Chabal fait causer

  • A
  • A
Chabal fait causer
Partagez sur :

Au lendemain d'une prestation dans le crunch qu'il est bien forcé de considérer comme son plus mauvais match à ce jour sous le maillot du XV de France, Sébastien Chabal suscite une fois de plus le débat chez les Bleus. Pourtant, de Lièvremont, son premier supporter, prêt à l'emmener en Coupe du monde, à Bernard Laporte et même à un certain égard Guy Novès, le géant barbu possède des partisans de choix.

Au lendemain d'une prestation dans le crunch qu'il est bien forcé de considérer comme son plus mauvais match à ce jour sous le maillot du XV de France, Sébastien Chabal suscite une fois de plus le débat chez les Bleus. Pourtant, de Lièvremont, son premier supporter, prêt à l'emmener en Coupe du monde, à Bernard Laporte et même à un certain égard Guy Novès, le géant barbu possède des partisans de choix. Marc Lièvremont: "Pas l'impression qu'il ait fait un mauvais match" Malgré une performance qui, samedi, à Twickenham, a sans doute marqué son plus mauvais match en bleu en 61 sélections, Sébastien Chabal peut dormir tranquille, lui qui au lendemain de ces 51 minutes de jeu très quelconques jouées face à l'Angleterre au poste de n°8 avant d'être remplacé par Julien Bonnaire, a pu compter dimanche sur le soutien inconditionnel, ou presque, de son sélectionneur Marc Lièvremont. "Je pense qu'on aura besoin de tout le monde et Sébastien est peut-être moins bien physiquement qu'au mois de novembre, mais c'est justement intéressant de l'impliquer. Je n'ai vraiment pas l'impression qu'il ait fait un mauvais match." Dans l'esprit du coach des Bleus, qui avoue à demi-mots avoir d'ores et déjà arrêté sa liste des trente pour la Nouvelle-Zélande, il apparaît clair que Chabal, même actuellement en demi-teinte, s'impose comme une évidence. Bernard Laporte: "Sébastien connaîtra toujours cette même problématique" Si leurs relations n'ont pas toujours été au beau fixe, Bernard Laporte restera comme le sélectionneur qui le premier a fait confiance à Sébastien Chabal en bleu et lui a accordé la bagatelle de 37 de ses 61 capes à ce jour. Mais s'il reste l'un de ses premiers supporters, l'ancien Secrétaire d'Etat aux Sports ne parvient toujours pas à voir dans le Racingman un troisième ligne de niveau international. "Je ne peux pas le défendre sur le match de samedi, mais il n'est pas au mieux de sa forme. Je sais aussi qu'il a un certain charisme, il est important auprès des autres", tente-t-il d'avancer depuis sa tribune de consultant pour RMC Sport. Sans trop convaincre, avant d'enchaîner sur son couplet préféré : "Je fais partie de ceux qui disent qu'il a sa place en équipe de France, mais pas utilisé de cette manière. Vous connaissez mon point de vue. Je le vois en deuxième ligne, à gauche. Je le défendrai toujours, mais Sébastien connaîtra toujours cette même problématique : quand on joue contre des grandes nations, quand ça va vite et que le combat est dense, il a du mal sur 80 minutes à être présent. Quand on joue contre des nations où le combat est moins important et que nous avons le ballon, il sera plus efficace. Ce n'est pas une offense. J'estime qu'il est le meilleur « impact player » de notre effectif. Contre l'Angleterre, il a fait cinquante minutes mais face à des mecs aussi frais que lui. Là où il est meilleur, c'est quand les adversaires sont plus fatigués. Sinon, il manque de clairvoyance et de technicité." Plus de trois ans après la fin de l'ère Laporte, le constat reste le même: Chabal peut jouer partout, mais ne convainc réellement nulle part. Guy Novès: "Quand même des choses intéressantes dans son jeu..." A la lumière de la prestation de Chabal à Twickenham, la cote d'un Louis Picamoles remonte en flèche. Pourtant, à Toulouse, même Guy Novès semble trouver, toujours sur RMC, des circonstances atténuantes à l'ancien Berjallien : "Quand on entend le public crier dès qu'il prend le ballon, on a l'impression qu'il va renverser trois montagnes. C'est excessif, commente le manager des Champions d'Europe, dont on sait qu'il a boudé Chabal avant qu'il ne s'exile à Sale. On en attend tellement qu'on a l'impression qu'il n'est pas au niveau quand il ne renverse pas trois mecs." Et d'avoir ce compliment, même du bout des lèvres: "Il y a quand même des choses intéressantes dans son jeu", avant de prêcher tout de même pour sa paroisse: "Mais je suis plutôt Picamoles". Pour Yannick Bru, l'adjoint de Novès en charge des avants, l'ex-Montpelliérain va d'ailleurs toucher les fruits de ses efforts : "Louis est un franchisseur. Quelqu'un qui a peu de concurrents dans sa capacité à faire jouer dans les contacts dans le championnat de France. C'est quelqu'un qui a fait beaucoup d'efforts. Un jour plus ou moins lointain, il va finir par apercevoir la lumière. Quand on fait beaucoup d'efforts et qu'on travaille dur, le destin finit toujours par sourire." Chabal-Picamoles, un match relancé ? Pas si sûr...