Chicago, la vie en Rose

  • A
  • A
Chicago, la vie en Rose
Partagez sur :

Ça rigole décidément pour Chicago. En plus d'un facile succès sur les Hawks, le cinquième de rang, avec notamment 34 points de Derrick Rose, les Bulls ont également bénéficié de la défaite des Celtics, défaits chez les Sixers 89-86. Du coup, la franchise de l'Illinois ne pointe plus qu'à un demi-match de Boston en tête de la Conférence Est. A l'Ouest, Tony Parker a mené les Spurs à une nouvelle victoire...

Ça rigole décidément pour Chicago. En plus d'un facile succès sur les Hawks, le cinquième de rang, avec notamment 34 points de Derrick Rose, les Bulls ont également bénéficié de la défaite des Celtics, défaits chez les Sixers 89-86. Du coup, la franchise de l'Illinois ne pointe plus qu'à un demi-match de Boston en tête de la Conférence Est. A l'Ouest, Tony Parker a mené les Spurs à une nouvelle victoire... Le match de la nuit Les Hawks n'auront résisté jusqu'à la pause. En tête à mi-parcours, Atlanta menant ainsi 50-48 après un dernier panier de Joe Johnson, les hommes de Larry Drew ont en effet craqué au retour des vestiaires. La faute à une défense des Bulls devenue intraitable. Alors qu'ils avaient viré en tête à la mi-temps grâce aux 30 points inscrits dans le deuxième quart, les Hawks ont ainsi ensuite été réduits à la portion congrue, devant notamment se contenter de 26 points après la pause, dont seulement 10 dans le troisième quart. La faute également à l'inévitable Derrick Rose... Au lendemain de l'adoubement de Michael Jordan, qui en a fait son favori pour le titre de MVP de la saison, le meneur des Bulls a en effet offert une nouvelle démonstration face aux Hawks. Si la réussite n'a pas toujours été au rendez-vous, la star locale terminant avec un modeste 9 sur 24 aux tirs, Rose n'en a pas moins compilé 34 points, 6 rebonds et 5 passes. De quoi mener les Bulls à une victoire finalement facile, la cinquième consécutive, la dixième en douze matches. «C'est une victoire importante pour nous, pouvait savourer le héros de la soirée, on ne regarde pas forcément le classement, mais on veut juste que la victoire devienne une habitude. Et c'était rarement le cas face aux Hawks ces derniers temps. C'était un test d'importance pour nous." Test réussi donc, les huit victoires concédées lors des neuf précédentes confrontations étant balayées. Pourtant, dans le sillage de Derrick Rose, si Luol Deng a confirmé ses bonnes dispositions du moment avec 18 points, 9 rebonds et 7 passes, le secteur intérieur a parfois semblé orphelin de Carlos Boozer, touché à la cheville, mercredi, après une vilaine faute de Kwame Brown. Non pas en défense, Joakim Noah et Kurt Thomas participant notamment à l'effort collectif en contrôlant le secteur intérieur avec respectivement 11 et 13 rebonds, les Bulls dominant ainsi leurs visiteurs 50 prises à 28, mais plus sûrement en attaque puisque les deux hommes n'ont pesé que 4 points à eux deux. Pas de quoi remettre en cause le succès des leurs, le banc contribuant à hauteur de 38 points et Joe Johnson et Josh Smith plafonnant à 16 et 15 points. Les Français de la nuit Si les Bulls ont offert un nouveau récital face aux Hawks, Joakim Noah a, donc, été discret. Tout du moins sur le plan statistique. Hyperactif comme à son habitude, l'intérieur français a en effet terminé fanny au tir, manquant ses quatre tentatives pour terminer avec 11 rebonds, 2 passes, 1 contre et 2 interceptions en 30 minutes. Discrétion également de mise pour Johan Petro face aux Clippers puisque l'intérieur des Nets n'a été vu que 9 minutes pour 1 rebond et 1 tir manqué. Il y a pourtant eu du rab de temps dans le New Jersey, les Nets l'emportant en prolongation 102-98. Quant à Alexis Ajinça, le pivot des Raptors a, lui, été laissé sur le banc pour la victoire de Toronto face aux Pacers 108-98. La faute à une douleur au genou droit... Soirée donc difficile pour les intérieurs tricolores. Ce que confirme la sortie de Boris Diaw face à Portland. Car si Charlotte a profité de la visite des Blazers de Gerald Wallace, un ancien de la maison, pou renouer avec la victoire, l'emportant 97-92 après un final réussi, le Français n'a guère pesé dans le succès des siens. En 21 minutes, l'ancien Palois n'a pas fait mieux que 5 points à 2 sur 4 aux tirs, 4 rebonds et 1 passe pour 3 pertes de balle. C'est mieux, dans le camp des battus, pour son compatriote Nicolas Batum. En 20 minutes, l'ailier des Blazers a en effet signé 13 points à 6 sur 11 aux tirs et 7 rebonds. Pour autant, la palme du jour est à mettre au crédit de Tony Parker. Le meneur français a en effet été particulièrement en vue dans le nouveau succès des Spurs sur les Kings. A tel point qu'il a terminé meilleur marqueur texan avec 27 points à 11 sur 18 aux tirs, 6 passes et 1 rebond. De quoi permettre à San Antonio de l'emporter 108-103 après avoir été mené jusque dans le dernier quart. Les chiffres de la nuit 5. Eclectique. Voilà un qualificatif qui sied bien au meneur all-star Russell Westbrook. Le jeune maître à jouer du Thunder en a offert une nouvelle démonstration en compilant 13 points, 11 passes et 4 rebonds. Soit. Il est surtout devenu le cinquième joueur de l'histoire à atteindre les 4000 points, 1500 passes et 1000 rebonds en moins de trois ans. Et force est de reconnaître que Westbrook est bien accompagné, seuls Chris Paul, LeBron James, Anfernee Hardaway et l'inévitable Oscar Robertson l'ayant devancé. Et pour fêter ça, le Thunder s'est offert une victoire tranquille face aux Pistons 104-94 avec également 24 points de Kevin Durant. 6. Les temps sont durs pour les Pacers. Si l'arrivé de Frank Vogel sur le banc s'était accompagnée de sept victoires en huit matches, Indiana en profitant pour revenir dans la course aux playoffs, les troupes de Larry Bird en sont désormais à six défaites consécutives ! En visite chez les Raptors, Indiana s'est en effet incliné108-98 au Canada, les 25 points de Danny Granger ou les 20 de Tyler Hansbrough ne suffisant pas face aux 29 de Leandro Barbosa ou aux 12 points-13 rebonds d'Ed Davis. Du coup, les Bobcats sont revenus à leur hauteur à la huitième place de la Conférence Est. 36. C'est un véritable déluge de trois points qui s'est abattu sur Oakland. A tel point que les Warriors et le Magic ont battu un record NBA en combinant 36 tirs primés derrière l'arc. Du jamais vu dans l'histoire de la Ligue. Avec un solide 15 sur 32 à longue distance, synonyme de 47% de réussite dans l'exercice, le Magic pensait avoir frappé fort. C'était sans compter sur le festival des Warriors, auteurs d'un 21 sur 35 à trois points, soit 60% de réussite. Mention spéciale à Dorrell Wright et Monta Ellis, qui ont respectivement terminé à 8 sur 11 et 7 sur 9 derrière l'arc pour 32 et 39 points ! De quoi permettre aux Californiens de l'emporter 123-120 en prolongation après avoir compté jusqu'à 21 points de débours et avoir inscrit 22 points au cours des cinq minutes décisives !