Citroën, et de sept !

  • A
  • A
Citroën, et de sept !
Partagez sur :

La victoire de Sébastien Loeb au rallye de Catalogne a permis à Citroën d'assurer une septième couronne mondiale des constructeurs. La DS3 succède ainsi avec brio à la Xsara et à la C4, permettant à l'Alsacien de se tourner pleinement vers la conquête du titre des pilotes. La saison n'a toutefois pas été de tout repos pour la marque aux Chevrons, comme en atteste le problème moteur connu par Ogier ce week-end...

La victoire de Sébastien Loeb au rallye de Catalogne a permis à Citroën d'assurer une septième couronne mondiale des constructeurs. La DS3 succède ainsi avec brio à la Xsara et à la C4, permettant à l'Alsacien de se tourner pleinement vers la conquête du titre des pilotes. La saison n'a toutefois pas été de tout repos pour la marque aux Chevrons, comme en atteste le problème moteur connu par Ogier ce week-end... Olivier Quesnel peut être soulagé. Le patron de Citroën Racing a souffert durant la dernière étape du rallye de Catalogne, un dimanche qui a dû lui sembler interminable. Car après les sorties de piste de Loeb et Ogier en Australie, et la casse moteur du septuple champion du monde sur ses routes en Alsace lors du rallye de France (une catastrophe pour le marketing de la marque), Citroën ne pouvait se permettre de perdre encore des points en route face à Ford. Certes, avec 54 points d'avance avant le début de cette avant-dernière manche, l'état-major de Citroën pouvait encore voir venir. Il n'empêche que les deux crevaisons successives d'Ogier, puis son problème moteur durant l'avant-dernière spéciale, ont fait passer quelques sueurs froides aux ingénieurs, privés de joker et contraints de ne compter que sur Loeb. Sa victoire suffisant à assurer le gain d'un septième titre constructeurs, on imagine aisément l'anxiété dans le clan Citroën, alors que la pluie était annoncée sur la fin de l'épreuve. Et Loeb n'a pas craqué, prenant même la troisième place de la Power Stage - l'ultime spéciale du rallye - pour grappiller un petit point supplémentaire dans sa lutte au championnat des pilotes. "Nous éprouvons beaucoup de fierté avec ce titre de champion du monde, le quatrième consécutif pour Citroën. C'est le résultat d'un travail cohérent, d'une équipe sereine et pleine d'humilité. Nous avons fait bloc dans les moments difficiles", notait Olivier Quesnel avant de dresser un premier bilan. "Sur 12 rallyes disputés à ce jour, nous en avons gagné 10, c'est un beau score." Tout pour Loeb au RAC ! Le titre est donc loin d'être immérité, face à une équipe Ford régulière mais le plus souvent trop juste en performances pour faire mieux que titiller les DS3. Seuls les déboires des pilotes Citroën leur ont permis de rester dans la course, Ogier signant son troisième abandon de la saison ce week-end (avec le Mexique et l'Australie). "Nous allons analyser la voiture à l'atelier pour connaitre la raison précise de ce problème, mais nous savons d'ores et déjà que ça n'a pas de lien avec l'abandon de Sébastien Loeb en France." Le constat se veut rassurant, mais n'exclut pas de se poser des questions sur les blocs moteurs des DS3 en cette fin d'année. Nul doute que celui monté sur la voiture de Loeb pour la dernière manche sera scruté, et analysé d'encore plus près que d'habitude... "Nous avions deux objectifs cette saison, le titre pilotes et le titre constructeurs. Nous en avons réalisé un." Reste en effet le titre des pilotes à aller conquérir au RAC, la couronne la plus prestigieuse, la plus médiatisée aussi. Au rallye de Grande-Bretagne, Ogier n'aura plus rien à jouer, privé de la lutte pour le titre des pilotes. Mais le Gapençais pourrait jouer un rôle en s'intercalant entre Loeb et Hirvonen, ou en imposant un gros rythme en tête. A condition de s'adapter aux pistes piégeuses du rallye britannique, où il avait abandonné l'an passé. Avec huit petits points d'avance pour Loeb sur Hirvonen, rien n'est en effet joué, même si l'Alsacien a repris l'ascendant. Il lui faudra pourtant priver le Finlandais de la gagne en Grande-Bretagne, sans quoi l'ultime Power Stage servirait à jouer le titre (25 points pour une victoire, 18 pour une deuxième place, soit sept points d'écart au final). Sauf que cette Power Stage réserve trois points de plus à son vainqueur, deux au deuxième, et un au troisième. A couper le souffle !