Ces Gunners ont du coeur !

  • A
  • A
Ces Gunners ont du coeur !
Partagez sur :

Ultra dominés et menés au score à la pause par le Barça, les Canonniers d'Arsenal ont renversé la vapeur en cinq minutes (78e, 83e) pour s'imposer 2-1 face aux Catalans à l'Emirates Stadium, mercredi soir en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Ce qui promet une belle explication au Camp Nou pour le match retour, le 8 mars prochain... Dans l'autre rencontre, le Shakhtar a créé la surprise à Rome (3-2).

Ultra dominés et menés au score à la pause par le Barça, les Canonniers d'Arsenal ont renversé la vapeur en cinq minutes (78e, 83e) pour s'imposer 2-1 face aux Catalans à l'Emirates Stadium, mercredi soir en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Ce qui promet une belle explication au Camp Nou pour le match retour, le 8 mars prochain... Arsenal a mis le temps. Mais ils ont bien fait d'attendre ! Totalement dominés durant le premier acte, les Gunners ont relevé la tête au cours de la seconde période avant de totalement renverser la donne en toute fin de match. Ce succès, qui paraissait totalement impensable durant la première heure de jeu, leur offre le droit de continuer à rêver à une qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions avant un match retour qui s'annonce tout de même sacrément compliqué... Mais Arsenal, de par son entêtement et sa réaction d'orgueil, peut tout de même regarder les yeux dans les yeux un rival qui fait figure de référence européenne. Cette rencontre aura finalement été marquée par deux parties vraiment distinctes. Si les hommes de Wenger ont entamé la rencontre pied au plancher, cela a duré seulement six minutes... Le temps pour les Gunners de se créer une première opportunité avec une frappe à bout portant de Van Persie sortie par Valdes (6e) et la machine barcelonaise s'est mise en route. Une fois que le Barça a mis le pied sur le ballon, tout s'est compliqué pour des Gunners contraints à jouer très bas face à un champion d'Espagne fidèle à ses principes. A peine le premier quart d'heure bouclé que Villa sert Messi qui fixe Szczeny, le portier, et pique son ballon. Guardiola a déjà serré les poings mais le ballon passe à quelques centimètres (15e) ! Les Catalans multiplient les passes et font tourner en bourrique des Londoniens qui s'en sortent encore bien sur cette passe un peu longue d'Iniesta pour Villa encore seul dans l'axe ou sur cette frappe manquée par Messi (23e). Le public de l'Emirates qui était bouillant avant la rencontre se réchauffe quelque peu sur ce super contre d'Arsenal avec Walcott à la manoeuvre pour Fabregas qui centre vers Van Persie mais Abidal dégage du haut du crâne (25e) Villa frappe, le Barça domine... Dans la minute, les spectateurs restent en revanche muets lorsque Messi sert Villa qui ouvre le score d'une frappe entre les jambes du gardien (1-0, 26e). Wenger crie au hors-jeu mais Clichy couvrait... Le Barça est lancé, Villa centre pour Pedro qui préfère le beau geste à l'efficacité devant un Szczeny qui a le dernier mot (29e). Si sur le contre, Wilshere sert Van Persie qui se trouve en bonne position mais ne cadre pas, les Gunners vivent, alors, un véritable calvaire face à un Barça qui a le ballon 60% du temps durant cette première période. Le deuxième but n'est d'ailleurs pas loin lorsque Pedro bute sur le portier, Messi jaillit et marque mais le but est logiquement refusé car l'Argentin, lui, était hors-jeu (38e). Les Gunners ont évolué trop bas, ce qu'Arsène Wenger n'aura sans doute pas manqué de leur dire à la pause. Connaître les maux ne signifie pas les solutionner. Les Gunners mettent tout de même un tout petit peu plus d'intensité ce qui se traduit par des frappes de Wilshere (47e) et Van Persie (56e et 65e). Le Barça, lui, semble un petit moins dominateur et surtout moins présent. Ils vont le payer plus tard. Les Gunners s'entêtent, ce qui se traduit par les choix des deux entraîneurs, offensif pour les Gunners avec le remplacement de Song par Arshavin, défensif pour le Barça avec l'entrée de Keita à la place de Villa, ce qui fait monter Iniesta d'un cran (69e). ... Mais les Gunners renversent la tendance Ce n'est pas suffisant pour Wenger qui lance Bendtner (77e). Le Danois se met en évidence en servant Wilshere repris par un Abidal redoutable d'efficacité et de sérénité avec les Blaugrana (77e). Les Gunners ont pourtant raison d'insister puisque sur un service de Clichy, Van Persie en angle fermé trompe un Valdes qui laisse la porte ouverte au premier poteau (1-1, 78e). L'Emirates Stadium s'enflamme complètement tandis que sur le terrain les joueurs se montrent totalement libérés. Ils insistent et bousculent pour de bon les Blaugrana qui craquent une deuxième fois sur un contre bouclé par une passe de Nasri pour Arsahvin (2-1, 83e). Arsenal a totalement renversé la situation et tient cette victoire jusqu'au bout malgré une dernière grosse frappe d'Alves (88e). Les Gunners ont pris le bouillon mais ont fait preuve d'un orgueil fort qui leur a permis de faire la différence et de continuer à y croire. Une ferveur logique par rapport à la physionomie du match. Et si à la mi-temps ce huitième de finale, Arsenal possède un avantage d'un but, ce ne sera pas de trop...