Chavanel persiste et signe

  • A
  • A
Chavanel persiste et signe
Partagez sur :

Privé de victoire et du maillot rouge de leader de la Vuelta la veille par Pablo Lastras, Sylvain Chavanel a profité de l'arrivée au sommet de la Sierra Nevada, mardi lors de la quatrième étape, pour prendre la tête du classement général avec 43 secondes d'avance sur l'Espagnol de la Katusha, Daniel Moreno, vainqueur de l'étape.

Privé de victoire et du maillot rouge de leader de la Vuelta la veille par Pablo Lastras, Sylvain Chavanel a profité de l'arrivée au sommet de la Sierra Nevada, mardi lors de la quatrième étape, pour prendre la tête du classement général avec 43 secondes d'avance sur l'Espagnol de la Katusha, Daniel Moreno, vainqueur de l'étape. Le bel été du cyclisme tricolore se poursuit. Après le magnifique Tour de France de l'équipe Europcar, porteuse du maillot jaune durant dix jours avec Thomas Voeckler et victorieuse au sommet de l'Alpe-d'Huez grâce à Pierre Rolland, également maillot blanc de cette édition 2011, c'est au tour de Sylvain Chavanel de briller sur la Vuelta. Malheureux sur le Tour de France, au cours duquel il avait perdu quasiment toutes ses chances de bien figurer dès la première semaine à la suite d'une mauvaise chute, le champion de France a retrouvé le sourire sur le Tour d'Espagne. Battu par Pablo Lastras mardi, le coureur de la Quick-Step pointait à deux secondes de l'Espagnol de la Movistar au général mardi matin, alors que se profilait la première étape de montagne avec l'arrivée à la Sierra Nevada. Lâché à deux kilomètres du sommet par le groupe des favoris, le natif de Châtellerault a tout de même revêtu le maillot rouge de leader, Lastras, qui avait pourtant à coeur de briller sur les terres de son coéquipier Xavier Tondo, disparu il y a trois mois, n'ayant pu suivre le rythme. Nibali en patron La journée aurait même pu être grandiose pour les Tricolores, si Guillaume Bonnafond, échappé dès le kilomètre 11, en compagnie de six autres coureurs, était parvenu à suivre Daniel Moreno et Chris Anker Sorensen dans les derniers kilomètres de l'ascension finale. Mais le coureur d'AG2R-La Mondiale a été décramponné sous les coups de boutoir du Danois de la Saxo-Bank, qui a emmené dans un fauteuil l'Espagnol de la Katusha pour la victoire d'étape. Revenu sur les deux hommes de tête, ce dernier s'est en effet calé dans la roue de Sorensen, qui ne lui a laissé qu'à une seule reprise l'occasion de prendre le relais, avant de le cueillir au sprint. Dans le groupe des favoris, arrivé avec onze secondes de retard sur l'homme de tête, Vincenzo Nibali (Liquigas) a impressionné. Le tenant du titre a pu jauger ses adversaires dès la première grande difficulté de l'épreuve en plaçant une petite accélération. Si Jürgen van den Broeck (Omega Pharma-Lotto), Joaquim Rodriguez (Katusha), Janez Brajkovic (Radioshack), Michele Scarponi (Lampre), Bradley Wiggins (Sky), Denis Menchov (Geox) et Carlos Sastre (Geox) sont arrivés en sa compagnie au sommet du col hors catégorie, ce n'est pas le cas d'Igor Anton (Euskaltel-euskadi) qui a concédé plus d'une minute. Décroché à deux kilomètres de l'arrivée, Sylvain Chavanel s'est tout de même bien défendu pour concéder un minimum de temps et finir avec 57 secondes de retard sur ce groupe, tout comme David Moncoutié (1'11"). Le champion de France en titre revêt ainsi le maillot rouge de leader avec 43 secondes d'avance sur le vainqueur du jour, Daniel Moreno. Cinquième au général à 53 secondes, Nibali prouve quant à lui qu'il est bien le favori à sa propre succession. L'épreuve se poursuit mercredi sur les routes de l'Andalousie avec une étape de 200 km de nouveau très vallonnée entre la Sierra Nevada et Valdepeñas de Jaen, à laquelle ne participera pas Mark Cavendish, qui a déjà abandonné.