City sur tous les fronts

  • A
  • A
City sur tous les fronts
Partagez sur :

Leader invaincu de Premier League, Manchester City s'est qualifié pour le dernier carré de la Carling Cup en allant s'imposer difficilement sur la pelouse d'Arsenal (1-0), alors que Samir Nasri, chahuté par son ancien public, a vécu un retour compliqué à l'Emirates Stadium. Autre qualifié pour les demi-finales, Liverpool l'a emporté 2-0 à Stamford Bridge et fait replonger Chelsea, alors que Cardiff s'est également invité à la fête. Manchester United reçoit Crystal Palace mercredi.

Leader invaincu de Premier League, Manchester City s'est qualifié pour le dernier carré de la Carling Cup en allant s'imposer difficilement sur la pelouse d'Arsenal (1-0), alors que Samir Nasri, chahuté par son ancien public, a vécu un retour compliqué à l'Emirates Stadium. Autre qualifié pour les demi-finales, Liverpool l'a emporté 2-0 à Stamford Bridge et fait replonger Chelsea, alors que Cardiff s'est également invité à la fête. Manchester United reçoit Crystal Palace mercredi. Seule la Ligue des champions résiste pour l'instant à Manchester City. Car s'ils sont en ballotage défavorable dans la prestigieuse compétition européenne avant la dernière journée de la phase de poules, les Citizens continuent à engranger sur les autres fronts. Leader et dernière formation invaincue de Premier League, l'équipe de Roberto Mancini s'est qualifiée mardi pour le dernier carré de la Carling Cup en l'emportant dans les ultimes minutes sur la pelouse d'Arsenal (1-0), grâce à une réalisation de Sergio Agüero. Une élimination difficile à avaler pour des Gunners qui auront globalement mené les débats, sans parvenir à faire vaciller des adversaires plein de ressources et véritables spécialistes du contre assassin, comme sur l'unique but inscrit par le petit Argentin, qui n'avait pas débuté cette rencontre. Car les deux formations se présentaient presque intégralement remaniées par rapport à celles alignées le week-end dernier par Arsène Wenger et Roberto Mancini, puisque les seuls Yohan Djourou côté Gunners et Samir Nasri pour les Citizens auront ainsi enchaîné deux titularisations consécutives après leurs sorties respectives face à Fulham (1-1) et à Liverpool (1-1). Un Nasri auquel le public de l'Emirates Stadium avait d'ailleurs réservé un accueil bien particulier, huant systématiquement son ancien protégé et entonnant régulièrement, sur l'air de "Go West", un "Stand up if you hate Nasri !"* qui avait visiblement l'air de toucher le principal intéressé, tout comme le traitement musclé imposé par son garde du corps du soir, Emmanuel Frimpong. Tellement touché qu'il voulait quitter le terrain lors du premier remplacement de la partie à la demi-heure de jeu, abandonnant même momentanément l'aire de jeu avant de s'apercevoir que c'était bien Kolarov qui devait céder sa place à Agüero... Arsenal, déjà une chance de moins Un changement destiné à réveiller une équipe visiteuse bien timide dans cette première période, malgré une bonne frappe de Johnson (10e), à laquelle Chamberlain répondait en manquant de tromper Pantilimon à bout portant, suite à un bon service de Coquelin (11e). L'ancien Lorientais, titularisé aux côtés de deux autres Français (Koscielny, Squillaci) et autres anciens pensionnaires de Ligue 1 (Park, Chamakh), et ses coéquipiers dominaient stérilement les débats et il fallait attendre le dernier quart d'heure pour voir quelque chose de vaguement consistant, en l'occurrence une frappe d'un Chamberlain décidément bien en jambes (77e). Mais, profitant d'une merveille de déviation signée Johnson, Agüero donnait dans la foulée l'avantage aux siens (0-1, 84e), et la rentrée d'Arshavin ne permettait pas aux Canonniers de refaire leur retard. Une nouvelle désillusion pour Arsène Wenger et ses hommes, finalistes malheureux de la dernière édition et qui ont déjà une chance de moins de remporter leur premier trophée depuis 2005. Neuf jours après un premier acte remporté 2-1 par Liverpool, Blues et Reds remettaient le couvert à Stamford Bridge pour un nouveau duel entre deux formations plus qu'habituées à en découdre, elles qui se sont affrontées à trente reprises toutes compétitions confondues depuis 2004 ! Un nouveau chapitre pour lequel, là aussi, les deux entraîneurs avaient décidé de considérablement bouleverser leur équipe-type, avec de nombreux jeunes (McEachran, Bertrand, Romeu, Lukaku) débutant au sein d'une équipe de Chelsea bien décidée à redonner confiance à Fernando Torres, alors que, dans le camp d'en face, Kenny Dalgish réintégrait lui les expérimentés Jamie Carragher ou Craig Bellamy, et relançait Andy Carroll. Cardiff rêve encore de Wembley L'attaquant anglais le plus cher de l'histoire qui se signalait plutôt négativement en première mi-temps, en voyant son penalty repoussé par Turnbull (22e). Légèrement dominateurs, les Reds parvenaient à prendre un avantage décisif à l'heure de jeu grâce à deux passes décisives de Bellamy, la première pour Maxi Rodriguez (0-1, 58e), la deuxième, sur coup franc, trouvant la tête de Kelly (0-2, 63e). Un score qui ne bougeait plus malgré la rentrée d'Anelka à la place de Malouda (64e), et qui fait replonger des Blues qui avaient relevé la tête face à Wolverhampton samedi dernier (3-0). Le déplacement à Newcastle, samedi, vaut déjà très cher pour Andre Villas-Boas... Dernier match de la soirée, l'affrontement entre Cardiff et Blackburn a vu la victoire surprise des Gallois (2-0), grâce à des réalisations de Kenny Miller (19e) et Anthony Gerrard (50e). Finalistes de la FA Cup 2008, les pensionnaires du Championship rêvent de retourner à Wembley. Il n'y a plus qu'une marche à franchir. *"Levez-vous si vous détestez Nasri !"