Chicago, c'est toujours Rose

  • A
  • A
Chicago, c'est toujours Rose
Partagez sur :

Les Chicago Bulls, emmenés notamment par un Derrick Rose auteur de 23 points, ont décroché leur huitième victoire sur les dix derniers matches en l'emportant chez les New Orleans Hornets (97-88). Les Spurs se sont eux relancés sans mal à Washington (118-94), au lendemain de leur neuvième défaite de la saison. Tony Parker termine meilleur marqueur avec 18 points.

Les Chicago Bulls, emmenés notamment par un Derrick Rose auteur de 23 points, ont décroché leur huitième victoire sur les dix derniers matches en l'emportant chez les New Orleans Hornets (97-88). Les Spurs se sont eux relancés sans mal à Washington (118-94), au lendemain de leur neuvième défaite de la saison. Tony Parker termine meilleur marqueur avec 18 points. Le match de la nuit Le road trip se sera finalement plutôt bien passé pour les Bulls. Victorieux sur le parquet des Hornets (97-88) en conclusion de sa série de cinq voyages consécutifs (pour un bilan de trois victoires et deux défaites), Chicago a montré en plus de belles ressources physiques en dépassant New Orleans lors d'une seconde période autoritaire. Et Derrick Rose en a profité pour justifier à plein son nouveau statut de All-Star. Loin de ses meilleures statistiques de la saison, le meneur des Bulls a surtout remporté son match dans le match avec Chris Paul. Auteur de 23 points, soit le meilleur total de son équipe - à une unité du plus gros scoreur du match, Marcus Thornton - Rose a pris le match en main et montré qu'il avait les épaules solides, ulcère à l'estomac ou pas. Son 7/15 au shoot n'est pas édifiant, mais passe quand même mieux que le 3/10 d'un Paul peu en verve. Le meneur des Bulls complète son bilan avec 6 passes et 4 rebonds. A l'inverse de Chicago, solide troisième à l'Est et sur une série globale de huit victoires sur les dix derniers matches, les Hornets continuent de plonger. Défait à sept reprises en neuf rencontres, New Orleans, toujours cinquième à l'Ouest malgré tout, a perdu une belle occasion de se réaffirmer après son début de saison canon. Avec un 55-35 sur la deuxième période et un taux de réussite de 64,5% au shoot sur les deux derniers quart-temps, les Bulls ont dessiné leur succès après le repos, alors que les Hornets menaient de 11 points à la pause. Monty Williams ne se cherchait aucune excuse au moment d'expliquer la déroute de ses joueurs, sur le site de la NBA: "On est revenus des vestiaires comme si on était champions. On ne peut pas blâmer les arbitres. On ne peut pas blâmer la fatigue. On n'a fait aucun effort." Les Français de la nuit Au lendemain de sa défaite face à Philadelphie, San Antonio s'est parfaitement repris à Washington (118-94), et Tony Parker aussi. Le Français termine encore meilleur marqueur du match avec 18 points (à égalité avec son coéquipier George Hill), une jolie performance eu égard à ses 19 minutes de jeu seulement, durant lesquelles il s'est permis une série de 10 points de suite sans aucun autre panier de part et d'autre. Particulièrement adroit avec un 7/9 aux tirs, TP a également délivré huit passes, assez proche du double-double donc en même pas une moitié de match... En face, Kevin Seraphin a lui inscrit 7 points en 11 minutes de jeu, un total très honnête. Tellement honnête qu'il s'agit de sa meilleure performance en carrière. Sur les autres matches de la nuit, beaucoup de Français étaient concernés. Ronny Turiaf a inscrit 6 points en 10 minutes de jeu lors du succès des Knicks à New Jersey (105-95), où Johan Petro a délivré une maigre passe décisive en cinq petites minutes passées sur le parquet. Le temps de jeu a été nettement meilleur en revanche pour Ian Mahinmi, qui a contribué durant 25 minutes à la victoire de Dallas à Houston (106-102), avec 7 points, 6 rebonds et 2 passes. Rodrigue Beaubois reviendra lui la semaine prochaine, après sa longue blessure au pied. Enfin, Boris Diaw n'a pas connu la meilleure soirée de sa saison, loin s'en faut, lors de la victoire de Charlotte à Atlanta (88-86): avec 2 points, 2 rebonds et 3 passes en 22 minutes de jeu, le bilan est très timide. Sur ce match, la vedette était de toute façon Stephen Jackson, auteur de 32 points et surtout du shoot de la victoire au buzzer. Joakim Noah était bien sûr toujours absent pour la victoire des Bulls chez les Hornets. Le chiffre de la nuit 8. Il faisait bon voyager en ce 12 février sur les parquets de NBA. Sur les huit matches au programme, les équipes visiteuses l'ont toutes emporté. Dans le détail, cette rare performance groupée a donc été obtenue par Charlotte à Atlanta, New York à New Jersey, San Antonio à Washington, Philadelphie à Minnesota, Chicago à New Orleans, Dallas à Houston, Indiana à Milwaukee et Oklahoma City à Sacramento. Aucune véritable sensation donc, mais cette saison, seules trois journées avaient vu uniquement des victoires à l'extérieur. Et dans des proportions largement moindres que ce 12 février... En effet, les journées en question ne comportaient à chaque fois que deux matches: le 4 novembre avec les succès de New York à Chicago et d'Oklahoma à Portland, le 2 décembre avec les victoires de Miami à Cleveland et de Phoenix à Golden State, et enfin le 18 janvier où Atlanta l'avait emporté à Miami et Charlotte à Chicago.