Cissé pense en bleu

  • A
  • A
Cissé pense en bleu
Partagez sur :

Meilleur buteur du club en SuperLeague grecque cette année encore, Djibril Cissé et le Panathinaïkos affronte le FC Barcelone mercredi soir pour la 5e journée de la Ligue des champions. Sous le maillot vert du Pana, l'ancien Auxerrois compte se montrer sous son meilleur jour, avec l'équipe de France toujours dans un gros coin de sa tête.

Meilleur buteur du club en SuperLeague grecque cette année encore, Djibril Cissé affronte le FC Barcelone avec le Panathinaïkos mercredi soir pour la 5e journée de la Ligue des champions. Sous le maillot vert du Pana, l'ancien Auxerrois compte se montrer sous son meilleur jour, avec l'équipe de France toujours dans un gros coin de sa tête. Autant le dire tout de suite, le Panathinaïkos n'a plus grand espoir de poursuivre son aventure européenne. Quatrième du groupe D, avec deux petits points en quatre journées, le champion de Grèce se retrouve dans une position pour le moins délicate, à la veille d'affronter le FC Barcelone, qui l'avait surclassé au match aller au Nou Camp (5-1). Mercredi, le Pana retrouve l'armada catalane, dans son antre du stade olympique d'Athènes. Un vrai match de gala pour les Grecs. L'occasion de briller devant la crème du football européen, notamment pour un certain Djibril Cissé. L'ancien Auxerrois est, depuis son arrivée à l'été 2009, la star du club au trèfle. Il avait alors réussi le pari un peu fou de convaincre Raymond Domenech, par ses buts à répétition dans la Superleague héllène (23 la saison passée), de lui laisser une place pour l'Afrique du Sud en juin. La suite est connue, mais n'a fait que décupler l'envie de Cissé de briller en Bleu. Le natif d'Arles multiplie par voie de presse les appels du pied au nouveau sélectionneur, Laurent Blanc. "Personne ne m'imaginait rejoindre l'équipe de France, et j'ai participé à la Coupe du monde. J'ai fait ce qu'il fallait sur le terrain et le sélectionneur ne pouvait pas fermer les yeux sur un joueur qui marque tous les week-ends. C'est ce que je vais refaire cette année, annonçait-il il y a quelques semaines dans France-Soir, car je veux retrouver les Bleus. C'est mon ambition n°1." Déjà 10 buts cette saison Puis il a de nouveau fait part de cette envie, quelques jours plus tard, cette fois dans L'Equipe: "Je veux leur mettre la pression (au staff tricolore, ndlr). Je me sens bien. J'aimerais avoir une chance de montrer que je suis toujours là. Avec les Bleus, je n'ai pas fini. Je ne désespère pas." On n'oserait en douter, vu la façon dont Cissé a su rebondir après les coups durs qui ont jalonné sa carrière, en premier lieu ces deux fractures du tibia à moins de deux ans d'intervalle (2004-2006). Son éventuel retour avec le maillot frappé du coq, l'international français (40 sélections) sait qu'il passe d'abord par des buts, qui sont sa seule possibilité de briser le relatif anonymat du championnat grec. Cissé en est à ce jour à dix réalisations en championnat, après son doublé le week-end passé contre Iraklis (4-2), qui font de lui, au passage, le meilleur buteur français parmi les sélectionnables. Il surnage, dans une équipe du Pana qui n'est pas au mieux, quand certains de ses compatriotes et coéquipiers sont pris dans la tourmente. Sera-ce suffisant ? On prête régulièrement à Cissé l'envie de retourner sous les spotlights de la Premier League anglaise. Son nom est évoqué ça et là, à Aston Villa ou plus récemment à Fulham. Moins prestigieux que Liverpool, mais Laurent Blanc sait passer outre. Il l'a prouvé en sélectionnant Saha (Everton) ou encore N'Zogbia (Wigan). Cissé l'a compris. En attendant, c'est le Barça qui s'approche.