Choc au sommet à Coubertin

  • A
  • A
Choc au sommet à Coubertin
Partagez sur :

Tours et Poitiers se sont donnés rendez-vous à Paris-Coubertin, ce samedi, à partir de 17h30, pour la finale du Championnat de France. Leader de la saison régulière et récent vainqueur de la Coupe de France, le TVB endosse un irrémédiable rôle de favori mais devra se méfier du piège tendu par le dauphin poitevin qui court après un titre de champion depuis 1999.

Tours et Poitiers se sont donnés rendez-vous à Paris-Coubertin, ce samedi, à partir de 17h30, pour la finale du Championnat de France. Leader de la saison régulière et récent vainqueur de la Coupe de France, le TVB endosse un irrémédiable rôle de favori mais devra se méfier du piège tendu par le dauphin poitevin qui court après un titre de champion depuis 1999. On ne pouvait rêver d'une plus belle finale. Champion de France en titre, le Tours Volley-ball remet sa couronne en jeu face à son dauphin de la saison régulière, Poitiers, ce samedi, à Paris-Coubertin. Tous deux qualifiés pour la Ligue des champions l'an prochain, les deux cadors de la Ligue A se disputeront le titre sur un match sec, formule encore jamais utilisée dans le Championnat de France. "C'est plus simple à gérer. Nous jouerons cette finale pour la gagner mais il n'y a pas de pression. Ce sera une fête", confesse le capitaine poitevin, Oliver Kieffer, sur le site de la Ligue, avant ce match-couperet face à l'ogre tourangeau. Et ce dernier d'ajouter: "On sait que Tours est au-dessus cette saison. C'est une équipe avec un effectif plus dense que le notre. Nous ne sommes pas sur un pied d'égalité. Mais nous sommes conscients de nos forces". Et de la force, tant physique que mentale, il en faudra à Poitiers pour arriver à se payer le scalp du champion de France en titre. L'occasion est donnée aux coéquipiers d'Antonin Rouzier de contester la suprématie du TVB sur la scène hexagonale et de renouer avec un titre qui les fuit depuis 1999. Pour cela, ils pourront s'appuyer sur leur solide prestation affichée face à Sète en demi-finales (3-0, 3-2), pour tenter de réitérer pareille performance face à Earvin Ngapeth et consorts. "Pour nous, la saison est déjà belle. Nous voulons prendre du plaisir collectivement car des joueurs vont partir à la fin de la saison". Dans de telles dispositions, quel plus beau cadeau d'adieu qu'un titre de champion de France le capitaine poitevin pourrait-il offrir à certains de ses futurs anciens coéquipiers ? Seulement voilà, le TVB n'est pas du genre à se laisser piquer la vedette si facilement et aura visiblement à coeur de défendre bec et ongles son titre. "Une finale s'aborde toujours avec un optimisme à 200%", avoue de son côté Rafael Redwitz. D'autant qu'une victoire permettrait non seulement aux Tourangeaux d'accrocher un troisième trophée à leur tableau de chasse après les sacres de 2004 et de 2010 mais également de réaliser un nouveau doublé Coupe-Championnat après celui de la saison passée. Titillé d'un peu trop près par Montpellier et Cannes lors de ses deux premières apparitions en play-offs, Tours a su sortir son épingle du jeu au bon moment pour valider son billet pour la finale. "Tours et Poitiers sont les deux meilleures équipes de la saison de Ligue A, les plus régulières. C'est super pour le championnat. Ce sera un joli match avec tous les internationaux sur le parquet et une jolie fête pour le public à Paris", ajoute le passeur tourangeau. Pour cela, on peut lui faire confiance.