Cinq billets à distribuer

  • A
  • A
Cinq billets à distribuer
Partagez sur :

Après la qualification de l'Angleterre vendredi, il reste cinq billets à distribuer pour la phase finale de l'Euro 2012. Avec la "finale" France-Bosnie, le Portugal, la Grèce et la Russie sont les nations les mieux placées avant les dernières rencontres, à l'issue desquelles on connaîtra les douze qualifiés directs et les huit barragistes. Voici les enjeux groupe par groupe.

Après la qualification de l'Angleterre vendredi, il reste cinq billets à distribuer pour la phase finale de l'Euro 2012. Avec la "finale" France-Bosnie, le Portugal, la Grèce et la Russie sont les nations les mieux placées avant les dernières rencontres, à l'issue desquelles on connaîtra les douze qualifiés directs et les huit barragistes. Voici les enjeux groupe par groupe. GROUPE A Déjà qualifié: Allemagne. En ballotage pour les barrages: Turquie, Belgique. Derrière l'Allemagne déjà qualifiée, deux équipes vont se disputer la place de barragiste: la Belgique et la Turquie. Les Diables Rouges, qui n'ont plus participé à une phase finale d'un Euro depuis 2000, sont condamnés à l'exploit mardi à Düsseldorf face à la Mannschaft qu'ils n'ont plus battue sur le sol allemand depuis 101 ans ! Car dans le même temps, les Turcs, avec un point de moins que la Belgique, devraient faire le boulot contre la modeste équipe de l'Azerbaïdjan. Eden Hazard, qui a marqué son premier but en sélection contre le Kazakhstan (4-1) vendredi, et ses compatriotes se trouvent donc devant un immense défi. GROUPE B Déjà qualifié: Aucun. En ballotage: Russie, Irlande, Arménie. La Russie a fait la moitié du chemin vendredi en s'imposant en Slovaquie (0-1). Un simple match nul mardi contre Andorre et les Russes termineraient à la première place de leur groupe. La rencontre entre l'Irlande et l'Arménie, à Dublin, déterminera donc le nom du barragiste. Avantage aux Irlandais, qui s'étaient imposés à Erevan en septembre 2010 (0-1). Sortie par la France en barrages du Mondial sud-africain, l'Irlande devrait repasser par cette double confrontation pour disputer une première phase finale de l'Euro depuis 1988. GROUPE C Déjà qualifié: Italie. En ballotage: Estonie, Serbie. Depuis sa victoire en Irlande du Nord vendredi (1-2), l'Estonie a terminé sa campagne des éliminatoires. Deuxièmes du groupe derrière l'Italie, déjà qualifiée, les Estoniens prient pour un faux pas de la Serbie afin de s'offrir une place de barragiste. Avec un point de retard, les Serbes savent donc ce qu'il leur reste à faire pour dépasser l'Estonie au finish. Un succès en Slovénie mardi et le tour est joué. Ce serait forcément une grosse déception pour les Estoniens, qui n'ont jamais été aussi près de se qualifier pour la phase finale d'une compétition internationale, Euro et Coupe du monde confondus. GROUPE D Déjà qualifié: Aucun. En ballotage: France, Bosnie. C'est une finale que vont disputer la France et la Bosnie mardi au Stade de France. Les deux pays ont encore la première place en ligne de mire, avec un avantage pour les Bleus qui n'ont besoin que d'un match nul pour se qualifier directement pour l'Euro. Les Bosniens, battus à l'aller à Sarajevo (0-2), espèrent renverser les pronostics. Une victoire contre les Français et ils joueraient pour la première fois de leur histoire une phase finale d'une compétition internationale. En 1993, dans un cas de figure quasiment identique, la France avait raté l'avion pour le Mondial aux Etats-Unis en s'inclinant en toute fin de match face à la Bulgarie au Parc des Princes. Un scénario catastrophe que la bande de Laurent Blanc ne souhaite pas vivre. GROUPE E Déjà qualifié: Pays-Bas. Qualifié pour les barrages: Suède. Tout est déjà joué dans ce groupe E avec la première place entre les mains des Pays-Bas, vice-champion du monde, et les barrages pour la Suède de Zlatan Ibrahimovic. Affrontement sans pression alors entre les deux équipes mardi à Solna ? Pas vraiment puisque les Suédois peuvent décrocher la place de meilleur deuxième et donc se qualifier directement pour la phase finale s'ils s'imposent face aux Néerlandais. GROUPE F Déjà qualifié: Aucun. En ballotage: Grèce, Croatie. La Grèce, championne d'Europe en 2004, a fait un grand pas vendredi en dominant la Croatie (2-0) vendredi. Les Grecs, premier de leur groupe, n'ont besoin que d'un point en Géorgie pour assurer leur billet pour l'Ukraine et la Pologne l'été prochain. Pour les Croates, une place en barrages est déjà assurée, mais ils peuvent encore terminer meilleurs deuxièmes des éliminatoires s'ils s'imposent face à la Lettonie et selon les résultats des autres nations dans la même situation, à savoir: si la Suède ne bat pas les Pays-Bas, si la rencontre Danemark-Portugal ne se termine pas sur un résultat nul et si la Russie ne s'incline pas contre Andorre. Tant qu'il y a de l'espoir... GROUPE G Déjà qualifié: Angleterre. Qualifié pour les barrages: Monténégro. Les jeux sont faits dans le groupe G avec la qualification de l'Angleterre depuis son match nul au Monténégro vendredi (2-2). Les Monténégrins sont quant à eux assurés de disputer les barrages en novembre prochain, quel que soit leur résultat en Suisse mardi. GROUPE H Déjà qualifié: Aucun. En ballotage: Portugal, Danemark, Norvège. Le Danemark et le Portugal se disputent la première place du groupe à Copenhague. Les deux équipes comptent le même nombre de points mais une différence subsiste: les Danois sont assurés de terminer à une des deux premières places, quel que soit le résultat de la Norvège contre Chypre. Troisièmes à trois points du duo de tête, les Norvégiens visent un large succès et une défaite portugaise pour ravir la deuxième place à la différence de buts. Il faudrait que les Portugais s'écroulent à Copenhague pour qu'un tel scénario se produise. GROUPE I Déjà qualifié: Espagne. En ballotage: République tchèque, Écosse. L'Espagne, championne d'Europe en titre, a survolé sa campagne de qualification. Derrière les Espagnols, deux pays sont encore en course pour une place en barrages: l'Ecosse et la République tchèque. Les Ecossais, qui disposent d'un point de marge, se rendent à Alicante mardi avec l'espoir d'affronter une Roja peut-être démobilisée et que la Lituanie domine les Tchèques à Kaunas. L'Ecosse n'a plus participé à un rendez-vous international depuis le Mondial 1998 en France.