Cielo sera dans l'eau

  • A
  • A
Cielo sera dans l'eau
Partagez sur :

Cesar Cielo prendra bien part aux Mondiaux de Shanghai, qui débutent dimanche. Contrôlé positif au furosémide, un diurétique pouvant masquer la prise de produits dopants, le Brésilien avait été averti par sa Fédération, ce que le Tribunal arbitral du sport a confirmé jeudi. Mais l'appel de la Fina, qui réclamait une suspension, a été rejeté.

Cesar Cielo prendra bien part aux Mondiaux de Shanghai, qui débutent dimanche. Contrôlé positif au furosémide, un diurétique pouvant masquer la prise de produits dopants, le Brésilien avait été averti par sa Fédération, ce que le Tribunal arbitral du sport a confirmé jeudi. Mais l'appel de la Fina, qui réclamait une suspension, a été rejeté. A 72 heures du coup d'envoi dimanche des épreuves de course des championnats du monde, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a tenu ses engagements et rendu jeudi matin, depuis Shanghai, son verdict dans la délicate affaire Cielo. La procédure accélérée souhaitée par tous - pour ne pas voir ces Mondiaux porter l'ombre du soupçon - a accouché d'une décision qui, aux yeux de beaucoup, pourra apparaître pleine de mansuétude pour un Cesar Cielo finalement autorisé à défendre en Chine ses deux titres du 50 et du 100 m. L'empereur du sprint mondial, contrôlé trois fois positif au furosémide (un diurétique figurant sur la liste des produits interdits et capable de masquer un protocole de dopage) lors du Maria Lenk Trophy à Rio en mai dernier - en compagnie de trois autres membres de l'équipe brésilienne - ne sera donc pas l'Alberto Contador de cette édition 2011. A l'image du cycliste espagnol, qui a pu prendre le départ de l'actuel Tour de France malgré son contrôle positif, sans que sa procédure de jugement ait pu aller à son terme avant le coup d'envoi de la Grande boucle. Mesure de clémence En pleine tourmente depuis des semaines, Cielo, qui à 24 ans aurait même envisagé de mettre un terme à sa carrière, aura eu raison d'accepter ce jugement accéléré et de ne pas tenter de la freiner par des manoeuvres procédurières. Auditionné par visio-conférence, le voilà blanchi par le TAS, contre la volonté de la Fédération internationale, qui par son appel avait désavoué la Fédération brésilienne (CBDA) et le simple avertissement adressé à sa star. La Fina souhaitait la suspension de Cielo, sous la menace d'une mise à l'écart pouvant aller jusqu'à deux ans. Les arguments de l'intéressé, qui aura toujours soutenu la thèse de la contamination accidentelle de compléments alimentaires, ont donc à l'évidence convaincu les juges du TAS. On s'interrogera malgré tout sur l'exception faite concernant Vinicius Waked, coéquipier de Cielo, qui écope pour sa part d'un an de suspension, "étant donné l'existence d'une deuxième infraction" (ndlr, Waked avait déjà été sanctionné le 4 février 2010 d'une suspension de deux mois après un contrôle positif pour une substance spécifiée), explique le communiqué. Eu égard à son statut et à un casier vierge jusqu'alors, le double champion du monde bénéficie lui d'une sorte de clémence, qui devrait lui permettre d'enrichir son palmarès au cours de la prochaine semaine, pour peu qu'il ait réussi à se préserver psychologiquement. Pierre angulaire du relais 4x100 m brésilien, Cielo, titulaire des meilleures performances mondiales de l'année sur 50 m et sur 50 m papillon, mais aussi de la deuxième sur 100 m, peut rêver d'éclabousser à nouveau ces Mondiaux. Ses rivaux français, à commencer par Alain Bernard, qui n'avait pas hésité à déclarer son scepticisme devant la défense de Cielo, sont prévenus: leur pire cauchemar est de retour !