Chicago va savoir

  • A
  • A
Chicago va savoir
Partagez sur :

Leaders à l'Est à l'issue de la saison régulière, les Bulls se frottent dimanche soir au Heat, en finale de conférence. Si Chicago a remporté ses trois duels contre Miami cette année, les partenaires de Derrick Rose sont encore loin du titre de champion. Car dans le sillage de Dwyane Wade et LeBron James, la franchise floridienne est montée sérieusement en régime dans ces playoffs NBA.

Leaders à l'Est à l'issue de la saison régulière, les Bulls se frottent dimanche soir au Heat, en finale de conférence. Si Chicago a remporté ses trois duels contre Miami cette année, les partenaires de Derrick Rose sont encore loin du titre de champion. Car dans le sillage de Dwyane Wade et LeBron James, la franchise floridienne est montée sérieusement en régime dans ces playoffs NBA. A deux reprises, en se levant l'été dernier, Dwyane Wade s'est vu avec le maillot de Chicago, la ville où il est né et où il a grandi. L'arrière All-Star de Miami, agent libre à ce moment-là, l'a avoué vendredi à l'entraînement, deux jours avant de retrouver les Bulls en finale de la conférence Est. "Moi aussi, il y a eu un ou deux matins où je me suis dit que j'allais être un Bull", a enchaîné LeBron James. Un cinq avec ces deux joueurs-là, plus Derrick Rose à la mène, Carlos Boozer et Joakim Noah à l'intérieur, aurait eu une sacrée allure. Mais au United Center, ce dimanche soir, seuls trois d'entre eux seront soutenus. Et pour cause. Pour la première fois depuis 1998, année du dernier titre des Bulls époque Michael Jordan et Scottie Pippen, Chicago est aux portes des NBA Finals. Une renaissance pour la franchise de l'Illinois. Les hommes de Tom Thibodeau sauront-ils se montrer dignes de leurs illustres prédécesseurs ? Tout dépendra du répondant qu'aura le Heat. Mais d'après ce qu'ils ont montré au tour précédent face aux Boston Celtics (4-1), les Floridiens risquent d'être un obstacle difficile à franchir. Leurs extérieurs, Dwyane Wade et LeBron James donc, sont d'un très gros calibre et les arrières adverses vont souffrir pour les arrêter. S'ils y arrivent... Rose: "C'est nous contre le reste du monde""Avec de bons joueurs, c'est déjà très difficile de les stopper, explique dans le Chicago Tribune Tom Thibodeau qui, en tant que coach de l'année en NBA, a une solution a (presque ?) tout. C'est dur de défendre sur eux en individuel, donc on va le faire avec l'équipe entière. Il faut essayer de les faire travailler, de repousser leurs lay-ups et de les gêner sur leurs tirs." Plus facile à dire qu'à faire. Mais les Bulls ont d'autres atouts. Un meneur d'exception, déjà, en la personne de Derrick Rose, qui n'a pas été élu MVP par hasard. Une raquette bien garnie, sans doute plus physique que celle de Miami. Et un banc fourni, avec notamment Taj Gibson, Kurt Thomas et Kyle Korver, capable d'enquiller quelques shoots longue distance au bon moment. Oui, sur le papier, Chicago est favori. Son statut de tête de série n°1 à l'Est n'est pas qu'une belle étiquette. En saison régulière, les Bulls ont d'ailleurs pris trois fois le meilleur sur le Heat en autant de confrontations. Mais jamais par plus de quatre points (99-96, 93-89, 87-86). Avec la pression des playoffs, qu'un joueur comme Dwyane Wade sait gérer à la perfection, lui qui a déjà été champion en 2006, cet écart pourrait ne pas suffire, voire s'inverser. "C'est nous contre le reste du monde. Voilà comment on voit les choses", assure Derrick Rose, que ses partenaires devront épauler un peu plus que contre les Atlanta Hawks (4-2). Le duel entre Carlos Boozer et Chris Bosh sera, à ce titre, un autre paramètre important dans cette série. Un vrai test pour les Bulls.