Chabal: "Une première étape"

  • A
  • A
Chabal: "Une première étape"
Partagez sur :

Avant même le succès du XV de France face aux Fidji, samedi soir à Nantes (34-12), Sébastien Chabal avait évoqué son positionnement sous le maillot bleu en n°8, son poste de prédilection. Le troisième ligne tricolore revient également sur l'arrivée de jeunes joueurs en équipe de France à moins d'un an de la prochaine Coupe du monde en Nouvelle-Zélande.

Avant même le succès du XV de France face aux Fidji, samedi soir à Nantes (34-12), Sébastien Chabal avait évoqué son positionnement sous le maillot bleu en n°8, son poste de prédilection. Le troisième ligne tricolore revient également sur l'arrivée de jeunes joueurs en équipe de France à moins d'un an de la prochaine Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. Sébastien, la vie en n°8 vous convient-elle ? Pour l'instant, j'ai la vie en 19 (rires). Plus sérieusement, j'ai été content d'avoir été appelé pour jouer au poste de troisième ligne. C'est un poste que j'affectionne tout particulièrement, mais c'est surtout un poste auquel j'évolue tous les week-ends en championnat. Pensez-vous avoir les qualités d'un vrai n°8 ? Je n'ai guère changé les choses. Cela fait sept ans que je joue n°8. Pourtant, on ne m'a pas vu évolué à ce poste car j'ai passé cinq ans en Angleterre. Maintenant que je suis rentré en France depuis un an et demi, les gens me voient évoluer dans ce rôle. C'est le travail d'un rugbyman professionnel que j'effectue tous les jours pour être le meilleur. Avec l'équipe de France, comment vivez-vous le statut de joker auquel vous êtes souvent abonné ? J'ai franchi une première étape. J'ai fait changer le staff d'avis et j'en suis content. Je suis un joueur et j'ai envie de débuter les matches. Mais, c'est par le terrain et par le travail que j'obtiendrai plus de temps de jeu. L'avenir nous le dira, mais je fais quatre-vingts minutes en club chaque week-end depuis treize ans et cela se passe plus tôt pas mal. "L'équipe de France n'appartient à personne" Comment voyez-vous l'arrivée de nouveaux joueurs en équipe de France ? C'est une question qu'il faut plus tôt poser au staff. C'était l'une des dernières fois que Marc Lièvremont pouvait voir des nouveaux joueurs (avant la Coupe du monde, ndlr). Ils ont montré depuis un certain moment qu'ils avaient leur place au sein de l'équipe de France. C'est mérité qu'ils soient présents aujourd'hui. Je vais reprendre cette phrase que disait Bernard Laporte: "L'équipe de France n'appartient à personne." A l'heure actuelle, personne n'est sûr de partir en Nouvelle-Zélande pour y disputer la Coupe du monde. C'est bien d'avoir de la concurrence pour rester sur le pont et continuer à travailler et à progresser. Avez-vous des regrets à ne pas défier la Nouvelle-Zélande lors de cette tournée d'automne ? Je crois que c'est un déjà un bon test d'affronter les Fidji, l'Argentine et l'Australie. On verra où on en est car l'Argentine, c'est toujours une équipe qu'on a du mal à jouer. Ensuite l'Australie, c'est ce qui se fait de mieux actuellement. Je pense qu'ils sont quasiment au même niveau que les Blacks. On aura de bons repères après ces trois test-matches.