Cette fois, Lille va la jouer

  • A
  • A
Cette fois, Lille va la jouer
Partagez sur :

Victime de son turnover en Ligue Europa, éliminé par un PSV Eindhoven davantage concerné, le Losc est invité ce mercredi à disputer les quarts de finale de la Coupe de France face à Lorient. Un match que les Dogues, leaders de la L1, semblent disposés à jouer à fond, malgré la tentation de se consacrer entièrement au championnat. Ne serait-ce que pour repartir de l'avant.

Victime de son turnover en Ligue Europa, éliminé par un PSV Eindhoven davantage concerné, le Losc est invité ce mercredi à disputer les quarts de finale de la Coupe de France face à Lorient. Un match que les Dogues, leaders de la L1, semblent disposés à jouer à fond, malgré la tentation de se consacrer entièrement au championnat. Ne serait-ce que pour repartir de l'avant. Il n'y a pas le feu au lac. Après 25 journées de championnat, le Losc tient fermement les commandes de la L1, héritées neuf levées plus tôt, et s'apprête à jouer les quarts de finale de la Coupe de France. Et pourtant les Lillois éprouvent le besoin de se rassurer à la veille de ce rendez-vous avec Lorient. "Gagner nous permettrait de repartir sur une dynamique positive", souffle Rudi Garcia sur le site officiel du club. Une déclaration qui fait suite à une série de deux revers et deux matches nuls toutes scènes confondues. Evincés de la coupe d'Europe par le PSV Eindhoven, la semaine passée, en 16e de finale de la Ligue Europa, les Nordistes ont alors payé leur politique frileuse à l'échelle continentale. Une philosophie du sacrifice, ou du débarras, déjà éprouvée un an plus tôt et réitérée cette saison - témoin le turnover à outrance, et finalement fatal, pratiqué contre le leader du championnat néerlandais. Une absolue nécessité selon le président Seydoux: "Le turnover? Je suis en totale adéquation avec mon staff sur ce dossier-là, explique l'intéressé dans les colonnes de la Voix du Nord. Après, évidemment qu'il y a toujours un petit regret de quitter une compétition. Mais le mois de février était compliqué et il y a un nombre de matchs acceptable à respecter pour les organismes." Faute avouée, faute à moitié pardonnée ? Toujours est-il que les Lillois reconnaissent aujourd'hui avoir pensé à leurs intérêts en championnat - et accessoirement à l'autre Europe - à l'heure de défier Eindhoven. Une stratégie pas forcément payante puisque les Dogues n'ont pris qu'un point lors des deux dernières journées de L1.Aussi promettent-ils de jouer le jeu de la Coupe de France à fond ce mercredi. "La Coupe de France, c'est évidemment un rendez-vous qu'on ne veut pas manquer", dixit Michel Seydoux. Ce tandis que Mathieu Debuchy note: "On approche de la fin. Il reste peu de tours pour atteindre la finale." La tête à Marseille ? La finale, les Lillois en rêvent, eux qui n'ont plus vu leur équipe dépasser le stade des quarts depuis 1985, et une défaite en demie contre l'AS Monaco. Un comble pour un club qui fut longtemps une référence dans la compétition, du haut de ses cinq Coupes glanées entre 1946 et 1955. Le fruit de la fameuse et glorieuse incertitude du sport dont se méfie tellement Rudi Garcia. "Nous souhaitons atteindre la demi-finale, assure l'entraîneur nordiste. Ensuite on verra le tirage et l'adversaire. C'est trop aléatoire pour faire de la Coupe de France un objectif. Je le dis depuis le début: seul le match qui vient compte." Pourtant, quelques esprits lillois voguent sans doute vers le Vélodrome à l'heure qu'il est, les Dogues s'apprêtant à livrer à Marseille une bataille déterminante, sans doute, dans la course au titre. "Maintenant, il nous reste Marseille, concédait Adil Rami dimanche après le match contre l'OL. C'est quand même du gros avec Lyon, du lourd dans ce championnat. Ce match est très important pour nous parce que, ensuite, on aura passé une période difficile avec ce mois de février." Christian Gourcuff, le technicien lorientais, s'attend néanmoins à trouver un Losc mobilisé mercredi soir à Villeneuve d'Ascq. "Pour eux, jouer un quart de finale de la Coupe de France face à Lorient à domicile, ils n'ont pas besoin d'y penser quinze jours avant. Je pense que mercredi ils seront concernés lors du match. Il ne faut pas se faire d'illusions." Cette saison, les deux équipes ont déjà eu l'occasion de se croiser, et de faire des étincelles. Le 5 décembre dernier, les Dogues ont battu les Merlus à Villeneuve d'Ascq au terme d'un match spectaculaire (6-3). Et c'est en leaders de la L1 qu'ils se présentent depuis lors.