Cholet s'y remet

  • A
  • A
Cholet s'y remet
Partagez sur :

Après deux défaites concédées face à Roanne et Sienne, Cholet a repris sa marche en avant contre Le Havre (91-78), ce dimanche, en clôture de la 8e journée de Pro A. Porté par un excellent Samuel Mejia (28 points, 7 passes), le CB rejoint Gravelines-Dunkerque, Chalon-sur-Saône et la Chorale en tête du championnat.

Après deux défaites concédées face à Roanne et Sienne, Cholet a repris sa marche en avant contre Le Havre (91-78), ce dimanche, en clôture de la 8e journée de Pro A. Porté par un excellent Samuel Mejia (28 points, 7 passes), le CB rejoint Gravelines-Dunkerque, Chalon-sur-Saône et la Chorale en tête du championnat. La pression était sur Cholet. Ce qui n'a pas dérangé plus que ça le club des Mauges. En déplacement au Havre en clôture de la 8e journée de Pro A, le CB devait l'emporter pour, une, rebondir quatre jours après sa défaite en Euroligue contre Sienne (61-70), et deux, revenir sur le trio de tête composé de Gravelines-Dunkerque, Chalon-sur-Saône et Roanne, vainqueurs respectifs la veille contre Strasbourg (90-81), Limoges (81-60) et Vichy (93-67). Mission accomplie pour les joueurs d'Erman Kunter, qui se sont imposés en opposant aux Havrais une défense de fer d'entrée de match pour ensuite dérouler (91-78). Une semaine après s'être incliné contre la Chorale à la Meilleraie (74-92), le tenant du titre a prouvé qu'il avait de la ressource. Le STB, privé de son meneur Yohan Sangaré (cuisse) et de l'intérieur Maxime Zianveni (pied) reste, malgré la défaite, en course pour la Semaine des As. Dans le sillage de Claude Marquis, omniprésent dans le premier quart-temps, Cholet a pris le meilleur départ dans ce match (18-6, 5e). Les efforts de Nicholas Pope, s'ils ont un temps permis au STB de limiter la casse, n'ont pas empêché le CB de garder un net avantage grâce à un Samuel Mejia inspiré à longue distance (27-16, 10e). En l'absence de Fabien Causeur, qui souffre d'un pied, l'arrière dominicain n'a pas non plus fui ses responsabilités dans le deuxième acte, assurant parfois même seul la marque pour les champions de France. Heureusement pour les Normands que Wes Wilkinson a sauvé les meubles à ce moment là (45-34, 20e), sinon l'addition aurait été beaucoup plus salée. L'adresse suspecte des visiteurs à trois points (3/10 soit 30%) et le rendement limité d'Antywane Robinson (7 points, 4 rebonds en 23 minutes) auraient pu être des freins après le repos. Mais la profondeur du collectif choletais est telle qu'il y a toujours, sur le parquet ou sur le banc, une solution fiable. Si Randal Falker en est une connue (14 points, 8 rebonds), Christophe Leonard et Luc-Arthur Vebobe n'ont pas manqué l'occasion d'apporter leur pierre à l'édifice bâti de mains de maître par un Samuel Meija en feu (28 points, 3 rebonds, 7 passes), faisant gonfler l'écart à dix-huit longueurs (72-54, 31e). C'en était trop pour les joueurs de Jean-Manuel Sousa, qui sont revenus tant bien que mal grâce à Nicholas Pope (20 points, 3 passes). Le mal était déjà fait.