Chambéry impuissant

  • A
  • A
Chambéry impuissant
Partagez sur :

HANDBALL: Chambéry n'a rien pu faire face à Kielce pour sa sixième apparition en Ligue des Champions cette saison (24-31).

La qualification de Chambéry pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions est loin d'être gagnée. Pour leur sixième apparition dans cette compétition cette saison, les Savoyards ont été dominés sur leur terrain par Kielce (24-31). Il s'agit de la quatrième défaite de Roiné et consorts dans ce groupe B.S'il est une bonne nouvelle à tirer de cette soirée cauchemardesque pour les Chambériens, c'est assurément que cette rencontre constituait la dernière de l'année pour eux en Ligue des Champions. Trêve hivernale oblige, les Savoyards n'auront plus à jongler entre le quotidien du championnat et ces pesants rendez-vous continentaux avant février prochain. Une bouffée d'air pour une équipe qui, depuis le début de la saison, peine à trouver son rythme de croisière faute de temps de récupération. Certes calés en D1 dans le sillage de Montpelliérains invaincus et qui les recevront à Bougnol dans huit jours désormais, les hommes de Philippe Gardent n'ont manifestement pas les ressources suffisantes cette année pour courir deux lièvres à la fois. Le constat est si vrai aujourd'hui que l'accumulation des matches se paye dorénavant au prix fort pour Chambéry. Outre les cas de grippe A constatés ces derniers jours du côté du Phare (Botti et Massot-Pellet manquaient ainsi à l'appel de cette 6e levée de Ligue des Champions), les Savoyards ont en effet perdu ce soir sur blessure Csaszar (fracture du pouce) et Busselier (cheville). Sans compter les douleurs dorsales de Roiné.Gardent: "Pas grand-chose à leur reprocher"Auteur de 6 réalisations lors de ce retour contre Kielce, ce dernier n'a ainsi pu aller au bout de son match, réduit à une poignée de secondes de jeu en seconde période, alors qu'il avait terminé le premier acte au tapis, terrassé par un mal de dos récurrent. La base, sans doute, du naufrage de Chambériens qui avaient pourtant tenu la dragée haute à leurs hôtes avant la pause. Grâce à un Detrez retrouvé, un Joli intraitable aux penalties et un Dumoulin saignant dans ses cages, les Barachet et consorts avaient en effet mené les débats de bout en bout lors de la première demi-heure, lancés par un impressionnant 4-0 et finalement parvenus au repos avec un avantage d'un but (15-14). Seulement malgré toute la combativité qui les caractérise, et les bonnes entrées en matière des Calandre et Capella, tous deux issus du centre de formation, les Chambériens ne pouvaient résister au rouleau-compresseur polonais en deuxième période. Lestés à 22-22, tandis que le corps arbitral infligeait à Barachet, 21 ans ce jour, une seconde expulsion temporaire de deux minutes, les guerriers savoyards lâchaient alors prises, de 22-26 à 24-29, puis finalement 24-31. Une défaite somme toute logique mais cruelle qui ne condamne pas pour autant dans la compétition les hommes de Philippe Gardent, lequel confessait au micro de Sport + avoir "fait avec les moyens du bord en deuxième mi-temps" et ne pas avoir "grand-chose à reprocher à (s)es joueurs". Souhaitons que ceux-ci garderont leur quatrième place qualificative pour les huitièmes de finale à l'issue du week-end. Sinon, il restera toujours quatre journées de Ligue des Champions pour se refaire après la trêve...