Châteauroux en embuscade

  • A
  • A
Châteauroux en embuscade
Partagez sur :

Notre Tour de France de la Ligue 2 nous emmène ce jeudi à Châteauroux et s'achèvera à l'avant-veille de la première journée de la saison, le 29 juillet. Après une saison laborieuse conclue par une 14ème place au classement, les Castelroussins devront garder leurs valeurs pour venir jouer les premiers rôles dans l'antichambre de la Ligue 1.

Notre Tour de France de la Ligue 2 nous emmène ce jeudi à Châteauroux et s'achèvera à l'avant-veille de la première journée de la saison, le 29 juillet. Après une saison laborieuse conclue par une 14ème place au classement, les Castelroussins devront garder leurs valeurs pour venir jouer les premiers rôles dans l'antichambre de la Ligue 1. La saison dernière "Il y a eu du mieux vis-à-vis des saisons précédentes", explique Vincent Fernandez. Du mieux certes, grâce à un bon début de championnat mais les vieux démons du passé ont vite resurgi. Effectivement avec un bilan de 12 victoires, 11 nuls pour 15 défaites, les Castelroussins ont dû encore une fois lutter pour le maintien. Pour ne pas arranger les choses, Châteauroux a été sorti prématurément en coupes nationales face à Chauvigny au huitième tour de la Coupe de France et contre Laval dès le premier tour de la Coupe de la Ligue. Bref, une saison à oublier pour les hommes de Didier Tholot, lequel passait sa première saison pleine sur le banc berrichon après avoir repris les choses en main la saison passée. Le recrutement Châteauroux veut mettre toutes les chances de son côté pour accrocher les premières places en L2. Néanmoins le président de la Berrichonne, Patrick Le Seyec, a dû se séparer de Rudy Haddad (Auxerre), Quentin Othon (Strasbourg), Xavier Thiago (Troyes), Emmanuel Imorou (Braga) et Damien Da Silva (Rouen). Six nouvelles recrues, Yohan Hautcoeur (Le Mans), Claudio Beauvue (Troyes, p), Mickaël Caradec (Bayonne), Maxime Bourgeois (Auxerre, p), Akim Orinel (Fréjus), Marcel Essombe (Pacy-sur-Eure), sont toutefois venus renforcer les rangs castelroussins pour la saison à venir. Pour Vincent Fernandez, les petits nouveaux ont déjà pris leurs marques au sein de l'équipe. "Oui, ils ont tout de suite été bien accueillis. On est parti ensuite une semaine en stage à Vichy et cela permet de se découvrir plus facilement. Il y a des revanchards, il y en a qui viennent de National. Il y a un bon amalgame pour faire quelque chose d'intéressant". Le joueur à suivre A 36 ans, Vincent Fernandez apparaît comme l'un des joueurs cadres de Châteauroux. Formé à Paris où il a été la doublure de Bernard Lama puis de Dominique Casagrande, le gardien de but quitte finalement le club de la capitale en 1998 pour s'engager avec Sochaux. Il réussit à s'imposer dans le Doubs avant qu'un certain Teddy Richert ne vienne le détrôner. Après une expérience intéressante de deux ans à Strasbourg, Vincent Fernandez s'engage en 2004 avec Châteauroux. Au club depuis sept ans, le portier expérimenté est devenu le dernier rempart incontesté de la Berrichonne. L'entraîneur Arrivé à Châteauroux l'an dernier, Didier Tholot, âge de 47 ans, avait pour mission de stabiliser le club dans l'antichambre de la Ligue 1. Après une belle carrière de joueur au cours de laquelle il a notamment disputé le match d'anthologie avec les Girondins de Bordeaux contre l'AC Milan en Coupe de l'UEFA, Didier Tholot est donc passé de l'autre côté. Après des passages à Sion, Libourne-Saint-Seurin, avec à la clé une montée en Ligue 2 en 2006, Reims en 2008 et de nouveau le FC Sion avec lequel il a remporté la Coupe de Suisse en 2009, il s'engage avec Châteauroux en 2010. "Je n'ai jamais fait de plan de carrière. Je pensais qu'en allant à Reims, ça allait être le bon choix. Et ça n'a pas été le bon", expliquait-il dans une interview accordée à So Foot. L'objectif L'objectif est clair, Châteauroux veut jouer les premiers rôles dans cette Ligue 2. "On a essayé de le faire l'an dernier mais le championnat était très serré. Avec une ou deux victoires de plus, on aurait pu jouer la montée. Cette année, la particularité de ce championnat, c'est que l'on va se retrouver avec des équipes comme Lens, Monaco, Arles-Avignon ou Le Mans qui ont des gros budgets. Cela ne va pas être facile pour nous mais on devrait pouvoir tirer notre épingle du jeu. L'objectif est de rentrer dans le top 10. Cela va être difficile mais dans le football, rien n'est impossible", confiait Vincent Fernandez. Châteauroux espère faire aussi bien qu'Evian-Thonon, Boulogne-sur-Mer, Arles-Avignon ou encore Dijon et Ajaccio qui ont créé la surprise les années précédentes. Le pronostic de la rédac Châteauroux pourrait bien déjouer tous les pronostics. "Aujourd'hui tout va se jouer sur le terrain et pas sur le papier, je veux que mes joueurs soient conscients que si on est un groupe uni et solidaire avec l'envie de faire de grandes choses, on soit capables de le faire", indiquait Didier Tholot sur le site officiel du club. Avec un groupe prometteur, qui peut s'appuyer sur ses valeurs et ses joueurs cadres dont Vincent Fernandez et Yohan Hautcoeur, les Castelroussins auront à coeur de bien figurer face aux grosses écuries de la Ligue 2. Reste à savoir si les hommes de Didier Tholot auront les armes suffisantes pour tenir sur la durée.