Cissé doit-il être titulaire ?

  • A
  • A
Cissé doit-il être titulaire ?
Partagez sur :

En l'absence sur blessure de Karim Benzema et Kevin Gameiro, Laurent Blanc a choisi de rappeler Djibril Cissé dans le groupe France. Le sélectionneur possède trois attaquants pour évoluer dans l'axe avec Loïc Rémy, Bafétimbi Gomis et Djibril Cissé. L'attaquant de la Lazio doit-il être titularisé vendredi au Stade de France face à l'Albanie, c'est l'enjeu du débat du jour.

En l'absence sur blessure de Karim Benzema et Kevin Gameiro, Laurent Blanc a choisi de rappeler Djibril Cissé dans le groupe France. Le sélectionneur possède trois attaquants pour évoluer dans l'axe avec Loïc Rémy, Bafétimbi Gomis et Djibril Cissé. L'attaquant de la Lazio doit-il être titularisé vendredi au Stade de France face à l'Albanie, c'est l'enjeu du débat du jour. OUI Djibril Cissé en équipe de France, cela n'a absolument rien d'incongru. L'attaquant de la Lazio a fait un retour tardif mais remarqué en sélection et le voilà qui postule à une place de titulaire pour affronter l'Albanie. Car en l'absence de Karim Benzema ou Kevin Gameiro, l'ancien du Panathinaïkos possède de sérieux atouts pour débuter la rencontre. D'une part, Loïc Rémy évolue davantage sur le flanc droit de l'attaque sous le maillot tricolore, d'autre part contrairement à Bafétimbi Gomis, Cissé, fort de 40 sélections pour 9 buts, ne débarque pas dans l'inconnu. Or, s'il s'agit d'un adversaire à la portée des Bleus, seule la victoire sera permise vendredi soir. Laurent Blanc sait pertinemment que Cissé ne fait pas partie des buteurs qui doutent. Il a des défauts mais pas celui de manquer de confiance. De plus, le sélectionneur a toujours affirmé qu'il ne prendrait pas l'attaquant de la Lazio Rome, qui n'a plus porté le maillot bleu depuis la Coupe du monde 2010, pour rien. Au fil des mois et des sélections, le sujet Cissé est revenu à plusieurs reprises sur le tapis et jamais il ne lui a fermé la porte. En mai dernier, il répondait: "Non, la liste ne lui est pas fermée. Si un jour j'ai besoin d'un buteur en raison de blessures ou de méformes, je sais sur quelles qualités on peut compter avec lui." La semaine dernière, Laurent Blanc affirmait encore: "C'est un joueur que l'on suit, que l'on regarde." La vérité des blessures entrouvre la porte à un Cissé qui ne demandait que ça. L'expérience, la confiance ainsi que son adaptation rapide à Rome plaident en sa faveur. Il a toute sa place à la pointe des Bleus face à l'Albanie. Michael Balcaen NON Si Djibril Cissé est de retour en équipe de France, plus d'un an après sa dernière cape lors de la triste Coupe du monde 2010, il ne le doit qu'aux absences de Karim Benzema et Kevin Gameiro. Le propulser titulaire à la pointe des Bleus face à l'Albanie n'aurait aucun sens d'un point de vue hiérarchique. Dans son groupe de vingt-trois, Laurent Blanc a d'abord choisi de faire confiance à d'autres attaquants. Loïc Rémy et Bafétimbi Gomis en faisaient partie avant lui, il serait donc logique qu'ils aient les faveurs du sélectionneur. A Marseille, malgré le manque de résultats de l'OM, Loïc Rémy prouve semaine après semaine qu'il est plus qu'un joueur de couloir. C'est dans un registre plus axial qu'il évolue d'ailleurs depuis plusieurs mois et son bilan est, dans cette position, très flatteur. Quant à Bafétimbi Gomis, sa régularité avec l'Olympique Lyonnais l'a mis dans une confiance qui pourrait être bénéfique pour les Bleus, à la recherche de spontanéité et de vitesse dans un secteur offensif qui en a cruellement manqué lors des derniers matches. Alors oui, Djibril Cissé possède lui aussi ces qualités. Et une certaine expérience. Mais quel impact psychologique aurait sa titularisation sur ses deux concurrents ? Depuis qu'il a pris ses fonctions, Laurent Blanc cherche à rebâtir une équipe avec du neuf. Sachant que le buteur de la Lazio Rome disparaitra de la liste dès que Karim Benzema et Kevin Gameiro seront aptes, alors que Loïc Rémy et Bafétimbi Gomis ont plus de chances d'y rester, il vaut mieux les mettre, eux, sur le terrain. C'est une question de bon sens. Thomas Pisselet