Cette fois, il y a eu match

  • A
  • A
Cette fois, il y a eu match
Partagez sur :

Contrairement à la veille, l'équipe de France n'a pas surclassé le Canada ce mercredi soir à Toulouse, pour son deuxième match de préparation à l'Euro 2011. Mais les Bleus, accrochés pendant trois quart-temps, ont su faire preuve de caractère (86-69) à l'image de Tony Parker (16 points, 6 passes). Prochain rendez-vous pour les joueurs de Vincent Collet: le 9 août en Espagne.

Contrairement à la veille, l'équipe de France n'a pas surclassé le Canada ce mercredi soir à Toulouse, pour son deuxième match de préparation à l'Euro 2011. Mais les Bleus, accrochés pendant trois quart-temps, ont su faire preuve de caractère (86-69) à l'image de Tony Parker (16 points, 6 passes). Prochain rendez-vous pour les joueurs de Vincent Collet: le 9 août en Espagne. Ceux qui s'attendaient à un remake de la déculottée de Pau sont déçus. Ceux qui préféraient voir un vrai match de basket un peu moins. Vingt-quatre heures après avoir bu la tasse au Palais des Sports (106-44), le Canada a opposé à la France une autre résistance ce mercredi soir à Toulouse. Vaine certes, puisque les Bleus l'ont à nouveau emporté (86-69), mais bien réelle. Avec un cinq majeur inchangé (Tony Parker, Nando De Colo, Nicolas Batum, Boris Diaw, Ronny Turiaf), les joueurs de Vincent Collet ont disputé leur premier véritable match de préparation à l'Euro 2011 (31 août-18 septembre), ils ont eu leurs premiers doutes. C'est aussi comme ça qu'une équipe se construit, dans la douleur. "C'est toujours dur de jouer contre une équipe que t'as battu de 60 points la veille, a réagi sur Sport+ Tony Parker, meilleur marqueur tricolore avec 16 points, 6 passes et 4 rebonds. On a un peu galéré durant tout le match. Ils ont bien défendu en première mi-temps, ils nous ont bien pressés et on a été un peu impatient, ça les a mis en confiance. Mais on a mieux joué ensuite. Maintenant, il faut qu'on continue à progresser, on sait qu'on a encore du travail à faire." Il y avait de toute façon peu de chances pour que les Canadiens montrent le même visage, c'était même impossible. Question d'orgueil. Il a suffi qu'ils mettent plus d'intensité en défense qu'à Pau pour que le match soit, cette fois, disputé. Pietrus touché à la cheville Car les Bleus ont, du coup, eu davantage de difficulté à se trouver en attaque, Tony Parker ou Antoine Diot à la mène n'ayant pas énormément de solutions pour distiller la bonne passe au bon moment. Les hommes de Leo Rautins, portés par l'excellente prestation de... son fils Andy (18 points), sont donc restés au contact, allant même jusqu'à prendre une légère avance (29-28, 15e). "L'équipe du Canada a été beaucoup plus compacte alors que nous, à l'inverse, on a été beaucoup plus impatient en attaque", a analysé Vincent Collet, qui a moins ouvert son banc que mardi soir. Quelques éclairs de Tony Parker et Nicolas Batum (15 points, 4 rebonds) ont tout de même permis aux Français de rentrer aux vestiaires devant au score (42-38, 20e), un écart qui aurait pu être plus conséquent avec une meilleure gestion du jeu en transition et une adresse moins hasardeuse de loin (1/7 soit 14% à la mi-temps). "On savait qu'ils allaient réagir, a déclaré Nicolas Batum. En première mi-temps, ils ont été très durs et on n'a pas su répondre. Après, on a été plus rugueux. On a su alterner jeu intérieur et jeu extérieur." Au rayon des satisfactions, justement, la bonne complémentarité des intérieurs, Kevin Séraphin ayant encore apporté toute son énergie (8 points, 3 rebonds en 13 minutes). A signaler aussi les copies propres rendues par Nando De Colo (14 points, 6 rebonds) et Boris Diaw (13 points, 5 rebonds, 5 passes), qui ont donné de l'air aux Bleus (76-58, 34e). Dommage qu'une prise de becs entre Mickaël Gelabale et quelques-uns de ses adversaires soit venue gâcher le dernier quart-temps, que Florent Pietrus a quitté prématurément en grimaçant, visiblement touché à la cheville gauche. Espérons qu'il sera là en Espagne, le 9 août prochain. Joakim Noah aussi...