Christchurch privée de Coupe du monde

  • A
  • A
Christchurch privée de Coupe du monde
Partagez sur :

Dévastée par un très violent séisme en février dernier, Christchurch ne pourra pas accueillir des matches de la Coupe du monde de rugby, prévue du 9 septembre au 23 octobre prochain, a annoncé mercredi le gouvernement néo-zélandais. Cinq matches de poules et deux quarts de finale devaient être organisés dans la deuxième ville du pays, mais les dégâts causés par le tremblement de terre ont contraint les autorités à renoncer.

Dévastée par un très violent séisme en février dernier, Christchurch ne pourra pas accueillir des matches de la Coupe du monde de rugby, prévue du 9 septembre au 23 octobre prochain, a annoncé mercredi le gouvernement néo-zélandais. Cinq matches de poules et deux quarts de finale devaient être organisés dans la deuxième ville du pays, mais les dégâts causés par le tremblement de terre ont contraint les autorités à renoncer. L'histoire aurait été belle. Frappée de plein fouet par un terrible tremblement de terre le 22 février dernier, qui a fait au moins 166 morts et causé de nombreux dégâts matériels, Christchurch rêvait de pouvoir organiser des matches de la Coupe du monde de rugby, prévue en Nouvelle-Zélande du 9 septembre au 23 octobre prochain. Mais l'organisation a dû se rendre à l'évidence. La deuxième ville du pays a été trop durement touchée pour accueillir cinq matches de poules et deux quarts de finale, comme cela était prévu. "C'est avec des regrets sincères que les responsables sont convenus aujourd'hui que tous les matches de la Coupe du monde de rugby 2011 programmés à Christchurch devaient être déplacés", a annoncé le ministre néo-zélandais chargé de la Coupe du monde, Murray McCully, lors d'une conférence de presse retransmise mercredi à la télévision nationale. "Le gouvernement souhaitait vivement que l'ensemble des matches prévus, ou du moins, leur majorité, se tiennent ici à Christchurch. Mais à la fin de cette journée, nous avons réalisé que les risques pris n'étaient pas acceptables en raison de la nature de l'événement sportif, le plus important jamais accueilli dans le pays", a-t-il poursuivi à l'issue d'une rencontre avec des responsables de l'International Rugby Board (IRB), qui ont pris connaissance des rapports d'ingénieurs sur la capacité d'accueil de la ville. Ces derniers ont notamment pointé du doigt le manque de logements pour accueillir le public. "Hier, (mardi) nous avons été informés par les ingénieurs qu'ils ne pouvaient pas garantir que les réparations nécessaires pour les structures du stade et la surface de jeu pourraient être terminées à temps, a expliqué le président de l'IRB, Bernard Lapasset. Cette information signifie que les organisateurs n'ont pas d'autre choix que de prendre la difficile décision de réaffecter les sept matchs ailleurs qu'à Christchurch", a poursuivi le dirigeant français. Du coup, les deux quarts de finale se disputeront à l'Eden Park d'Auckland, tandis que les lieux des cinq matches de poule seront répartis ultérieurement.