Chicago, c'est Deng !

  • A
  • A
Chicago, c'est Deng !
Partagez sur :

Performance de choix pour Chicago en général et Luol Deng en particulier. Les Bulls ont en effet aisément disposé des Blazers 110-98 et l'ailier britannique a signé un nouveau record en carrière avec 40 points à 14 sur 19 aux tirs, Joakim Noah signant lui un double-double en compilant 10 points-10 rebonds. Plus à l'ouest, les Spurs l'ont emporté 88-97 chez les Clippers avec 19 points de Tony Parker.

Performance de choix pour Chicago en général et Luol Deng en particulier. Les Bulls ont en effet aisément disposé des Blazers 110-98 et l'ailier britannique a signé un nouveau record en carrière avec 40 points à 14 sur 19 aux tirs, Joakim Noah signant lui un double-double en compilant 10 points-10 rebonds. Plus à l'ouest, les Spurs l'ont emporté 88-97 chez les Clippers avec 19 points de Tony Parker. Les Blazers réussissent décidément tout particulièrement à Luol Deng. Alors que son précédent record de points en carrière datait de mars 2007 avec une pointe à 37 unités lors d'une victoire sur la franchise de l'Oregon, le Britannique a en effet amélioré sa marque référence en passant cette fois 40 points aux hommes de Nate McNillan. Une nouvelle flambée offensive dessinée dès le premier quart, achevé avec 16 points au compteur, et scellé sur l'autel de la réussite, Deng terminant en effet avec un remarquable 14 sur 19 aux tirs. "Je pense qu'il s'agit juste d'une coïncidence, prévenait néanmoins le bourreau des Blazers, on a juste bien fait tourner la balle ce soir et la réussite était au rendez-vous. Quel que soit l'endroit, on visait juste ce soir." Car si Luol Deng a donné l'exemple, ce sont bien tous les Bulls qui ont été en réussite, au point de rendre un 60% d'adresse collective fatale pour leurs visiteurs. Et trois jours après avoir arraché sa première victoire de l'année au prix d'un final renversant face aux Pistons, c'est cette fois dans les premières minutes que les hommes de Tom Thibodeau construisaient leur succès, Chicago comptant ainsi dix longueurs d'avance après seulement huit minutes. Les Bulls n'avaient dès lors plus qu'à entretenir l'écart et une nouvelle accélération au retour des vestiaires validait pour de bon leur seconde victoire en trois matches. "Les gars ont parfaitement respecté le plan de jeu et les choses se sont mis en place. C'est vraiment une belle victoire." pouvait savourer leur entraîneur. Après avoir décroché leurs trois premiers succès de la saison grâce à des comebacks dans la dernière ligne droite, les Blazers devaient, cette fois, se rendre à la raison, incapables d'espérer le moindre retour après avoir attaqué le quatrième acte avec 15 longueurs de débours. LaMarcus Aldridge frayait bien dans les mêmes eaux que Luol Deng avec ses 33 points-9 rebonds, mais Brandon Roy était, lui, bien plus à la peine malgré ses 17 points et Rudy Fernandez passait au travers en rendant un 3 sur 10 aux tirs pour 6 points. Débarqués dans l'Illinois avec le meilleur pourcentage de réussite à trois points, les Blazers terminaient notamment fanny dans l'exercice longue-distance avec un 0 sur 14 forcément rédhibitoire. Et ce d'autant plus que derrière Luol Deng, Derrick Rose perdait certes son statut de meilleur marqueur de la Ligue, mais jouait particulièrement juste en compilant 16 points-13 passes, égalant ainsi son record de passes. Même constat pour Joakim Noah, un peu moins en vue que lors de ses deux précédentes sorties, mais qui y allait néanmoins d'un troisième double-double en trois matches pour compiler 10 points et 10 rebonds. Pas de quoi néanmoins voler la vedette au héros de la soirée... Les Français Solide au poste avec ses 10 points-10 rebonds, Joakim Noah, qui avait signé deux premiers matches à 19 et 17 prises, n'en a pas moins perdu son statut de meilleur rebondeur de la Ligue, l'intérieur des Raptors Reggie Evans l'ayant en effet dépassé après avoir récolté 19 rebonds face aux Kings. Dans l'ombre de Luol Deng, le Français a d'autant moins brillé qu'il en aurait presque fait tomber la réussite collective avec son 4 sur 9 aux tirs, l'ancien Gator ajoutant toutefois 4 passes pour faire bonne mesure. Des chiffres que ne peut lui envier l'autre Français du match. Dans le camp des Blazers, Nicolas Batum a en effet été particulièrement transparent. Incapable d'arrêter son vis-à-vis Luol Deng, l'ancien Manceau a dû se contenter de 18 minutes de jeu pour 3 points à 1 sur 5 aux tirs et 1 rebond. Autre Français de sortie ce lundi, Tony Parker aura finalement été le plus en vue dans le camp tricolore. S'il échoue de peu dans la quête du double-double, le MVP des Finals 2007 n'en a pas moins été le Spur le plus productif lors du succès des Texans chez les Clippers 88-97. Avec 19 points à 8 sur 16 aux tirs et 9 passes, le meneur de San Antonio a parfaitement guidé les Spurs vers leur 17e succès consécutif au détriment de l'autre franchise de L.A.. (lire aussi: Parker et les Spurs déroulent)