Chalon est devenu grand

  • A
  • A
Chalon est devenu grand
Partagez sur :

Pour sa deuxième finale de la saison, après celles des As qu'il avait perdue contre Gravelines, Chalon-sur-Saône n'a pas loupé l'occasion de remporter la Coupe de France aux dépens de Limoges (79-71), ce dimanche à Bercy. L'Elan peut désormais se tourner vers les play-offs, om ils retrouveront l'Asvel la semaine prochaine.

Pour sa deuxième finale de la saison, après celles des As qu'il avait perdue contre Gravelines, Chalon-sur-Saône n'a pas loupé l'occasion de remporter la Coupe de France aux dépens de Limoges (79-71), ce dimanche à Bercy. L'Elan peut désormais se tourner vers les play-offs, om ils retrouveront l'Asvel la semaine prochaine. Oubliée la finale de la Semaine des As perdue contre Gravelines. Oubliée la deuxième place du championnat perdue au profit de Nancy, lors de la dernière journée de la phase régulière. Chalon-sur-Saône, équipe révélation de Pro A cette saison, a enfin glané un titre, ce dimanche après-midi à Bercy, en remportant contre Limoges la finale de la Coupe de France (79-71). Un message envoyé à destination de Villeurbanne, que l'Elan retrouvera dès mercredi soir en quarts de finale du championnat. Relégué en Pro B, après un parcours dramatique en 2010-11 sanctionné de la dernière place en Pro A, Limoges ne voulait pas tout rater cette année. Et a donc pris cette finale par le bon bout (14-8, 4e), en mouillant Chalon d'une pluie de tirs à trois points avec comme artilleur en chef Robert Hite (28 points, 6 rebonds). L'ailier américain, arrivé au club en cours de saison pour sauver ce qui ne pouvait plus l'être, a ainsi bouclé le premier quart-temps avec 13 points au compteur, à 3/4 derrière la ligne, permettant au CSP de faire un léger break (20-10, 7e). Schilb et Aminu font des ravages Mais les joueurs de Zare Markovski, en difficulté pour mettre la balle dans la peinture, ont eu tendance à trop abuser à longue distance (11/27 soit 41%), et l'Elan en a profité revenir à hauteur dans le sillage d'un Blake Schilb MVP, auteur de 26 points et 5 rebonds (25-25, 14e). Avec seulement un point de retard à la pause (36-37, 20e), et passée l'angoisse du jour sans, les hommes de Gregor Beugnot auraient alors pu dicter avec autorité leur basket, si efficace depuis le début de saison. Mais, malgré l'apport de leur banc, ils ont eu un mal fou à contenir les extérieurs limougeauds, Ronnie Taylor s'associant à Robert Hite pour creuser un nouvel écart (43-36, 22e). C'est alors qu'est sorti de sa boîte Alade Aminu (17 points, 9 rebonds), grand artisan avec Marquez Haynes et Bryant Smith d'un 16-3 qui a fait très mal au CSP. Avec ses armes, c'est-à-dire de loin, Limoges a tenté de réagir (64-65, 36e), sans parvenir à inquiéter plus longtemps une formation bourguignonne plus complète, en témoigne le bon match d'Ilian Evtimov (10 points, 6 rebonds). "Une finale ça ne se joue pas, ça se gagne", avait-il dit avant la rencontre. Lui et ses partenaires ont tenu parole. L'Asvel, la grosse cote des play-offs à venir, est prévenue. Cet Elan-là est devenu grand. Et est désormais libéré d'un poids avec ce trophée qu'il attendait tant.