Chavanel a vu le rouge de près

  • A
  • A
Chavanel a vu le rouge de près
Partagez sur :

Echappé au cours de la 3e étape de la Vuelta ce lundi, Sylvain Chavanel a failli revêtir le maillot rouge de leader. Mais Pablo Lastras, vainqueur à Totana, a mieux joué le coup dans le final pour signer la troisième victoire de sa carrière sur le Tour d'Espagne et prendre la tête du général. Le Français, lui, pourra longtemps pester contre ses deux autres compagnons d'échappée qui ont refusé de rouler.

Echappé au cours de la 3e étape de la Vuelta ce lundi, Sylvain Chavanel a failli revêtir le maillot rouge de leader. Mais Pablo Lastras, vainqueur à Totana, a mieux joué le coup dans le final pour signer la troisième victoire de sa carrière sur le Tour d'Espagne et prendre la tête du général. Le Français, lui, pourra longtemps pester contre ses deux autres compagnons d'échappée qui ont refusé de rouler. Le coup n'est pas passé loin. Sylvain Chavanel a presque touché du doigt le maillot rouge de leader de la Vuelta, un honneur qu'il avait déjà connu il y a trois ans avec une journée dans le costume de leader. Mais il n'y en aura pas de deuxième, du moins pas tout de suite. Pablo Lastras s'est en effet emparé de la tête du classement général à la faveur de sa victoire à Totana, où était jugée l'arrivée de la troisième étape du Tour d'Espagne. Le Français, l'un des quatre coureurs qui composaient l'échappée du jour, a raté le coche dans le final que l'Espagnol de 35 ans a mieux négocié pour s'imposer en solitaire. Très à l'aise sur les routes surchauffées de la province de Murcie (35°), Chavanel a toujours semblé vigilant, contrôlant parfaitement les sprints intermédiaires pour grappiller quelques précieuses secondes. Il a fait preuve de laxisme dans la dernière ascension de la journée, l'Alto de la Santa, une côte de troisième catégorie au sommet situé à 13 kilomètres de l'arrivée. C'est dans les passages les plus durs que Lastras a placé une attaque franche pour distancer ses adversaires. Ils ne l'ont plus revu, même s'ils l'ont eu en ligne de mire dans les derniers kilomètres lorsque Chavanel a tenté de boucher l'écart. Markel Irizar (RadioShack) et Ruslan Pydgornyy n'ont pas daigné apporter le moindre soutien au champion de France, laissant Lastras filer vers la victoire. Lastras: "Cette victoire a une saveur particulière" Le coureur de l'équipe Movistar, vainqueur d'étape sur le Giro en 2001, a signé son troisième succès sur la Vuelta après ceux décrochés en 2002. Au passage sur la ligne d'arrivée, il l'a dédié à Xavier Tondo, son coéquipier décédé en mai dernier, et à Juan Maurcio Soler, gravement accidenté sur le Tour de Suisse. "Le directeur sportif avait dit de tout donner, d'attaquer, parce que l'étape ressemblait à une classique, a-t-il commenté devant la caméra d'Eurosport. J'ai 35 ans, mais je ne suis pas vieux, je ne suis pas fini. Cette victoire a une saveur particulière." Lastras s'élancera mardi avec le maillot rouge sur les épaules pour la première étape décisive du Tour d'Espagne 2011 avec l'entrée du peloton dans la Sierra Nevada. La journée n'a décidément pas souri aux coureurs tricolores puisqu'en plus de la déception de Chavanel, Nicolas Edet a vécu une expérience coquasse qui l'a privé des premiers rôles. Lui aussi membre de l'échappée du jour, la bonne, le jeune coureur de la Cofidis, âgé de 23 ans, a dû couper son effort après avoir été piqué au crâne par une guêpe. Un coup du sort que Stéphane Augé, le directeur sportif, a pris avec philosophie. Drôle d'expérience pour un premier grand Tour.