Chômage technique sur le Giro

  • A
  • A
Chômage technique sur le Giro
Partagez sur :

Journée mouvementée sur le Giro lors de la 9e étape à Milan. Le peloton a neutralisé la course en stoppant son effort en guise de protestation. Après discussion, les coureurs sont repartis pour terminer une étape qui ne sera finalement pas comptabilisée. Cavendish s'est tout de même imposé au sprint.

Journée mouvementée sur le Giro lors de la 9e étape à Milan. Le peloton a neutralisé la course en stoppant son effort en guise de protestation. Après discussion, les coureurs sont repartis pour terminer une étape qui ne sera finalement pas comptabilisée. Cavendish s'est tout de même imposé au sprint.Milan, théâtre habituel de la dernière étape du Giro depuis sa création en 1909, a connu un petit mélodrame ce dimanche. La capitale Lombarde reléguée cette année au rang de ville étape avait pourtant mis les petits plats dans les grands pour cette course de gala baptisée par les organisateurs « Milan Show » ! Las, de show, il n'y en pas eu... Parce qu'à l'amorce du sixième passage sur la ligne, les coureurs du peloton, Danilo Di Luca en tête, s'arrêtent devant le public et mettent pieds à terre. Le maillot rose en personne prend la parole et indique à la direction de course que la grande bagarre tant attendue n'aura pas lieu. En cause, la dangerosité de ce circuit tracé dans les rues de la capitale Lombarde qui a provoqué, lors des premiers tours de roues et des premières banderilles, des chutes à répétition. Cette multiplication d'incidents de course, conjugués à la menace de nuages noirs, laissent le peloton dans un sentiment de doute. Après quelques instants de négociations entre la direction de course et le porte-parole désigné des coureurs, l'étape est déclarée neutralisée. Cavendish pour l'honneur Di Luca prend la parole, explique la situation et présente ses excuses au public venu en masse. Après maintes tergiversations, la course ou ce qu'il en reste, peut reprendre. Groupé, le peloton roule dans des moyennes de course proche du critérium de fin d'été et non d'un Giro. A 30 km/h, la procession s'annonce longue... Pourtant, à deux tours du terme de la course, les équipes de sprinters se placent à l'avant du peloton et accélèrent le rythme. Saxo Bank et Columbia mènent le train pour mettre sur orbite leurs puncheurs respectifs. Même sans enjeu, le peloton ne semble pas vouloir laisser la victoire leur filer sous le nez. Le sprint est lancé, les Columbia ont idéalement placé Mark Cavendish, le sprinter maison. Le Britannique l'emporte sans surprise et sans être menacé et apporte ainsi une quatrième victoire pour son équipe dans ce Giro 2009.