Chambéry ne lâchera rien

  • A
  • A
Chambéry ne lâchera rien
Partagez sur :

Alors qu'ils en sont déjà à six matches disputés depuis le début du mois d'octobre, les Chambériens continuent leur rythme d'enfer, samedi, en accueillant Schaffhausen, pour le compte de la 4e journée de Ligue des champions. Inconstants en championnat, les Savoyards espèrent enfin trouver leur rythme de croisière, et continuer à enchaîner les victoires.

Alors qu'ils en sont déjà à six matches disputés depuis le début du mois d'octobre, les Chambériens continuent leur rythme d'enfer, samedi, en accueillant Schaffhausen, pour le compte de la 4e journée de Ligue des champions. Inconstants en championnat, les Savoyards espèrent enfin trouver leur rythme de croisière, et continuer à enchaîner les victoires. "Le principal fil conducteur de ce match ce n'est pas Schaffausen, mais c'est nous, comment va-t-on gérer ce match ?" A l'heure d'affronter le club suisse, samedi, pour son 4e match en Ligue des champions, Chambéry veut enfin trouver une constance. Histoire de s'éviter des frayeurs, comme face à Sélestat, mercredi, en championnat (31-29). "Ce fut très laborieux, concède Grégoire Detrez. Sans manquer de respect à Sélestat, on se met au niveau des équipes que l'on rencontre. Pour le moment, on continue de gagner, mais si on continue comme cela, à un moment on sait que l'on va avoir des problèmes." Mais à l'heure de pointer les différents problèmes à l'origine de cette inconstance, le pivot savoyard ne veut y voir qu'un problème collectif. "La solution, on la trouvera avec l'équipe. De temps en temps, la défense est un peu meilleure que notre attaque ou inversement, souligne Detrez, qui évoque également le retour de Bertrand Roiné, sur la base arrière. On avait à coeur de tenir sur cette première partie de saison, là où on savait qu'on avait une rotation limitée. Et on voulait terminer cette période sans point de retard." Chose faite avec six victoires sur six en championnat, et une seule défaite sur le front européen, face à Barcelone, champion en titre. Désormais, l'international estime que Chambéry est assez armé pour les campagnes à venir. "C'est tous les ans la même chose, et dire que Chambéry a un manque de rotation, c'est un petit peu un manque de respect, avance-t-il. Il y a beaucoup de joueurs internationaux sous contrat. Et ce serait insulter les joueurs du centre de formation qui sont désormais professionnels." Voilà qui a le mérite d'être clair. Place désormais à l'obstacle Schaffaushen. "Quand un gars va moins bien, un autre prend le relais"" "On connaît la réputation de cette équipe-là. On pourrait penser que comme c'est une équipe suisse, les équipes françaises se doivent de la battre. Mais c'est une équipe construite pour l'Europe, prévient l'ancien Nîmois, qui insiste sur le fait de s'imposer à domicile. L'an dernier, on était dans une poule de la mort, et on est passé en ne gagnant que quatre matches, mais à domicile. Là on a été gagné à Sarajevo, et notre objectif c'est de tout gagner à domicile." Les victoires face aux rivaux pour la qualification en poche, il sera alors temps de s'offrir quelques friandises. "Et pourquoi pas battre Barcelone aussi ? On les a joués deux fois cette année, une fois en amical on fait match nul, et une fois là-bas où on les tient 50 minutes, souffle, gourmand, un Grégoire Detrez qui n'aime pas franchement se mettre en avant. Moi ce qui m'intéresse juste, c'est de gagner des matches, glisse-t-il. Nous ce qu'on veut, et c'est la force de Chambéry, c'est que quand un gars va moins bien, un autre prenne le relais. On a pu voir Bicanic faire de gros matches, Barachet aussi. Basic a fait une saison de fou l'année dernière. Chacun est là pour aider l'autre."