Citroën ne s'en fait pas

  • A
  • A
Citroën ne s'en fait pas
Partagez sur :

Si Ford a réalisé le triplé, ce week-end, lors du rallye de Suède, Citroën n'a aucune raison de céder à l'alarmisme. Certes la manche inaugurale de la saison WRC a été un franc succès pour l'ovale bleue et Mikko Hirvonen en particulier, mais le double chevron a également eu son lot de satisfactions. Dans un contexte difficile et historiquement favorable à Ford, Sébastien Ogier et Sébastien Loeb ont su faire le dos rond. En attendant la contre-attaque ?

Si Ford a réalisé le triplé, ce week-end, lors du rallye de Suède, Citroën n'a aucune raison de céder à l'alarmisme. Certes la manche inaugurale de la saison WRC a été un franc succès pour l'ovale bleue et Mikko Hirvonen en particulier, mais le double chevron a également eu son lot de satisfactions. Dans un contexte difficile et historiquement favorable à Ford, Sébastien Ogier et Sébastien Loeb ont su faire le dos rond. En attendant la contre-attaque ? "Je me suis fait chier !" La formule a le mérite d'être claire, Sébastien Loeb n'a que peu goûté le rallye de Suède 2011. "Je suis désolé, je ne sais pas comment le dire autrement. C'était ennuyeux... On ne peut pas être soulagé de finir 6e mais je suis content que ça se termine. On a quand même pris quelques points, donc c'est mieux que rien." Deuxième l'an passé, comme en 2006 et 2007, l'Alsacien n'a cette fois jamais pu prétendre au podium suédois, lourdement handicapé par sa position d'ouvreur sur la première étape, alors que la piste venait d'être couverte d'un épais manteau blanc. Avec un passif de 2'48 au terme de la première journée, le septuple champion du monde n'a pu ensuite que limiter la casse. Pour autant, celui qui reste à ce jour le seul pilote non Scandinave à avoir inscrit son nom au palmarès de cette épreuve si atypique, en 2004, ne s'est pas contenté de subir dans les environs de Karlstad. Auteur de quatre scratches lors de la deuxième étape, Sébastien Loeb n'a pas eu d'égal parmi les pilotes officiels en termes de chronos. A titre de comparaison, Mikko Hirvonen, le vainqueur, Jari-Matti Latvala, le troisième, et Sébastien Ogier se sont tous contentés de trois scratches, comme Mads Ostberg, l'invité surprise du podium, au volant de sa Fiesta estampillée Stobart. Seul le local de l'étape Per-Gunnar Andersson ayant au final fait aussi bien. La DS3 fait l'unanimité Hors de question donc de crier à la "saison de trop" pour Loeb. D'autant que la DS3, malgré une panne de démarreur en toute fin de rallye, semble convenir à l'Alsacien: "La seule satisfaction, c'est que notre voiture est pas mal, on avait un bon feeling dedans, elle est équilibrée et compétitive", concède-t-il. Même son de cloche de la part de Sébastien Ogier, premier pilote Citroën à l'arrivée: "La voiture marche très bien. Si on regarde le nombre de victoires de spéciales, on doit être presque à égalité avec Ford. Ça annonce une saison intéressante." Avec un 12-10 en faveur de l'ovale bleue pour score final, le triplé fordiste est effectivement à nuancer. Un constat d'autant plus vrai que les deux pilotes du double chevron ont eu la bonne idée de briller lors de la spéciale bonus, en clôture du rallye. A l'issue de l'ES22, Sébastien Ogier et Sébastien Loeb ont respectivement recueilli trois et deux unités supplémentaires (voir encadré), limitant de fait l'impact du triomphe suédois des Fiesta au classement général. "Pour leur première course, les DS3 se sont montrées à la fois fiables et compétitives tout au long du week-end, concluait dans un communiqué Olivier Quesnel, le directeur de Citroën Racing. Avant le départ, nous savions que nous n'étions pas les favoris sur un parcours très spécifique. Attendons les premières épreuves sur terre pour avoir une idée précise du potentiel des uns et des autres..." Gageons que le team champion du monde saura redresser la barre dans trois semaines au Mexique.