Chelsea, 15 jours pour convaincre

  • A
  • A
Chelsea, 15 jours pour convaincre
Partagez sur :

Défaits à Marseille en Ligue des champions (0-1) mais surtout incapables de récolter plus de cinq points lors de leurs six derniers matches de championnat, les Blues attaquent leur triptyque d'enfer, avec Tottenham, Manchester United et Arsenal au programme en l'espace de 15 jours, en panne de confiance. Une période de doute qu'ils n'avaient plus connu depuis plus de sept ans et que leur déplacement à White Hart Lane, dimanche à partir de 17 heures, pourrait aggraver. A moins que...

Défaits à Marseille en Ligue des champions (0-1) mais surtout incapables de récolter plus de cinq points lors de leurs six derniers matches de championnat, les Blues attaquent leur triptyque d'enfer, avec Tottenham, Manchester United et Arsenal au programme en l'espace de 15 jours, en panne de confiance. Une période de doute qu'ils n'avaient plus connu depuis plus de sept ans et que leur déplacement à White Hart Lane, dimanche à partir de 17 heures, pourrait aggraver. A moins que... Et dire que les supporters de Chelsea avaient l'habitude d'appeler le stade de White Hart Lane, antre de Tottenham, "Three points lane"* tant les Blues se baladaient dans l'enceinte du Nord-est londonien... Il est vrai qu'avec une incroyable série d'invincibilité en championnat de 17 ans, entre 1989 et 2006, pour 11 victoires et 6 matches nuls au compteur, leurs fans avaient de quoi parader. Une époque qui paraît désormais bien révolue, entre des Spurs qui sont de retour au premier plan et brillent pour leur première participation à la Ligue des champions et des Blues qui traversent tout simplement leur pire période depuis l'arrivée de Roman Abramovich en 2003. Avec cinq points pris sur 18 possibles lors de leurs six derniers matches de Premier League, les hommes de Carlo Ancelotti n'ont assurément "pas un rythme de champion, confirme Florent Malouda, interrogé après le match nul concédé à domicile face à Everton (1-1). C'est le genre de match qu'on arrivait à plier en début de saison. On a eu une baisse de régime après la pause et c'est un peu à l'image de notre état actuel, avec peut-être un manque de confiance..." Une confiance qui va de nouveau être mise à l'épreuve en cette fin d'année avec trois rencontres en guise de révélateur. En l'espace de quinze jours, le Guyanais et ses coéquipiers vont ainsi se déplacer à deux reprises, pour des derbys face à Tottenham et Arsenal, deux chocs entrecoupés par un autre non moins attendu, la réception de Manchester United ! Drogba: "Ce n'est pas encore fini" Autant dire que l'entraîneur italien de Chelsea sait ce qui lui reste à faire pour passer de bonnes fêtes, même s'il déclare aujourd'hui ne pas avoir "peur de perdre son job. J'ai parlé à Roman (Abramovich) après le match de mercredi (défaite 1-0 à Marseille en Ligue des champions, ndlr) poursuit-il. Il m'a apporté son soutien total et m'a dit qu'il comprenait les problèmes de l'équipe. Et j'ai le soutien de mes joueurs, c'est le plus important." Un soutien, qu'il vienne du président ou des joueurs, qui pourrait vite tourner si la situation venait à persister. D'autant plus que les dernières décisions du milliardaire russe (départs du manager Frank Arnesen et surtout de l'adjoint Ray Wilkins, l'une des dernières figures historiques du club) laissent à penser qu'il veut s'immiscer d'avantage dans la vie de l'équipe, ce qui n'est pas forcément une bonne chose. Véritable symbole du club, John Terry appelle lui à la solidarité, avouant par ailleurs que cette période de vaches maigres, pour une équipe dont le recrutement estival (Ramires, Benayoun) laisse quelque peu perplexe, est "difficile à vivre". "Mais personne ne peut dire qu'il joue particulièrement bien en ce moment, donc ce n'est pas le moment de parler à tort et à travers, assène le capitaine. Il faut donc rester solidaire et croire en nous." Un état d'esprit à mettre désormais en application sur le pré et ce dès dimanche, face à des Spurs encore privés de Rafael van der Vaart. Ancelotti récupérera quant à lui Ashley Cole et Nicolas Anelka, laissés au repos au Vélodrome, alors que Frank Lampard commence enfin à voir le bout du tunnel mais n'est toujours pas apte. Porteur du brassard quand Terry n'est pas là, Didier Drogba n'a lui déjà plus la tête à Marseille mais bien à cette fin d'année sous haute tension. "Ces trois matches n'arrivent pas forcément au bon moment, mais tout peut changer si nous les gagnons, a-t-il confié au Evening Standard. Ce n'est pas encore fini..." Arsenal, le leader actuel, n'est après tout qu'à deux petites longueurs. Mais ces Blues qui, c'est une certitude, ne rajeunissent pas, n'ont pas à intérêt à trainer en route s'ils veulent conserver leur titre.