Cholet, ça sera corsé !

  • A
  • A
Cholet, ça sera corsé !
Partagez sur :

Le championnat rouvre ses portes vendredi soir par un match entre les derniers champions de Pro A et Pro B, Cholet et Pau-Lacq-Orthez. L'occasion de faire le point sur les forces en présence avant le coup d'envoi de cette nouvelle saison, qui s'annonce plus disputée que jamais. Le Mans, Villeurbanne et Gravelines-Dunkerque semblent les mieux armés pour concurrencer le CB.

Le championnat rouvre ses portes vendredi soir par un match entre les derniers champions de Pro A et Pro B, Cholet et Pau-Lacq-Orthez. L'occasion de faire le point sur les forces en présence avant le coup d'envoi de cette nouvelle saison, qui s'annonce plus disputée que jamais. Le Mans, Villeurbanne et Gravelines-Dunkerque semblent les mieux armés pour concurrencer le CB. ILS VISENT LE TITRE Champion de France en titre, Cholet risque d'être bousculé dans son opération reconquête. Les départs de Gelabale et Linehan ont un peu affaibli l'équipe d'Erman Kunter, il faudra voir si les renforts de Diarra, Avdalovic ou Nelson seront suffisants pour tenir sur la durée. D'autant que les Choletais risquent aussi de perdre de l'énergie en Euroligue, une compétition dans laquelle le coach turc ne veut pas se contenter d'un rôle de figurant. Le moindre faux pas du CB sera une occasion pour ses plus féroces concurrents au titre de lui envoyer un message. Parmi eux, Le Mans semble avoir l'effectif le plus costaud et le plus homogène. L'arrivée de Pellin en back-up de Diot permet au MSB d'avoir deux meneurs de qualité, et J.D. Jackson peut s'appuyer sur un secteur intérieur très riche avec Covile, Koffi, Batista et Rupert. Reste une inconnue à l'arrière avec Acker, trop en retrait jusque-là. Villeurbanne et Gravelines-Dunkerque sont également deux sérieux candidats pour une place à Bercy, où aura lieu la finale du championnat en juin prochain. L'Asvel, malgré une saison 2009-10 ratée, s'est construit un cinq majeur séduisant avec Hammonds, Vassallo, Gelabale, Jefferson et Zizic. Quoiqu'en pensent ses détracteurs, le club entraîné par Vincent Collet reste une place forte de la Pro A. Le problème risque d'être la profondeur de banc car si Foirest est un joueur d'expérience, Jackson, Lacombe, Tillie et Fofana sont tous des très - ou trop - jeunes éléments pour viser le haut du panier. Le BCM, finaliste malheureux de la Coupe de France et demi-finaliste lors des play-offs la saison dernière, a réussi un recrutement de qualité en enrôlant Jeff Greer à l'aile et Issa à l'intérieur tout en conservant une bonne partie de son ossature. Woodside et Bokolo forment un duo pétillant au poste un, et avoir conservé Johnson est un coup de maître réalisé par la formation de Christian Monschau. Suffisant pour jouer les premiers rôles jusqu'au bout ? Tout dépendra du rendement d'Owens, qui a remplacé J.K. Edwards sous le cercle sans, pour l'instant, avoir réussi à le faire oublier. ILS VISENT LES PLAY-OFFS La densité est telle cette saison qu'il est difficile de savoir à l'avance qui finira à quelle place. Entre les équipes candidates au titre et celle qui suivent, la marge est si infime que des éventuelles surprises n'en seraient pas vraiment. Il n'y a qu'à voir l'effectif d'Orléans pour comprendre que cet exercice 2010-11 s'annonce relevé et indécis. Les hommes de Philippe Hervé, vainqueurs de la dernière Coupe de France, possèdent un secteur intérieur haut de gamme, malgré le départ de Vaty, avec Sy, Moss et Moerman. L'apport de J.R. Reynolds à la mène va aussi un peu soulager Curti. Les extérieurs Ndoye et Bell restent un point d'interrogation. Toujours très pénible à affronter à domicile, Roanne a perdu Mims et Noel cet été. Des départs que la Chorale a compensé avec Gordon et K.C. Rivers, des Américains qui restent pour l'instant énigmatiques. La bonne nouvelle, c'est que Nsonwu-Amadi et surtout Page sont encore là. Nancy, qui a récupéré Mims, devrait logiquement être dans ce lot de clubs prédateurs. La perte des frères Greer n'est évidemment pas anodine mais Jean-Luc Monschau pourra compter sur les retours de Linehan et Samnick pour tenter de retrouver les sommets. Chalon, renforcé par Tchicamboud et Jean-Baptiste Adolphe, pourrait jouer les trouble-fête. Strasbourg est dans le même cas. Après une saison compliquée. la SIG s'est refait une beauté en attirant Ricardo Greer, M'Baye, Jeanneau et McCord. Mais les récents départs de Prowell et Williams pourraient retarder la mise en route des Alsaciens. Le Havre, qui a recruté Sangaré, Cox et Zianveni, et Limoges, avec Wright et Banks, seront à surveiller de près. Qualifié en play-offs pour sa première saison dans l'élite, Poitiers n'a quasiment rien changé mais pourrait reculer dans la hiérarchie vu la hausse du niveau général de ces concurrents. Comme le Paris-Levallois, emmené par Albicy, qui tentera d'exister sans Vassallo. ILS VISENT LE MAINTIEN Plus petit budget de Pro A avec seulement 2,12 millions d'euros, Hyères-Toulon va avoir du mal à se faire une place parmi les équipes postulant à une place en play-offs. Des joueurs comme Houston, Flowers, Masingue et Hughes peuvent être déterminants, mais d'autres pourraient ne pas répondre présent. Un effectif sans doute trop limité en qualité qui promet au HTV une saison compliquée, à moins qu'Alain Weisz n'arrive à en faire un collectif soudé. Le potentiel offensif existe. Pour Vichy, qui a perdu Issa et Moss à l'intérieur, et son nouvel entraîneur Jean-Philippe Bessoin, qui succède à Jean-Louis Borg, le maintien serait une délivrance. Reste Pau-Lacq-Orthez, l'autre promu emblématique du championnat avec le CSP. Remonté en Pro A un an seulement après sa relégation, l'Elan Béarnais a conservé le squelette de l'équipe qui lui avait permis de trôner à la première place de Pro B la saison passée. L'arrivée de l'expérimenté Sciarra est un plus indéniable pour stabiliser cet effectif sans doute un peu limité pour viser le top huit. Mais les joueurs de Didier Dobbels seront certainement plus proches de la zone rouge que de la huitième place qualificative pour les play-offs. A eux de terminer au-dessus de la ligne de flottaison pour reconstruire sur la durée et redevenir un club à la hauteur de son palmarès.