Cholet a les épaules

  • A
  • A
Cholet a les épaules
Partagez sur :

Après deux revers de rang, Cholet a remporté le premier match de sa saison en Euroligue, jeudi, face à Vilnius (73-69). Grâce notamment à l'adresse de Fabien Causeur (20 points), ou la combativité de Randal Falker (14 rebonds), les Choletais ont été chercher un succès crucial pour continuer à croire à une accession au Top 16.

Après deux revers de rang, Cholet a remporté le premier match de sa saison en Euroligue, jeudi, face à Vilnius (73-69). Grâce notamment à l'adresse de Fabien Causeur (20 points), ou la combativité de Randal Falker (14 rebonds), les Choletais ont été chercher un succès crucial pour continuer à croire à une accession au Top 16. Et si les clubs français arrêtaient de décevoir en Euroligue ? Seul représentant français sur la grande scène européenne cette saison, Cholet avait, en début d'année, annoncé son ambition d'accéder au Top 16. Un désir commun à ses prédécesseurs, qui se sont un à un fracassés sur le mur de la phase de poules. Dernier club à avoir atteint ce stade en 2007, Pau-Orthez a peut-être enfin trouvé son successeur avec le champion de France 2010. La troupe d'Erman Kunter a en effet offert quelques garanties, jeudi, en venant à bout de Vilnius, pour le compte de la 3e journée (73-69). Alors bien sûr la route est encore très longue et il serait malvenu de tirer des plans sur la comète. Mais, après avoir titillé le champion en titre barcelonais la semaine passée (77-84), les partenaires de Fabien Causeur (20 points) sont venus à bout de leur coriace adversaire balte, dans une salle de La Meilleraie en fusion. Preuve que l'attelage du CB est bel et bien armé pour survivre dans la jungle de l'Euroligue, sa capacité à surmonter ses temps faibles. Après un premier quart-temps équilibré (16-18, 10e), les Choletais connaissent en effet un premier trou d'air, face notamment à l'efficacité de Martynas Gecevicius (19 points au final) (16-26, 13e). Avdalovic libère Cholet Erman Kunter appelle alors un temps-mort et ses joueurs passent un 20-1 terrible, qui renvoie les Lituaniens dans les cordes (36-27, 18e). Avec un Causeur efficace et un Falker à l'activité sans faille dans la raquette (14 rebonds), Cholet navigue alors dans des eaux plutôt calmes, avant de subir une deuxième tempête dans le troisième quart (49-49, 28e). Il faut alors un redoublement d'activité en défense pour endiguer les assauts adverses, et redresser la barre avant le dernier quart (53-49, 30e). Et si Antywane Robinson reste transparent sur le parquet, Falker joue pour deux dans la raquette (60-56, 34e). Vient alors le temps du money-time. Ces cinq dernières minutes durant lesquelles l'air se fait rare, et pendant lesquelles chaque possession vaut de l'or. Commence alors une sacrée guerre des tranchées, et Vilnius va même passer devant un moment (62-63, 38e). Laborieux jusque-là, Vule Avdalovic choisit alors de lancer une banderille à un mètre de la ligne des trois points (67-63, 39e). Une flèche finalement assassine pour une équipe de Vilnius qui s'incline au petit jeu des fautes propre à ces fins de match sous tension (73-69, 40e). Une belle performance qu'il faudra tenter de renouveler la semaine prochaine à Zagreb face au Cibona, l'autre adversaire des Choletais pour la qualification pour le Top 16. "Il faudra aller gratter un match là-bas", confirme Luc-Arthur Vebobe au micro de Sport +, avant d'ajouter: "En Euroligue, on sait qu'il faut être bon de la première à la dernière minute, c'est ce qu'on a fait ce soir". Un match référence donc, sur lequel coach Kunter peut désormais s'appuyer. Espérons pour le CB que le rythme infernal auquel ils sont soumis ne va pas les handicaper dans cette belle campagne européenne.