Chedjou, solide au poste

  • A
  • A
Chedjou, solide au poste
Partagez sur :

Loué (à juste titre) pour la qualité de son jeu offensif incarné par sa pépite belge, Eden Hazard, le Losc ferait presque oublier qu'il défend mieux que n'importe quelle équipe depuis le début de la saison. Une défense intraitable dont Aurélien Chedjou, le roc camerounais, est l'incontestable patron, solide aux duels et sûr dans ses interventions.

Loué (à juste titre) pour la qualité de son jeu offensif incarné par sa pépite belge, Eden Hazard, le Losc ferait presque oublier qu'il défend mieux que n'importe quelle équipe depuis le début de la saison. Une défense intraitable dont Aurélien Chedjou, le roc camerounais, est l'incontestable patron, solide aux duels et sûr dans ses interventions. Il avait quitté mercredi dernier le Stadium Nord de Villeneuve d'Ascq la tête basse, mâchoire serrée sans un mot pour la presse, à l'issue de l'élimination du Losc en Ligue des champions, contraint au nul (0-0) par une formation de Trabzonspor qui aura eu le mérite de tenir à défaut de faire preuve d'ambitions offensives. Une semaine plus tard, Aurélien Chedjou avait retrouvé la parole au Domaine de Luchin, réconforté par la réaction d'orgueil affichée par son équipe dimanche en championnat contre Dijon (2-0). "Il fallait rebondir, notait-il, rapporte La Voix des Sports. On a pris un sacré coup sur la tête même si la saison ne s'arrête pas après la Ligue des champions." Une deuxième saison commence même pour les Dogues qui, fidèles au discours de leur entraîneur, Rudi Garcia, disaient, au soir de leur élimination de la scène européenne, vouloir se concentrer sur le championnat, leur "gagne-pain" pour reprendre l'expression utilisée alors par la plupart. Et déjà se dessine un rendez-vous à ne pas manquer dimanche à Paris, l'occasion pour la formation nordiste de doubler, en cas de victoire, le Paris Saint-Germain au classement. Le défenseur camerounais ne voit pas cette rencontre sous cet angle. "On n'accorde pas une importance supplémentaire au match de Paris, assurait-il mercredi. On a du respect pour Paris, on prépare le match, mais on ne s'occupe pas d'eux. Après, il y a encore vingt journées. Si on perd, ce n'est pas la fin du monde, mais on veut au moins sortir du terrain avec l'impression qu'on a tout donné. Si je vais au Parc et que je perds, mais qu'en fin de saison, je suis champion, ça me va, je signe tout de suite." Basa, le numéro complémentaire Le champion de France en titre aurait cependant tout intérêt à ne pas perdre pour rester à bonne distance du PSG au soir de l'avant-dernière journée de la phase aller. "On s'y rend pour imposer notre jeu, jouer notre football et tout faire pour prendre les trois points", insistait même le défenseur central international (18 sélections) sur le site du club. Et le meilleur moyen pour ramener un résultat de la capitale sera de ne pas prendre de buts, une bonne habitude prise par le Losc qui a gardé sa cage inviolée lors de quatre de ses six derniers matches pour devenir la meilleure défense de la Ligue 1 avec seulement 15 buts encaissés. Chedjou y voyait un bon présage : "On a l'habitude de dire que ce sont ceux qui sont les plus costauds derrière qui terminent en tête du championnat. Nous devons continuer à réaliser de bonnes performances. D'ailleurs, en ce qui concerne ce secteur, il faut souligner le travail de nos joueurs offensifs. Après, les quatre de derrière s'attèlent à rendre une bonne copie à chaque rencontre." Et le Camerounais, qui a raté sept rencontres de championnat en raison d'une douleur à une cuisse, n'est pas étranger à la solidité affichée par la défense lilloise, toujours aussi impressionnant dans les duels et précieux dans ses interventions. Il a surtout trouvé en Marko Basa, recruté pour pallier le départ sous d'autres cieux d'Adil Rami, un partenaire complémentaire à ses côtés. "La bonne entente avec Marko en charnière centrale facilite les choses, avouait-il. C'est un bon joueur et un bon mec en dehors du terrain." Un duo qui ne souffrira pas de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) à laquelle ne participera pas le Cameroun. Chedjou sera donc fidèle au poste. Et le Losc ne s'en plaindra pas.