Chauvin: "On pense à la Ligue 1"

  • A
  • A
Chauvin: "On pense à la Ligue 1"
Partagez sur :

Quatrième à un point seulement de leurs adversaires du soir, les Sedanais peuvent retrouver le podium en cas de succès à Ajaccio, vendredi lors de la 33e journée de Ligue 2. Avant le déplacement en Corse, le technicien ardennais Landry Chauvin, qui prône un football porté vers l'attaque, ne cache pas l'objectif du club en cette fin de championnat: la montée en Ligue 1.

Quatrième à un point seulement de leurs adversaires du soir, les Sedanais peuvent retrouver le podium en cas de succès à Ajaccio, vendredi lors de la 33e journée de Ligue 2. Avant le déplacement en Corse, le technicien ardennais Landry Chauvin, qui prône un football porté vers l'attaque, ne cache pas l'objectif du club en cette fin de championnat: la montée en Ligue 1. Après la désillusion face à Evian (1-4), vous vous êtes bien repris face à Vannes (2-0) puis Laval (2-0). Comment analysez-vous ces matches ? Sur les deux dernières rencontres, on a été dans la continuité pendant 90 minutes, alors que contre Evian on avait fait une très bonne entame de match, mais on n'avait pas réussi derrière à breaker alors qu'on avait le match en main. La différence s'est surtout effectuée à ce niveau là. Il y a eu deux tournants lors du match face à Evian. Le premier, c'est quand on maîtrise autant une rencontre dans la première demi-heure, qu'on a l'opportunité de mettre un deuxième but mais qu'on n'a pas réussi à le faire. Le second, c'était qu'Evian, avec beaucoup de métier, a été très réaliste et a su marquer sur sa première occasion, et qui après, avec beaucoup de force de persuasion, a su faire le nécessaire et a mérité sa victoire sur l'ensemble de la rencontre. Ces deux victoires vous permettent de revenir à un point du podium. Pensez-vous à la Ligue 1 ? Bien sûr. A ce moment de la saison, comme Ajaccio, Evian, Le Mans, et comme d'autres, on pense à la Ligue 1, c'est une évidence. On a l'impression qu'à chaque fois que Sedan a eu l'occasion de se maintenir sur le podium, il n'y est pas parvenu. A quoi cela est dû selon vous ? On a quand même été 16 fois dans les trois premières places depuis le début du championnat et on est monté sept fois sur le podium cette année. On a envie d'y re-goûter, il faut qu'on fasse le maximum sur les six dernières journées pour connaître une jolie joie à la fin du moi de mai. Il faut désormais qu'on prenne des points à chaque match. "Prôner un football offensif" Dans quel état d'esprit abordez-vous le prochain match face à Ajaccio ? Avec la volonté d'aller chercher un maximum de points. Après, j'espère que l'enjeu ne tuera pas le jeu et que l'on aura deux équipes qui s'exprimeront et qui auront envie de prôner un football offensif, parce que c'est le cas des deux clubs. Vous parlez de l'enjeu. Ne craignez-vous pas qu'à cause de cela, il y ait beaucoup de tensions lors de ce match ? Non, je ne vois pas pourquoi il y en aurait plus que les saisons précédentes. L'équipe d'Olivier Pantaloni fait depuis le début de la saison de très belles choses au Stade Coty. C'est la meilleure équipe de Ligue 2 à domicile. Donc ce sera un double challenge. Celui d'aller chercher des points là-bas et puis celui de ne pas se laisser décrocher au classement. C'est bien évidemment un match qui prend une saveur particulière parce qu'on approche de la fin du championnat et qu'on affronte un concurrent direct. Maintenant, quoi qu'il arrive, il restera encore cinq rencontres et rien ne sera défini à l'issue de cette rencontre. Un faux pas ne couterait-il pas cher tout de même ? Non, rien n'est définitif. Après, bien évidemment, une défaite en terre corse laisserait s'échapper l'équipe d'Ajaccio et réduirait nos chances vis-à-vis d'elle. Mais il y a trois strapontins qui sont offerts pour monter en Ligue 1, donc l'objectif c'est d'en prendre un. Quelque soit la place qu'on occupera en fin de saison, si on peut en accrocher un, on ne s'en privera pas. Un mot sur cette équipe d'Ajaccio ? Quand on arrive comme ça, au bout de trente-deux journées de championnat, on mérite la place qu'on occupe. Ajaccio a surtout construit sa saison sur un parcours quasi sans faute à domicile et une grosse organisation défensive à l'extérieur. Ils ont une animation offensive de premier ordre à la maison. C'est tout à fait logique qu'ils occupent cette place aujourd'hui. "Envie d'aller de l'avant" Comment jugez-vous, à titre provisoire, la saison de Sedan ? Pour l'instant elle est correcte. J'espère qu'elle deviendra bonne voire très belle si on obtient le podium à la fin. Selon vous, quelle est la force de votre équipe ? Son insouciance. Parce que le groupe est encore jeune, il n'a pas l'expérience de la montée en Ligue 1, mais il surmonte très vite un échec et ne s'enflamme pas trop quand il y a un succès. C'est un groupe qui a toujours bien vécu ensemble, ce qui est très important pour aborder ce sprint final. Vous pouvez également compter sur une très bonne attaque ? Oui, bien sûr. On a aujourd'hui la meilleure attaque de Ligue 2. C'était voulu en début de saison, on avait envie d'aller de l'avant. Ensuite, on a été récompensé et il faut qu'on le soit encore. Et puis, cela permet aussi d'avoir une bonne différence de buts, ce qui pourrait avoir son importance en fin de saison. Actuellement, on possède la meilleure différence de buts de Ligue 2. C'est quelque chose qui peut être très positif en fin de saison. Si l'on se retrouvait au soir de la 38e journée à égalité avec un club, c'est ce qui nous départagerait, donc c'est un avantage pour nous.