne (34-39), Ciudad Real est parvenu à remporter la Ligue des Champions aux dépens de Kiel grâce à son succès de dimanche à domicile (33-27). Didier Dinart, Jérôme Fernandez, Luc Abalo et leurs coéquipiers conservent ainsi leur titre acquis l'an dernier face au THW. A l'heure qu'il est, les joueurs de Kiel doivent certainement se considérer maudits. Pour la deuxième année consécutive, la Ligue des Champions leur est passée sous le nez pour s'offrir à Ciudad Real, sans doute le plus grand club d'Europe de la décennie. Et pour la deuxième année consécutive, au vu du match aller, la surprise est au rendez-vous. "Compromise", dixit Didier Dinart, "très compliquée" selon Jérôme Fernandez, la mission qui incombait aux Espagnols à l'issue du premier acte relevait quasiment de l'impossible. Vainqueurs 39-34 sur leurs terres la semaine passée, les Allemands de Kiel avaient toutes les cartes en main pour monter sur le toit du vieux continent pour la deuxième fois en trois ans. D'autant que l'expérience de la saison dernière était là pour les rappeler à une vigilance maximale. En 2008 en effet, les partenaires de Nikola Karabatic étaient parvenus à ramener deux buts d'avance de leur déplacement outre-Pyrénées (27-29), avant de s'effondrer à domicile (25-31) et d'assister impuissant au triomphe de leurs rivaux.Menés jusqu'à l'entame du dernier quart d'heureEt la leçon avait manifestement été retenue puisque, agressifs dès le coup d'envoi, les Zèbres avaient tôt fait de prendre la direction des opérations ce dimanche, pour faire la course en tête au tableau d'affichage jusqu'à la pause (13-14). Seulement ne s'impose pas sur le terrain de Ciudad Real qui veut. Forts de 56 victoires - pour seulement trois défaites - lors de leurs 61 réceptions européennes précédentes, les locaux accéléraient à leur tour la cadence. Au point de prendre l'avantage pour la première fois du match à l'entame du dernier quart d'heure (22-21).Dès lors, la machine Ciudad Real était lancée. 24-22, 26-23, 30-26, 32-27, le score ne cessait de s'accentuer en faveur des champions d'Espagne, non sans les contributions de Jérôme Fernandez et Luc Abalo. A 33-27, la messe était dite, la Ligue des Champions aux pensionnaires de la Quijote Arena pour la troisième fois en cinq ans. Pour trouver trace d'un tel retournement de situation, il faut remonter au sacre de Montpellier en 2003. A l'époque, Pampelune avait remporté la finale aller 27-19 avant de subir la loi héraultaise 31-19 au retour. Le THW Kiel de Nikola Karabatic et Thierry Omeyer a également marqué l'histoire à sa manière ce week-end...