City, c'est reparti

  • A
  • A
City, c'est reparti
Partagez sur :

La défaite à Chelsea est effacée. Manchester City a repris sa marche en avant en dominant Arsenal (1-0), lors de l'affiche de la 17e journée de Premier League. Dans un match riche en occasions, seul David Silva a trouvé la faille en début de seconde période. Les Citizens conservent la tête du classement, devant Manchester United, vainqueur un peu plus tôt sur la pelouse de QPR (0-2).

La défaite à Chelsea est effacée. Manchester City a repris sa marche en avant en dominant Arsenal (1-0), lors de l'affiche de la 17e journée de Premier League. Dans un match riche en occasions, seul David Silva a trouvé la faille en début de seconde période. Les Citizens conservent la tête du classement, devant Manchester United, vainqueur un peu plus tôt sur la pelouse de QPR (0-2). Le vent tourne vite du côté de Manchester City. Après avoir connu coup sur coup ses deux premiers couacs de la saison, une élimination en Ligue des champions, et une première défaite en championnat à Chelsea (2-1), les Citizens ont repris leur marche en avant face à Arsenal (1-0), dimanche après-midi. Un huitième succès en huit rencontres à domicile, rendu nécessaire par la victoire de Manchester United à QPR en début d'après-midi (0-2). Pour affronter une équipe d'Arsenal qui restait sur trois succès en trois déplacements, Roberto Mancini avait choisi de miser sur ses ex-Gunners. Si Gaël Clichy était suspendu, Kolo Touré et Samir Nasri, rarement alignés lors des gros matches, ont débuté la rencontre face à leur ancien club. Un choix payant de la part du manager italien, puisque les deux joueurs ont solidement tenu leur poste. C'est pourtant Agüero, intenable, qui allume rapidement la première mèche. Sur un centre de Zabaleta, l'Argentin contrôle en pleine course avant d'envoyer sa demi-volée dans les nuages (9e). Si le début de match est pour City, à l'image de cette frappe de Silva dans les bras de Szczesny (11e), Arsenal réagit rapidement et Hart est obligé de réaliser trois arrêts en deux minutes, face à Gervinho (17e), Walcott (18e) et Vermaelen (18e). Les deux équipes se rendent coup pour coup. Mertesacker se troue en pleine surface, et oblige Szczesny à une parade décisive devant Balotelli (24e). Si Hart est tout heureux de récupérer un mauvais contrôle de Ramsey - fauché en pleine surface par Touré (35e)-, Szczesny est l'homme de cette première période, puisqu'il réalise un nouvel arrêt de classe devant Agüero (42e). Nasri homme du match Au retour des vestiaires, le gardien polonais ne peut que repousser la frappe de Balotelli sur Silva qui ouvre le score (1-0, 53e). Le plus dur est fait pour City ? Par vraiment. Faute d'avoir su se mettre à l'abri par Aguëro, dont la frappe passe au ras du poteau (62e), ou par Zabaleta, qui trouve lui le montant (66e), les Skyblues s'exposent mais peuvent compter sur le talent de Joe Hart. Le gardien mancunien dévie d'abord une frappe de Walcott (54e) avant de sortir une double parade devant Van Persie (67e). Le meilleur pour la fin : une claquette superbe sur une frappe de Vermealen (89e). Nasri, lui, a apprécié la fin du match du banc de touche. Le Français, sorti à la 85e minute sous les applaudissements de l'Etihad Stadium, s'est beaucoup donné sur le terrain. Le plus bas de quatre attaquants de City, l'ancien Gunner, reconnaissable aux huées s'échappant de la tribune réservée aux supporters londoniens à chacune de ses touches de balle, a joué simple et beaucoup défendu. Encore en quête de repères, il a manqué de lucidité en choisissant le centre (manqué) pour Balotelli alors qu'il était seul face aux buts (63e). Ses supporters ne lui en ont pas tenu rigueur en l'élisant homme du match. Sans doute un pied de nez aux fans des Gunners...