Chelsea frôle la gueule de bois

  • A
  • A
Chelsea frôle la gueule de bois
Partagez sur :

L'année 2011 démarre timidement pour Chelsea. Les Blues ont concédé le match nul ce dimanche à Stamford Bridge contre Aston Villa (3-3), lors de la 21e journée de Premier League. Un résultat qui n'arrange pas les affaires de l'entraîneur londonien Carlo Ancelotti. Gérard Houiller, son homologue des Villans, reste lui sous pression malgré ce point pris à l'extérieur.

L'année 2011 démarre timidement pour Chelsea. Les Blues ont concédé le match nul ce dimanche à Stamford Bridge contre Aston Villa (3-3), lors de la 21e journée de Premier League. Un résultat qui n'arrange pas les affaires de l'entraîneur londonien Carlo Ancelotti. Gérard Houiller, son homologue des Villans, reste lui sous pression malgré ce point pris à l'extérieur. Pour Chelsea, les bonnes résolutions ne sont pas pour tout de suite. Accrochés par Aston Villa ce dimanche au terme d'un match spectaculaire (3-3), lors de la 21e journée de Premier League, les Blues entament donc l'année 2011 par un résultat nul guère rassurant. La période des fêtes, si importante en Angleterre, présente alors un bilan peu reluisant pour Carlo Ancelotti et ses joueurs (une défaite, une victoire et un nul). Ce qui n'augure rien de bon pour les prochaines semaines. Pourtant, avant la rencontre, c'est plutôt Aston Villa qui affichait les symptômes d'un club en pleine crise. Les Villans restaient sur six défaites lors de leurs sept dernières sorties et Gérard Houiller, l'entraîneur, n'avait pas encore réussi à redresser la barre depuis son arrivée, cumulant seulement trois victoires en quatorze journées de Premier League. Entre deux formations en manque de confiance, la rencontre aurait très bien pu tourner à la purge. Mais le scénario complètement fou du dernier quart d'heure a offert un spectacle digne du championnat anglais. La saison passée, les Blues avaient corrigé Aston Villa à Stamford Bridge (7-1). La confrontation de ce week-end était presque aussi prolifique mais beaucoup plus équilibrée (3-3). La défense perméable de Chelsea n'était pas étrangère à ce constat puisque, privé d'Ivanovic et Alex, Ancelotti devait lancer l'inexpérimenté néerlandais Bruma au côté de Terry. Lampard fêtait, lui, son retour parmi les titulaires d'un but sur penalty, véritable soulagement pour le milieu international qui avait manqué ses trois derniers tirs au but en championnat (1-0, 22e). Une fin de match à suspense Beaucoup plus concernés sur le terrain qu'en 2010, les Villans trouvaient d'abord les ressources pour égaliser, sur un penalty de Young (1-1, 40e), puis pour prendre l'avantage grâce à une tête de Heskey (1-2, 47e). A force d'abnégation et de courage, les joueurs de Houiller verrouillaient en seconde période. Mais les assauts répétés des Blues finissaient par fissurer leur carapace pour offrir une fin de rencontre à suspense. Drogba glissait le ballon dans une forêt de jambes pour revenir à hauteur (2-2, 84e) et Terry redonnait un but d'avance d'un tir placé dans la surface après une parade de Friedel (3-2, 89e). Depuis plus de deux mois, les Blues n'avaient pas marqué au moins deux buts dans le même match. Avec trois réalisations, ils pensaient avoir fait le plus dur. Mais c'est par manque de vigilance dans le temps additionnel qu'ils laissaient Clark, libre de tout marquage dans la surface, battre Cech de la tête (3-3, 91e). Chelsea n'est toujours pas guéri, tandis qu'Aston Villa, et surtout Houiller, a peut-être trouvé sur la pelouse londonienne des raisons de croire en un redressement rapide.