City mène grand train

  • A
  • A
City mène grand train
Partagez sur :

Large vainqueur sur la pelouse de Villarreal grâce notamment à un doublé de Yaya Touré (3-0), Manchester City grimpe à la deuxième place du Groupe A, à trois points du Bayern Munich. Et si les Citizens ont confirmé leur montée en puissance au Madrigal et joueront une finale pour la qualification à Naples, les Espagnols, qui ne comptent aucun point après cinq journées, sont eux éliminés.

Large vainqueur sur la pelouse de Villarreal grâce notamment à un doublé de Yaya Touré (3-0), Manchester City grimpe à la deuxième place du Groupe A, à trois points du Bayern Munich. Et si les Citizens ont confirmé leur montée en puissance au Madrigal et joueront une finale pour la qualification à Naples, les Espagnols, qui ne comptent aucun point après cinq journées, sont eux éliminés. Pour ceux qui en doutaient encore, Manchester City voyage désormais en première classe. Première, comme leur place au sommet du classement du championnat anglais depuis l'humiliation infligée à leurs voisins dans le derby de Manchester (6-1), une place qu'ils n'occupent pas encore dans leur groupe de Ligue des champions malgré la tranquille victoire obtenue sur la pelouse de Villarreal mercredi soir (3-0), grâce à un doublé de Yaya Touré et une nouvelle réalisation de Mario Balotelli. Un succès glané hors de leurs bases qui fait suite à ceux de Old Trafford donc, mais aussi Blackburn (4-0) ou encore Wolverhampton la semaine dernière (5-2), et qui les repositionne idéalement dans la course aux huitièmes de finale puisqu'ils sont désormais deuxièmes du groupe A, à trois points du Bayern et surtout deux longueurs devant Naples, battu 3-2 à Munich et chez qui ils disputeront une finale pour la qualification lors de la prochaine journée. En attendant, les Citizens devaient d'abord faire le métier au Madrigal, dans l'antre d'un sous-marin jaune en grande difficulté en Liga (13e) et en Ligue des champions, où ils n'ont toujours pas marqué le moindre point et sont désormais éliminés. Toujours privé de Marco Ruben, Nilmar ou encore Giuseppe Rossi, touché aux ligaments du genou face au Real et absent pour six mois, le très contesté Juan Carlos Garrido avait décidé de donner sa chance à plusieurs jeunes comme Joselu (20 ans), auteur de huit buts avec la réserve depuis le début de saison. Des soucis d'effectif bien éloignés des préoccupations actuelles de Roberto Mancini, qui récupérait donc Balotelli, de retour après une suspension de trois matches européens suite à son coup de sang face au Dynamo Kiev en Ligue Europa la saison dernière. Une seule défaite au compteur Et si le fantasque italien fait toujours autant de parler de lui hors du terrain, ses performances commencent elles - enfin - à être à la hauteur de son talent. Après son doublé face aux Red Devils, le numéro 45 de City s'est cette fois fendu d'un but et d'une belle activité, au cours d'une rencontre qui aura mis du temps à démarrer. Car hormis un tir lointain de Perez Gonzalez (3e), il fallait patienter plus de vingt minutes pour assister à un semblant d'occasion, sur une frappe hors cadre d'un Samir Nasri de nouveau titulaire (21e), tout comme son compatriote Gaël Clichy, qui retrouvait lui le onze de départ après avoir manqué les deux derniers matches. Omniprésent, Yaya Touré, bien servi par David Silva plaçait alors un plat du pied inspiré pour ouvrir le score à la demi-heure de jeu (1-0, 30e). Un avantage qui doublait juste avant la pause, grâce à Balotelli. L'ancien Interiste pénétrait dans la surface adverse grâce à un petit pont avant de se faire bousculer par Catala et de transformer lui-même son penalty (2-0, 45e). Un avantage que les visiteurs allaient tranquillement conserver après le repos, alors que leur entraîneur italien en profitait pour faire tourner son effectif et donner du temps de jeu à certains, comme Adam Johnson, qui suppléait Silva peu après l'heure de jeu (65e). Mais c'était bien Yaya Touré, assurément l'homme du match, qui, lancé par Nasri, assurait définitivement le succès des siens. L'Ivoirien se jouait de l'arrière garde espagnole grâce à un joli crochet avant de tromper une deuxième fois Diego Lopez (3-0, 71e). Manchester City ne compte donc toujours qu'une seule défaite au compteur toutes compétitions confondues depuis le début de saison, un revers concédé à Munich face au Bayern le 27 septembre dernier (0-2). Une déconvenue qui, si elle a largement été éclipsée par l'affaire Tevez, n'a toujours pas été digérée par Roberto Mancini. Nul doute qu'un résultat positif à San Paolo dans trois semaines saurait le lui faire oublier.