Cholet, c'est toujours costaud

  • A
  • A
Cholet, c'est toujours costaud
Partagez sur :

Le champion de France choletais a parfaitement débuté sa demi-finale face à Gravelines, remake de celle de 2010, en l'emportant 77 à 62 vendredi soir à la Meilleraie. Une victoire logique pour le CB, qui a toutefois profité de la faillite de Woodside et de la blessure de Bokolo. Suite de ces play-offs samedi soir avec la première manche entre Nancy et l'Asvel.

Le champion de France choletais a parfaitement débuté sa demi-finale face à Gravelines, remake de celle de 2010, en l'emportant 77 à 62 vendredi soir à la Meilleraie. Une victoire logique pour le CB, qui a toutefois profité de la faillite de Woodside et de la blessure de Bokolo. Suite de ces play-offs samedi soir avec la première manche entre Nancy et l'Asvel. Tous avaient prédit une guerre. Et la première bataille, si elle ne fut pas autant disputée qu'espéré, c'est bien Cholet qui se l'est adjugée sans sourciller, en disposant de Gravelines 77 à 62 vendredi soir en ouverture des demi-finales de Pro A. Seule formation invaincue en playoffs, l'équipe des Mauges aura su accélérer après le repos pour ne laisser aucune chance à des Nordistes qui ont notamment failli derrière l'arc (3/22) - un secteur où les Choletais ont néanmoins fait tout leur possible pour rattraper leurs adversaires (4/22) - et surtout aux tirs, avec une réussite indigne au final (26/74, 35% de réussite). Une faillite du BCM parfaitement incarnée par un Ben Woodside en errance sur le parquet de la Meilleraie, lui qui a dû patienter jusqu'à la 34e minute de jeu pour inscrire son tout premier panier, après 12 échecs initiaux. L'Américain termine finalement avec 2 points et 3 passes décisives, aux antipodes de la prestation de Sammy Mejia. Le Dominicain, MVP étranger de la saison, aura une fois encore su se montrer indispensable. 25 points, à 64% de réussite, plus 7 rebonds et 26 d'évaluation pour lui, de quoi dégoûter des visiteurs du soir emmenés par un Saer Sene trop seul (18 points et 10 rebonds). Les hommes de Christian Monschau - qui, expulsé, n'a pu assister depuis son banc à la fin de la rencontre - devront faire beaucoup mieux mardi prochain au Sportica pour renverser une formation qui leur avait déjà fait des misères l'an dernier au même stade de la compétition. Et prier pour que Yannick Bokolo, qui n'a joué que le premier quart-temps avant de quitter ses partenaires en raison d'une entorse à la cheville, alors que les deux équipes faisaient jeu égal (15-13), soit rétabli. Et surtout éviter les trous d'air comme ce début de troisième quart fatal (un 9-1 décisif pour Cholet, ndlr), finalement remporté 23-15 par les locaux. Autant dire que c'est loin d'être fait.