Chicago a toujours la main verte

  • A
  • A
Chicago a toujours la main verte
Partagez sur :

A cinq jours de la fin de la saison régulière, Chicago a effectué un grand pas dans sa quête de première place dans la Conférence Est, après sa démonstration de force face à Boston (97-81), la nuit dernière. Derrick Rose, MVP en puissance, a encore fait le boulot avec 30 points et 8 passes décisives alors que Joakim Noah s'est fait beaucoup plus discret. Dans l'autre match de la nuit, Portland a dominé Utah avec un très bon Nicolas Batum.

A cinq jours de la fin de la saison régulière, Chicago a effectué un grand pas dans sa quête de première place dans la Conférence Est, après sa démonstration de force face à Boston (97-81), la nuit dernière. Derrick Rose, MVP en puissance, a encore fait le boulot avec 30 points et 8 passes décisives alors que Joakim Noah s'est fait beaucoup plus discret. Dans l'autre match de la nuit, Portland a dominé Utah avec un très bon Nicolas Batum. Le match : Chicago - Boston: 97-81 "On s'est fait botter le c** ce soir..." Si mathématiquement, rien n'est encore fait, Kevin Garnett se montrait réaliste, à l'issue de la leçon de basket donnée par les Bulls à ses Celtics jeudi soir (97-81), sur l'écart qui existe entre les deux franchises. Même si la vérité d'un soir n'est jamais celle du lendemain et que cette supériorité pourrait, par exemple, être remise en question lors des playoffs. Quoi qu'il en soit, cet écart culmine maintenant à quatre victoires et sera, sauf cataclysme, irrémédiable dans la course à la première place de la Conférence Est. Chicago n'a en effet besoin que d'une seule victoire pour attaquer la post-season dans la peau du leader. Si les protégés de Doc Rivers croyaient pouvoir encore titiller leurs homologues de l'Illinois d'ici le 13 avril prochain, date de la fin de la saison régulière, ils se sont clairement fait une raison sur la difficulté de leur tâche, tant Derrick Rose et ses coéquipiers avaient à coeur d'adresser un message à leurs rivaux. Et comme d'habitude, c'est le meneur des Bulls, qui mit sur de bons rails sa formation avec encore une ligne de statistiques dignes d'un futur MVP (30 points, 5 rebonds, 8 passes décisives). Surtout, le numéro un de la Draft 2008 remporta largement son duel avec Rajon Rondo (7 pts, 6 pds, 5 rbds), symbole de l'ascendant pris par les hommes de Tom Thibodeau dans tous les compartiments du jeu. Preuve en est, côté Boston, seul Paul Pierce a réussi à dépasser la barre des 10 points (15 unités), le reste de l'équipe se cassant systématiquement les dents sur la défense imperméable des Bulls avec un médiocre 38% de réussite aux shoots. Même dans la peinture, là où les Celtics, même avec le départ de Kendrick Perkins, ont encore de sérieux clients avec Garnett, Jermaine O'Neal ou Jeff Green, l'opposition n'a pas fait un pli face à l'apport colossal d'un Carlos Boozer (14 points, 12 rebonds) ou les qualités athlétiques d'un Luol Deng (23 pts, 6 rbds). Et encore, Joakim Noah, de retour de blessure, n'était pas en grande forme avec un seul tir rentré et six prises de balles. Le Français de la nuit Au cours d'une "petite" nuit pour les pensionnaires de la NBA avec seulement deux matches programmés, Nicolas Batum a fait parler la poudre en participant activement au succès des Blazers sur le Jazz (87-98). De retour dans le cinq majeur, avec la blessure de Marcus Camby, le jeune Frenchie a confirmé ses excellentes dispositions du moment en claquant 21 points, 3 rebonds et 2 interceptions en 35 minutes passées sur le parquet. Et encore, l'ancien Manceau traîne toujours ses douleurs au dos. Il faudra les supporter encore un petit moment puisque sa franchise, sixième de la Conférence Ouest, disputera les playoffs.