Cissé, le persévérant

  • A
  • A
Cissé, le persévérant
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - L'attaquant revient de nul part pour jouer son premier Mondial.

EQUIPE DE FRANCE - L'attaquant revient de nul part pour jouer son premier Mondial.C'est avec l'esprit revanchard que Djibril Cissé aborde la deuxième Coupe du monde de sa carrière. Présent en 2002 lors du désastre coréen des Bleus, il avait manqué le rendez-vous planétaire en 2006 après une terrible fracture tibia-péroné survenue en match de préparation contre la Chine à Saint-Etienne, quelques jours seulement avant de s'envoler pour l'Allemagne. Appelé dans la liste élargie pour l'Euro 2008, l'attaquant avait quitté Tignes en catimini et en hélicoptère, laissant sa place dans le groupe à Bafétimbi Gomis. Depuis cet épisode douloureux, l'ancien Auxerrois avait complètement disparu de l'entourage des Bleus avant de refaire surface à l'occasion du match amical perdu contre l'Espagne (0-2) en mars dernier.Les treize minutes qu'il a passées sur le terrain ont finalement convaincu Raymond Domenech de l'emmener en Afrique du Sud. Acclamé par le public du Stade de France lors de son entrée en jeu, Cissé s'était démené pour tenter de faire oublier la piteuse performance des Français face aux champions d'Europe espagnols. Mais plus que cette rencontre, c'est son abnégation et sa force de caractère qu'a sans doute retenues le sélectionneur. Malgré son exil en Grèce, le natif d'Arles n'a jamais perdu de vue l'équipe de France. Et après une saison pleine avec le Panathinaïkos, avec au passage le titre de meilleur buteur du championnat (23 buts), il n'a pas relâché son effort. Cissé a rapidement rejoint Lyon où il a maintenu sa condition physique à un niveau optimal avec l'aide de Robert Duverne, le préparateur des Bleus. Preuve qu'il croyait dur comme fer à un nouveau chapitre sous le maillot tricolore.Domenech lui devait une petite revancheAvec raison puisqu'il fait partie du voyage pour le Mondial sud-africain. "Je suis fier. Ce n'était pas gagné de venir là et refaire parler de moi au haut niveau et en équipe de France. On m'a vu défendre, courir, jouer pour les autres", a-t-il expliqué dans les colonnes du journal Le Monde. Et c'est bien cela qu'attend Domenech de ses joueurs. Du tempérament, de l'envie, en bref un mental de guerrier qui plait à tout sélectionneur. Karim Benzema, le grand absent de la liste, paie sans doute là son comportement entrevu contre la Roumanie en septembre dernier, rencontre à l'issue de laquelle le Madrilène avait déclaré qu'il "n'avait pas envie de tout donner". Domenech avait été très clair avant d'annoncer sa liste, fustigeant les "egos" et promettant des "coups de fusil" aux récalcitrants. Benzema en est la victime, Cissé le grand bénéficiaire.Malgré la non-sélection de l'ancien Marseillais en 2008, les liens entre Domenech et Cissé, qui remontent à l'époque des Espoirs avec notamment une finale disputée lors de l'Euro 2003, ne se sont jamais détériorés. Et le technicien français lui devait une petite revanche après l'épisode de Tignes. Au moment d'entamer sa dernière compétition à la tête de l'équipe de France, il était également logique que Domenech, échaudé par le précédent fâcheux de l'Euro 2008, s'appuie sur des joueurs mobilisés, à l'écoute et prêts à se sacrifier pour les Bleus. Le portrait-robot de Cissé en quelque sorte. Avec 38 sélections et neuf buts inscrits en Bleu, l'attaquant devrait toutefois se contenter d'un rôle de joker, l'atout que Domenech pourrait sortir de sa manche pour disputer les dernières minutes d'un match bloqué. Henry et Anelka disposent en effet d'une longueur d'avance pour mener le secteur offensif français. Cissé, déjà bien heureux de faire partie de l'aventure, sera dévoué au service de l'équipe. Sans jamais renoncer.